Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2011

Les Européens sont plus que lassés des politiques migratoires de leur gouvernement.

Sondage : les Européens sont contre l'immigration

Publié 23 août 2011

Un sondage Ipsos réalisé dans 23 pays a révélé que la population de nombreux pays du monde avait une opinion peu favorable de l'immigration. Nombreux sont ceux qui considèrent que ses effets sont négatifs et qu'elle est trop importante. Les pays européens sont ceux où se reflète le plus cette tendance.

Une majorité de personnes, dans des pays aussi divers que l'Allemagne, l'Afrique du Sud, la Russie, la Turquie et les Etats-Unis, considérerait l'immigration comme ayant un impact « assez ou très négatif ».

Ce sentiment anti-immigration était particulièrement fort en Europe, avec plus de 65 % d'Espagnols, d'Italiens et de Britanniques totalement ou partiellement d'avis qu'« il y a trop d'immigrants dans [leur] pays ».

La Pologne et la Suède étaient les seuls pays européens où la majorité des personnes interrogées ne percevaient pas l'immigration comme ayant un impact négatif. Dans aucun pays, la majorité des personnes ne considérait l'immigration comme bénéfique.

La majeure partie des personnes dans la plupart des pays européens considérés était d'avis que l'immigration avait pour conséquence qu'il était plus difficile de trouver du travail et que cela « mettait trop de pression sur les services publics », tels que la santé et l'éducation.

Ce sentiment anti-immigration pèse sur la liberté de circulation à l'intérieur de l'UE. Le 11 août, la Commission européenne a d'ailleurs approuvé les mesures de l'Espagne visant à exclure les travailleurs roumains de son marché du travail. Le taux de chômage espagnol est de loin le plus élevé de l'UE, avec 21 %. En outre, la Bulgarie et la Roumanie ont récemment vu leur adhésion à l'espace Schengen de libre circulation reportée.

Les gouvernements danois et néerlandais, dont les majorités parlementaires dépendent du soutien des partis d'extrême droite anti-immigrants, ont particulièrement fait pression pour limiter l'immigration. Dans le cas du Danemark, l'instauration unilatérale de nouveaux contrôles aux frontières a été vivement critiquée par la Commission européenne et l'Allemagne.

Une immigration en déclin et inégale en Europe

Le nombre d'immigrés dans le monde a fortement augmenté ces dix dernières années selon l'Organisation internationale pour les migrations, passant de 150 millions en 2000 à 214 millions aujourd'hui. L'immigration vers l'Union européenne a toutefois quelque peu baissé ces dernières années, en raison de la récession économique.

Une étude importante, publiée le mois dernier par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a montré que l'immigration vers la plupart des pays européens avait baissé en 2009, notamment vers la France (7 %), l'Allemagne (13 %), l'Espagne (18 %) et l'Italie (25 %). Le taux d'immigration en Irlande et en République tchèque a presque diminué de moitié au cours de la même année.

Aussi, le propre service statistique de l'UE, Eurostat, a vu l'immigration vers les pays de l'UE chuter de 6 % en 2008, tandis que l'émigration augmentait de 13 %. Cependant, Eurostat indique également que le nombre de résidents étrangers dans les différents pays européens est en augmentation, passant d'environ 28 913 000 en 2007 à 32 493 000 aujourd'hui (ces chiffres comprenant les citoyens européens résidant dans un autre pays membre).

Si le sentiment anti-immigration est largement partagé dans toute l'Europe selon ce sondage, il existe toutefois des différences significatives entre les différents pays. Le nombre d'étrangers dans certains pays, en particulier en Allemagne, en Belgique et en France, a augmenté assez faiblement ces dix dernières années, voire baissé.

Dans certains pays, traditionnellement terres d'émigration, le nombre de résidents étrangers s'est envolé de manière spectaculaire. Selon Eurostat, leur nombre est passé, entre 1999 et 2010, de 1,2 million à 4,2 millions en Italie, de moins de 120 000 à 420 000 en Irlande, et de 650 000 à 5,7 millions en Espagne.

11:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.euractiv.com

Les commentaires sont fermés.