Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2011

Les compères de la guerre froide s'entendent à merveille sur leur collaboration dans l'espace, mais... sur terre...?

La conquête de l'Espace : la Russie voit en grand

Sujet: Espace (3 articles )

 
2.03.2011, 14:58

Photo: EPA
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Trois scénarios de l’exploration du système solaire jusqu'en 2050 ont été étudiés par des chercheurs russes, a dit la « Voix de la Russie » le directeur général de l'Agence spatiale fédérale russe « Roskosmos » Anatoly Perminov.

Les programmes de l’exploration de l'Espace sont tous différents par leur ampleur et leur coût. Mais tous supposent à élargir la présence humaine à l'orbite et à aller plus loin dans l'Espace, raconte le directeur général de « Roskosmos » :

« On prévoit de commencer une série de vols vers la Lune au milieu des années 20, la création des bases lunaires dans les années 30, enfin l’exploration de Mars au début des années 40. On est en train d'étudier tous ces projets. Le choix sera fait en fonction des possibilités financières de l'Etat. Je crois que beaucoup de ces projets pourraient être réalisés en collaboration avec les Etats qui participent aujourd'hui au travail de la Station Spatiale Internationale. Cela permettrait de diminuer nos dépenses et d'utiliser des équipements des autres Etats. Par exemple, les Américains disposent de bons lanceurs alors que la Russie disposent de véhicules spatiaux habités et de modules lunaires ».

Par ailleurs, la Russie a mis à l'étude le projet qui propose d'utiliser l'énergie nucléaire dans les vaisseaux habités. Ce projet est unique et offre des avantages considérables, souligne Anatoly Perminov :

« C'est notre projet commun avec « Rosatom » de créer un très puissant moteur-fusée. Il sera créé pour un vaisseau spatial destiné à explorer l'Espace et des planètes telles que Mars. Avec les propulseurs existants aujourd'hui qu'ils soient à propergol solide ou à ergols liquides, le vol est très long ce qui peut être dangereux pour l'homme. Avec notre moteur le temps du vol est divisé par quelques dizaines de fois. En revanche, il  y a un autre danger qui nécessite une protection contre la radiation. Mais ce sont des problèmes qui peuvent être résolus ».

Ce projet est considéré comme très prometteur par d’autres pays. Le directeur de « Roskosmos » n'exclut pas sa réalisation en collaboration avec des partenaires étrangers. Quant à la Russie, elle est prête à participer aux projets d'hôtel spatiaux à l'orbite.

A mi-avril une importante délégation de la NASA se rendra à Moscou avec à sa tête le directeur général de l'Agence spatiale américaine Charles F. Bolden. L’exploration en commun du système solaire figure à l'ordre du jour. Comme l'a fait remarquer Anatoly Perminov, les deux parties ont de quoi proposer à l'autre. 

Conférence du désarmement à Genève : les priorités russes

 
1.03.2011, 19:34

Photo: RIA Novosti
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

« Le déploiement d'armes dans l'espace et le système unilatéral de sécurité antimissile ne peuvent pas être mis à l'écart du processus de désarmement nucléaire », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov lors de la conférence sur le désarmement à Genève.

Le chef de la diplomatie russe a souligné que le ton avait  baissé dans la discussion sur les problèmes de sécurité dans la région euro-atlantique. Jusqu'à très récemment, cette discussion portait un caractère très conflictuel. Aujourd'hui, la Russie et les États membres de l'OTAN sont conscients de la nécessité de créer une plate-forme commune et de faire régner la confiance dans le domaine du désarmement et du contrôle des armes les plus destructives. Le Traité russo-américain de réduction des armes stratégiques (START) constitue l'un des progrès les plus importants. Mais le processus de désarmement nucléaire doit concerner non seulement la Russie et les États-Unis mais aussi tous les autres États qui possèdent des armes nucléaires.

Sergueï Lavrov a insisté sur l'attachement de la Russie au principe essentiel de l'indivisibilité de la sécurité. La Russie invite à mettre à l'étude le projet d'un accord qui interdira aux États et aux alliances militaro-politiques de déployer des armes dans l'espace. Ce déploiement tout comme la création d'un système unilatéral de sécurité antimissile et le déséquilibre des armes non-nucléaires peuvent avoir un impact négatif sur la stabilité stratégique qui existe aujourd'hui, est convaincu le ministre russe :

« L'ordre du jour contient un nombre de questions prioritaires qui doivent et peuvent être résolues dès aujourd'hui. Une importance particulière doit être attachée à l'entrée en vigueur la plus rapide possible du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires. On invite à nouveau tous les États du monde à le signer. Des moratoires unilatéraux sont utiles mais ils ne peuvent pas remplacer cet accord juridique qui joue un rôle clé pour la sécurité internationale ».

Parmi les autres priorités, le chef de la diplomatie russe a cité la mise en œuvre du Plan d'actions adopté lors de la dernière conférence du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. L'initiative russe relative à la création en Russie du Centre d'enrichissement de l'uranium sous contrôle de l'AIEA s'inscrit pleinement dans cette ligne politique.

Sergueï Lavrov a appelé à procéder immédiatement à l'organisation de la conférence sur la création au Proche-Orient d'une zone sans armes de destruction massive. Initialement prévue pour 2012, cette conférence doit être organisée plus tôt en raison des événements qui frappent aujourd'hui la région. Par ailleurs, selon lui, il n'y a pas lieu d'adopter une nouvelle résolution sur la Libye en proie à la guerre civile.

Le ministre russe a en outre souligné que les possibilités  offertes par la conférence de Genève en tant que lieu de rencontres permettant d'élaborer des solutions dans le domaine de la sécurité, sont loin d'être épuisées. Surtout lorsque certains pays cherchent à engager unilatéralement des négociations ce qui risque de créer une brèche dans le système du désarmement multilatéral. Or les événements récents démontrent toute la dangerosité de cette tendance.

10:52 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

Écrire un commentaire