Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2010

Fantasmes d'adolescent

En 1994, j'ai réalisé, comme un sursaut tardif, deux fantasmes qui me hantaient depuis mes 13 ans : mes tout premiers pas dans le dessin et dans l'écriture.

Je cite les deux car ils sont mêlés dans la même expérience en ce qui me concerne.

A partir de janvier de 1994, j'ai entamé des cours de dessin, privés, avec un professeur qui me rendait visite chaque vendredi durant 50'. Mon but était de pouvoir acquérir la technique suffisante afin de réaliser, un jour, cette idée qui me hantait lors de rêves de jeune homme. Durant l'adolescence, il m'arrivait de passer en revue, les noms propres, dans le dictionnaire. Je ne sais pas très bien pourquoi, mais j'avais cette manie. Feuilletant page par page, lorsque j'aboutissais à la lettre M comme Modigliani, j'achevais mon errance sur son "Nu couché" que le Larousse illustré avait la bonne idée d'en faire présent à mon regard d'adolescent.

Pour le dessin, j'avais un but, celui d'étendre mon propre nu issu de mon imagination en m'inspirant d'un croquis d'une revue que je modifiai à ma guise. Cet immense bonheur arriva à la vingtième leçon prise avec ce professeur qui se nomme Jean-Pierre Dubray. Je ne le revis plus jamais. Pour le remercier et rendre hommage à cet homme qui me permit cette renaissance, je m'essayai à l'écriture en couchant un éloge qu'il s'empressa d'en réclamer l'insertion dans le journal annuel de fin de saison de son académie. Cet éloge fut chapeauté par mon « nu » à moi. J'étais fier comme un coq. Après cela, une page fut tournée définitivement pour le dessin; par contre je me mis à essayer des contes et nouvelles. C'est ainsi que je vous confie, depuis quelques jours, ma toute première tentative de 1994. C'est pas de la littérature...

 

    Languissante 1994.jpg 

   Il sera une fois…

                                               Il est midi quart. On sonne.

                                      Hop! J’emporte mon trousseau.

                                                               Dès l’instant, je m’étonne,

                                                               De ce qu’il arrive bien tôt.

                                                               Pour sûr je m’étais préparé,

                                                               A recevoir cet inconnu.

                                                               Qui après s’être présenté,

                                                               Sans nul doute je reconnus.

                                                               Qui? Me demanderez-vous.

                                                               De la patience. Rassurez-vous!

                                                               De sa personne, je vais vous instruire,

                                                               Et sa mission vous la décrire.

                                                               Il devint notre professeur,

                                                               A moi et ma douce moitié.

                                                               Il nous conta les couleurs,

                                                               Des toiles de maîtres regrettés.

                                                               De son amour immodéré,

                                                               Son indéniable érudition,

                                                               Nous mit le pied à l’étrier,

                                                               De l’indigo au vermillon.

                                                               Nous chevauchâmes son arc-en-ciel,

                                                               Grisés de vifs et de pastels,

                                                               Nous nous mîmes à vaciller,

                                                               Choir en sa fresque éthérée.

                                                               Il aura mis si peu de temps,

                                                               Pour nous convaincre que maintenant

                                                               Il nous fallait prendre des leçons

                                                               Apprendre à tenir un crayon.

                                                               Il n’avait pas l’air trop déçu

                                                               Que nous n’en sachions pas plus,

                                                               Avec un départ très hésitant

                                                               Comme de véritables débutants.

                                                               Nous osâmes tirer des traits,

                                                               Ils furent bien révélateurs

                                                               Qu’il nous faudrait une myriade d’heures

                                                               Mais, toutefois, n’étaient pas laids.

                                                               Ainsi, nous prîmes le mors aux dents,

                                                               On s’attela à tout dessiner,

                                                               Représenter ou bien copier,

                                                               Cela nous prit beaucoup de temps.

                                                               Après plus de six mois d’efforts,

                                                               Nous jaugeâmes notre talent.

                                                               Prenions conscience de notre essor,

                                                               Nous n’étions pas restés ballants.

                                                               Cet art devient un amusement

                                                               Quand on couche sur papier

                                                               Spontanément ses sentiments

                                                               On se croirait miraculés.

                                                               Le relief de vie d’antan

                                                               Ignorant la monotonie,

                                                               Pourrait faire rêver l’enfant

                                                               S’imbibant de polychromie.

                                                               Mais comparé à aujourd’hui,

                                                               Est, comme l’ivraie, rejeté

                                                               Illico propulsé dans l’oubli,

                                                               Avec pour corps la vacuité.

                                                               Non, comme Job sur son fumier,

                                                               Nous ne sommes pas raidis,

                                                               Notre ego s’est transcendé,

                                                               Le mont Sion s’est aplani.

                                                               Pas de fusain, pas de pastel.

                                                               Une mine grasse appuyée.

                                                               Peut rendre une planche si sensuelle,

                                                               Et nos fantasmes débrider.

                                                               Nous avons, allègres, découvert

                                                               Que par bâtonnets secs ou gras,

                                                               On modifiait notre univers

                                                               Pour cela nous ne sommes pas ingrats.

                                                               Nous savons qui remercier,

                                                               Un guide qui ne se l’avouerait,

                                                               En toute simplicité,

                                                               Cet homme du monde nommé Dubray.

 

 

 

18:04 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean-pierre dubray

Écrire un commentaire