Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2011

Une nouvelle crise du gaz entre Moscou et Kiev. Les USA manipulent Kiev faisant miroiter des réserves de gaz de schiste à profusion.

Les menaces au lieu d’un dialogue

1.09.2011, 14:24

© Collage: Voix de la Russie
     

« Naftogaz d’Ukraine » a présenté une demande à Gazprom russe sur la baisse d’un tiers des achats du gaz naturel en 2012. Plus tôt, le gouvernement ukrainien avait déclaré qu’au cours de quelques années prochaines il réduirait d’un tiers les livraisons du gaz russe.

Selon le contrat gazier russo-ukrainien de 2009, « Naftogaz » prévoyait acheter annuellement 52 milliards de mètres cube de gaz. En cas d’achat d’au moins de 80% de ce volume, il devait payer ces 80% d’après la formule « Prend et paie ». Le contrat prévoit la baisse des livraisons de 20%. Dans ce cas là, « Naftogaz d’Ukraine » doit payer d’après la formule « prend et paie » au minimum 33,3 milliards de mètres cube. Cependant, dans la demande pour 2012, adressée à Gazprom, il y avait un autre chiffre – 27 milliards. Le chef du géant gazier russe Alexeï Miller raconte que Kiev devra payer pour 33 milliards, mais on y livrera autant de combustible que voudront les autorités ukrainiennes.

On pourrait penser que l’arithmétique qui est inscrite dans l’accord est évidente. Cependant Kiev menace de rompre le contrat, soi-disant en raison de la formation injuste des prix. Ces démarches ressemblent au chantage, souligne le célèbre politologue ukrainien Leonid Gratch.

Nous devons évaluer réellement tous les processus qui se déroulent en Ukraine. Ce sont des processus de provocation. Quand l’Ukraine a besoin de quelque chose, ils viennent et se plaignent. Youchtchenko se plaignait le moins. A ce qu’il parait, l’Ukraine poursuivra l’affaire de Youchtchenko, elle continuera son avancement vers l’Occident. Quand le processus de la création de l’OTSC et de l’espace économique unique a commencé, quand on a réalisé la première étape de la création de l’Union douanière, la vie a posé la question carrément : l’Ukraine, tu es avec qui ? Et voilà, qu’on a vu le vrai visage des hommes politiques ukrainiens qui avaient dit une chose pendant la campagne présidentielle et font actuellement le contraire.

Dans les conditions actuelles Kiev a besoin que le tribunal prononce à l’ex-Premier ministre Youlia Timochenko un verdict de culpabilité et qu’il reconnaisse que le contrat actuel avec la Russie avait été conclu avec la violation de la loi. C'est-à-dire, il doit être revu. Cependant, Kiev a fait du zèle : les élites politiques des pays principaux du monde entier exigent de libérer Timochenko, sinon ils promettent à l’Ukraine beaucoup de problèmes. Le ministère des Affaires Etrangères de Russie a rappelé dans sa déclaration récente que l’accord gazier de 2009 avait été conclu conformément aux législations nationales des deux Etats et au droit international et on avait reçu toutes les instructions nécessaires de la part des présidents de Russie et d’Ukraine.

 

Gaz de schiste: Shell entend investir 600 M USD en Ukraine

 
31.08.2011, 17:06

Photo: EPA
     

 

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell se propose d'investir quelque 600 millions de dollars dans l'extraction de gaz de schiste en Ukraine, a annoncé mercredi Sergueï Levotchkine, chef de l'administration du président ukrainien.

"Le géant de l'énergie signera au cours de cette semaine un accord approprié avec Naftogaz (société publique ukrainienne, ndlr)", a déclaré M.Levotchkine devant les journalistes à Kiev.

Et d'ajouter que jeudi, la délégation de Shell serait reçue par le président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

Auparavant, le ministre ukrainien du Combustible et de l'Energie Iouri Boïko avait fait savoir que l'Ukraine envisageait d'entamer l'extraction de gaz de schiste dans 5 à 7 ans, et que des sociétés américaines avaient déjà passé avec leurs collègues ukrainiens des contrats pour commencer ce travail.

Selon le ministre, d'ici le milieu de 2012, l'Ukraine entend évaluer le potentiel de ses gisements de gaz de schiste. Toutefois, les experts américains supposent que de tels gisements en Ukraine sont encore plus prometteurs qu'aux Etats-Unis.

D'après la société Nadra Ukrainy, l'Ukraine possède les plus importantes réserves de gaz de schiste en Europe et pourrait dans 5 à 7 ans en produire 7 à 10 milliards de mètres cubes par an.

10:19 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

Les commentaires sont fermés.