Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2011

Washington dévoile, via le Pentagone avec L. Panetta et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, son nouvel ennemi n°1 : BRICS. Rien de moins!

Les BRICS ne plaisent pas à tout le monde

12.09.2011, 15:02

Photo: RIA Novosti
     

Les BRIC menaceraient la sécurité nationale des Etats-Unis. Le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine constitueraient une menace pour les Américains au même titre que le terrorisme, les cyber-attaques, les programmes nucléaires iranien et nord-coréen. Selon le nouveau patron du Pentagone Leon Panetta, Washington devrait consacrer les dix prochaines années à protéger la planète des efforts employés par ces pays-là pour saper les fondements de ce monde.

Dans un rapport présenté au Congrès fin août, le Pentagone avertit : dans neuf ans la Chine est capable de devenir aussi armée que les Etats-Unis. En investissant massivement dans la production d’équipements militaires, la Chine accède aux nouveaux horizons ce qui risque de rompre l’équilibre militaire dans la région. Quant à la Russie, c’est le seul pays dont le potentiel nucléaire stratégique est comparable à celui des Etats-Unis.

Mais la puissance militaire en hausse chez les BRIC (ou BRICS depuis l’adhésion récente de l’Afrique du Sud) n’est pas la seule à alarmer les analystes américains. Il y a aussi l’expansion économique de ces pays. En pleine crise financière mondiale les experts ont bien parlé de la croissance fulgurante des économies en développement.

Le rapport du Pentagone et les propos du patron de celui-ci pourraient certes être pris pour une autre manifestation des opinions anti-BRICS. Mais M. Panetta n’est malheureusement pas le seul à partager ces opinions. Un peu plus tôt la secrétaire d’Etat américain Hilary Clinton a eu des propos dont on peut comprendre que Washington est loin de renoncer à son idée d’hégémonie américaine dans le monde. Selon Mme Clinton, les Etats-Unis sont les premiers dans tous les domaines et tous les autres doivent bien les suivre. La position prise par Washington lui fait voir la menace là où il y en a pas, dit à la Voix de la Russie le directeur du Centre des études politiques et sociales, Vladimir Evseïev :

« Il est très dommage que pour les Etats-Unis d’Amérique la stabilité veut toujours dire un monde unipolaire avec leur prédominance. Avec une position de la sorte ils continueront à combattre des ennemis imaginaires tels que l’Inde, par exemple. Mais le monde fait face à des menaces bien réelles qu’il faut combattre tous ensemble ».

De l’époque de l’Empire britannique les colonisateurs avaient pour mot d’ordre de « civiliser les autres races ». Cette idée a été par la suite développée aux Etats-Unis où elle a reçu le nom de « démocratisation ». Mais il y a une multitude de civilisations différentes dans le monde qui sont tout à fait capables à coexister à condition de ne pas leur imposer les principes et valeurs qui leur sont étrangers.

 

NOTA BENE :

LA LORGNETTE DE LA 3ème GUERRE MONDIALE.pdf

Les commentaires sont fermés.