Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2010

Chine et Occident dans la même couche; celle de leur chute qu'ils retardent chacun de leur côté. Mais la Chine tire toute la couverture.

Lundi 18 octobre 2010 -
 
Guerre des monnaies: attention au yuan!
Pékin a dépensé en moyenne un milliard de dollars par jour depuis cinq ans sur le marché des changes pour empêcher le yuan de se valoriser.
- Une employée de banque compte une liasse de yuans. Stringer Shanghai / Reuters -
L'AUTEUR
très attention au yuan, la monnaie des Chinois. Ils l’appellent aussi le renminbi, ce qui ajoute à une confusion qui règne déjà. L’évolution du cours de cette devise lors des prochains mois (ou des prochaines années) risque d’avoir un impact sur le prix de vos prêts immobiliers, de vos produits alimentaires ou des vêtements que vous achetez. Et même sur l’emploi, que vous garderez, perdrez ou continuerez à ne pas trouver… Actuellement, il faut environ 6,6 yuans pour acheter un dollar américain et près de 9,3 yuans pour un euro. Et c’est tout le problème: le yuan est très bon marché.

Un yuan faible, garantie de la croissance chinoise… 

La Chine vend les produits qu’elle fabrique au reste du monde à des prix parmi les plus bas du marché. Les produits qu’elle importe sont plus chers et, de façon générale, les sociétés chinoises bénéficient d’un énorme avantage concurrentiel, car le yuan est artificiellement dévalué. Un atout qui se traduit par une croissance record et la création d’emplois. Les autres pays préfèreraient voir un yuan d’une valeur d’au moins 20% supérieure par rapport aux autres devises. Mais les Chinois ont cette obsession justifiée du yuan faible. Ils peuvent ainsi maintenir l’expansion rapide de leur économie et le dynamisme de leur marché de l’emploi.

La politique monétaire du gouvernement de Pékin est on ne peut plus claire. Ces cinq dernières années, le pays a dépensé en moyenne un milliard de dollars par jour pour intervenir sur le marché des devises et empêcher le yuan de se valoriser. Des efforts qui ont porté leurs fruits, puisque les énormes réserves monétaires internationales constituées par la Chine représentent la moitié de la taille de son économie.

…mais aussi générateur d’instabilité financière dans le monde

Le monde entier dénonce cette politique de change de Pékin. Dans un long entretien privé avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao, Barack Obama a pressé le dirigeant chinois de faire en sorte que son gouvernement réévalue le yuan. Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, a fait de même en public. Le ministre brésilien des Finances, Guido Mantega, a averti que cette situation force les autres pays à prendre eux aussi des mesures de dévaluation de leur monnaie, ce qui entraîne une dangereuse «guerre des changes». Dominique Strauss-Kahn, le patron du FMI, a quant a lui abandonné le langage diplomatique, déclarant: «Si nous voulons éviter de créer les conditions d’une nouvelle crise, la Chine devra accélérer le processus d’appréciation [de sa monnaie] 

Le Congrès américain a préparé une loi qui prévoit d’imposer des droits de douane compensatoires aux importations de produits chinois. «Le moment est-il venu de livrer une guerre des changes à la Chine?», s’interroge le très respecté chroniqueur économique Martin Wolf dans les pages du Financial Times. «De plus en plus, la réponse semble être oui. Bien que cette idée soit inquiétante, je ne crois plus qu’il y ait d’alternative possible», poursuit-il. 

Comment réagissent les Chinois?

Réaction des dirigeants chinois face à tous ces appels: ils bâillent. Jusqu’ici, Pékin n’a tenu aucun compte de ces exhortations. Et dans les cas où le gouvernement chinois a promis d’agir, il l’a fait en tard et en traînant la patte. «Ils continuent de faire pression sur nous concernant la valeur du yuan», a récemment déclaré Wen Jiabao à Bruxelles. «Les marges de profit de nos entreprises exportatrices sont très faibles et peuvent disparaître complètement s’ils appliquent des taxes sur nos produits, comme menacent de le faire les Américains.» Le leader chinois a averti que des mesures qui affaibliraient les entreprises chinoises et contribueraient au chômage causeraient de graves tensions politiques: «Si la Chine traverse des turbulences économiques et sociales, ce sera un désastre pour le monde entier.» Durant un millénaire, l’Empire du Milieu a été en proie au chaos politique, et c’est ce qui justifie cette attitude dirigeants chinois. Ils redoutent plus que tout une rupture de la paix sociale relative qui règne depuis quelques dizaines d’années dans leur pays.

Ainsi, le consensus entre les ministres, banquiers et experts qui s’étaient réunis à Washington ces jours-ci à l’occasion des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, est le suivant: en dépit des pressions, la Chine ne va pas modifier substantiellement sa politique de change. Nous vivons dans un monde nouveau, où l’un des pays les plus pauvres de la planète se permet d’ignorer à sa guise les pressions des grandes puissances.

Pékin va peser sur tous les pékins

Ces cinquante dernières années, en cas de grosse crise économique internationale (comme celle d’aujourd’hui), le Trésor américain et la FED, quelques uns de leurs pendants européens et japonais, ainsi que le FMI intervenaient pour remettre les choses à leur place – ou du moins à la place qui leur convenait. Eh bien, cette époque est révolue! Plus personne ne peut forcer la Chine à adopter des politiques économiques qui ne convainquent pas ses dirigeants. Autant nous habituer dès maintenant à ce pouvoir de décision de Pékin. Et à ses impacts possibles sur nous tous.

Pendant que l’économie mondiale subit ces bouleversements, l’organisme chargé de veiller à la stabilité financière dans le monde se consume dans des débats d’un autre siècle sur son fonctionnement. Huit des vingt quatre sièges du Conseil d’administration du FMI sont réservés aux pays européens, dont des petits pays comme la Belgique et les Pays-Bas. Des puissances en pleine ascension, comme la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud ou le Brésil, sont largement sous-représentées. De plus, une règle tacite garantit que le Directeur général du FMI est issu d’un pays européen.

Voilà les débats actuels du Fonds. Il est pourtant évident que sa surreprésentation occidentale ou la nature européenne de sa direction ne survivront pas aux nouvelles réalités d’un nouveau monde. Dominé par l’Asie.

Moisés Naím

Traduit par Micha Cziffra

Écrire un commentaire