Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2011

Très bientôt la Belgique, la France, l'Angleterre et l'Allemagne seront chauffées avec du gaz russe amené par North Stream.

Le gazoduc Nord Stream : premières livraisons en Europe en septembre

19.08.2011, 16:49

Photo: RIA Novosti
     

Un événement emblématique a lieu ce vendredi dans l’histoire de la construction du gazoduc Nord Stream. Dans la baie Portovaïa on soude ses deux tronçons : terrestre, passant par le territoire de Russie, et sous-marin, le reliant sous la mer Baltique à l’Allemagne.

La construction de ce système de transport de gaz naturel vers l’Europe, d’une capacité prévue de 55 milliards de m3 par an, est sur la ligne d’arrivée. Les premières livraisons aux clients européens auront lieu probablement déjà en septembre-octobre. Pour la Russie cela signifie une diversification des itinéraires de transport de gaz en Europe, et pour le Vieux Monde – une plus grande stabilité énergétique, constate Valéry Iazev, membre du comité pour l’Energie à la chambre basse du parlement russe :

Nous dépendrons moins des pays de transit pour le corridor Iamal – Europe de l’Ouest (ce sont le Bélarus et la Pologne) et pour le corridor ukrainien. Et levons les risques de transit en livrant directement du gaz à l’Allemagne, le plus gros consommateur européen. Le deuxième aspect est lié à une demande croissante de gaz naturel en Europe, y compris russe. Les prévisions établissent la croissance de sa consommation ici à 150-200 milliards de m3 par an. Cela demande de nouvelles capacités de transport. Le Nord Stream, c’est 55 milliards de m3 et le South Stream, c’est encore 63 milliards de m3, ce qui couvre justement les besoins croissants de l’Europe.

Lors de la réalisation du projet de construction du gazoduc sous la mer Baltique l’écologie a été une question centrale. La mer éprouve déjà des surcharges du fait de la construction des terminaux pétroliers, du trafic croissant des pétroliers. Aussi nombre de pays exprimaient-ils des craintes sérieuses à propos de la mise en œuvre de ce projet. Mais Gazprom russe a résolu avec succès tous les problèmes, met en relief Valéry Iazev :

Les compagnies participant au projet ont dépensé des sommes énormes pour l’adapter aux normes de l’ONU et aux conventions internationales au regard de l’impact sur l’environnement. C’est-à-dire que nous avons appris à construire des systèmes technologiques complexes en minimisant le préjudice causé à l’environnement.

La Russie a conclu des contrats à long terme avec des consortiums, comme E.On Rhurgas et Gaz de France. Le marché du Nord Stream embrasse l’Allemagne, la France, la Belgique et la Grande-Bretagne.

10:47 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

Les commentaires sont fermés.