Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2011

Après le "printemps arabe", voici "l'été des immigrés". Trois villes sont mises à feu en Italie : Rome, Bari, Crotone.

Les immigrés envahissent Rome

 
2.08.2011, 19:58

Photo: EPA
     

L’Italie est envahie par les révoltes des immigrés illégaux. Les sans-abri venus des pays de l’Afrique bloquent les rues, brûlent les voitures et luttent contre la police. Les experts soulignent que l’Europe a affronté un problème humanitaire sérieux.

Une vague de l’immigration clandestine a envahi l’Italie à la fin de février. Ce sont surtout les habitants des pays de l’Afrique du Nord : la Tunisie, l’Algérie et la Libye. Depuis le début du « printemps arabe », des révoltes populaires dans ces pays et l’opération militaire en Libye le flux des réfugiés s’est dirigé vers l’île de Lampedusa.

Pour décharger le camp pour les immigrés, les autorités ont transporté les sans-abri à Bari et à Crotone. Actuellement les camps sont bondés, la situation criminogène dans ces villes s’est brusquement aggravée. Les collisions avec la police et les habitants locaux sont devenues habituelles.

Rome a demandé à plusieurs reprises l’UE de l’aider. Sans avoir reçu la réponse, l’Italie s’est mise à délivrer les titres de séjour à tout le monde. Cela a provoqué le mécontentement des voisins, en particulier de la France, où les « nouveaux » Européens se sont dirigés en cherchant du travail.

Les derniers événements en Italie rappellent que l’Europe a des problèmes. Les analystes soulignent que Bruxelles recueille le fruit de sa tolérance excessive dans le domaine de la politique migratoire. La plupart des pays de l’UE se sont compliqué la vie ayant participé à l’opération militaire en Libye. Probablement l’UE commencera à durcir la législation migratoire, croit le chef du département de la sécurité européenne de l’Institut de l’Europe auprès de l’Académie des sciences de la Russie Dmitri Danilov.

Si au début il s’agissait de 25-30 milles, après le début de la révolution en Tunisie on a annoncé le chiffre d’un million de personnes. Il s’agit d’un problème humanitaire très sérieux. Bien sûr que le problème concernant la politique intérieure pour chaque pays membre de l’UE apparaît. Parce que les communautés locales de prendre les mesures concrètes. L’Europe ne peut pas faire face à cet afflux des réfugiés. Toutes les mesures seront destinées à apaiser ce tsunami et à le retourner.

Il faut souligner qu’on ne prévoyait pas de délivrer les titres de séjour en UE à ceux qui se sauvaient des événements du « printemps arabe ». Les réfugiés devaient juste vivre pendant la période de crise sur le territoire européen. Il existe une solution logique : donner la possibilité aux diplomates (et non pas au militaires) d’atteindre la stabilisation de la situation dans les pays de l’Afrique du Nord et d’aider les immigrés de retourner dans leurs pays.

11:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

Les commentaires sont fermés.