Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2011

La Turquie comme nouvelle puissance mondiale sera-t-elle le stimulus qui poussera l'UE à une centralisation accélérée?

La Turquie, nouveau grand acteur géopolitique

18/09/2011

On le pressentait déjà mais Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre de la Turquie et fondateur du parti largement majoritaire dit Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, ou AKP), manifeste une volonté forte de s'imposer comme le leader, au moins moral, des peuples touchés par le printemps arabe. Il vient d'y faire une tournée très applaudie. Il sert dorénavant ainsi aussi de référence aux oppositions visant à renverser les régimes autoritaires au Proche et Moyen-Orient. Son influence se substitue à celle des Etats-Unis, en recul dans toute la zone. Quant à l'Europe, bien que directement concernée par tout ce qui passe à ses frontières méditerranéennes, elle semble plus que jamais incapable d'exercer un rôle constructif. Ajoutons que Recep Tayyip Erdogan n'entend pas limiter l'influence de la Turquie à la Méditerranée. C'est un grand voyageur et il y a peu de pays un tant soit peu importants qu'il n'ait pas visités.

Plusieurs raisons, abondamment soulignées par les experts en géopolitique, justifient ce rôle grandissant de la Turquie et de son Premier ministre. Il y a d'abord la géographie. La Turquie occupe un espace charnière entre l'Europe, la Russie, l'Afrique et l'Asie. Son importante population, avec de fortes capacités migratoires, dont au moins une moitié s'est dotée de compétences comparables à celles des sociétés occidentales, lui permet de jouer parmi les grands Etats développés. Son économie, sans disposer de ressources naturelles considérables, a bénéficié d'investissements internes et étrangers qui lui assurent aujourd'hui une croissance d'environ 6%, inégalée dans la région. Son modèle économique est envié, notamment en Egypte, de taille voisine mais qui n'a pas su encore valoriser ses atouts.

Au plan politique, la Turquie, longtemps considérée comme un satellite des Etats-Unis, de par notamment sa présence dans l'Otan, en gardien avancé contre l'influence de la Russie, a réussi à s'émanciper. Elle entretient dorénavant de bons rapports avec Moscou. Par ailleurs et surtout elle se distingue de plus en plus de Washington dans le rôle traditionnel d' « allié d'Israël » qui lui avait été assigné. Il faut dire que l'intransigeance et les maladresses répétées du gouvernement Netanyahu ont beaucoup contribué à cette prise de distance. Tant que la question palestinienne n'aura pas été réglée, la Turquie jouira ainsi d'un prestige considérable auprès notamment de la « rue arabe » dans les différents pays arabo-musulmans. L'armée puissante dont elle dispose contribue à ce prestige.

On pourrait penser que ces pays précisément, se méfieraient du rôle grandissant de la Turquie, susceptible de réactiver l'influence de l'Empire Ottoman, qui avait ensanglanté la région avant et après la première guerre mondiale. Mais ces souvenirs sont lointains et tant que la Turquie restera diplomatiquement prudente, nul ne reprochera aux Turcs de n'être pas des Arabes. La volonté commune à la Turquie et aux Etats arabes, y compris à ceux issus du printemps démocratique récent, de favoriser un islam présenté comme politique mais néanmoins modéré, ne peut que plaire à des populations restées, y compris en Afrique du Nord, profondément pieuses. La Russie elle-même, qui se débat avec des républiques musulmanes agitées, s'intéresse beaucoup à la référence apaisante que représente l'islam modéré sur le mode turc.

Reste la question des relations entre la nouvelle Turquie et l'Union européenne. Il fut un temps, il y a quelques années, où les Etats-Unis, soucieux avant tout d' handicaper le développement de l'Europe en tant que puissance souveraine et indépendante, avaient beaucoup fait pour imposer l'entrée de la Turquie dans l'Union. La Turquie occidentalisée et atlantisée, soumise à leur influence, aurait été pour eux un cheval de Troie permettant de pénétrer de l'intérieur les institutions et l'économie des pays européens. Les élites turques avaient un moment pensé que l'adhésion les auraient favorisées. Les patronats européens, quant à eux, avaient été séduits par la possibilité de jouer sur une abondante main d'oeuvre peu exigeante circulant au sein de l'espace commun.

Aujourd'hui, la question de l'opportunité de l'adhésion de la Turquie à l'Europe ne devrait plus se poser. D'une part, comme indiqué plus haut, Recep Tayyip Erdogan suivi en cela par les forces vives de son pays a compris qu'il aurait plus d'influence, dans le monde et en Europe même, s'il restait à l'extérieur de l'Union au lieu de se soumettre à ses contraintes. Par ailleurs, les Européens sont de plus en plus sensibles, à tort ou à raison, aux incompatibilités diverses que représenterait l'entrée d'un Etat ayant renoncé à la laïcité et affichant son rattachement à l'islam, fut-il modéré. Ceci d'autant plus que beaucoup soupçonnent la possibilité, en Turquie comme dans les Etats arabo-musulmans, de voir monter en puissance des mouvements islamiques de plus en plus radicaux. Il n'est pas certain que la partie occidentalisée (et féminine) de la société turque verrait cette montée d'un bon oeil, mais le risque n'est pas nul et dans l'ensemble, pour le moment, les gouvernements européens veulent s'en prémunir.

Par contre, s'il existait une véritable union fédérale européenne capable de se comporter en puissance politique et économique indépendante, tant vis-à-vis de la Turquie que, pour d'autres raisons, vis-à-vis de la Russie ou d'Israël, les Européens pourraient envisager avec sérénité de véritables coopérations stratégiques avec ces divers pays. L'ensemble de la Région en bénéficierait, par exemple au sein d'une Union pour la Méditerranée rénovée. Mais l'Europe, restant divisée et soumise à l'influence de l'Amérique pour qui ceci constituerait un ultime affront et perte d'influence, n'ose pas se lancer dans cette voie. Ses relations avec la Turquie et avec les nouvelles démocraties arabes en souffriront nécessairement.

Jean-Paul Baquiast

 

NOTA BENE :

 

En quoi l’intégration de l’Union Douanière à l’Union européenne rencontrerait ses aspirations?

Poutine vient de faire une proposition d'intégration de l'Union Douanière (Russie-Biélorussie-Kazakhstan) à l'Union européenne (Source Ria Novosti 17:23’ 16/09/2011: Yana Lapikova). C'est ce qu'on appelle de l'inédit et l'offre de la dernière chance, pour les deux parties d'éviter des crises futures intracontinentales, qui tombe à point nommé alors que l'Amérique est déstabilisée de l'intérieur, perdant inexorablement de sa puissance intrinsèque.

C'est une opportunité réelle pour l'Union européenne qui assurerait son approvisionnement en énergie et verrait une alternative à son attachement à la City en déplaçant le centre de gravité financier vers Moscou. Effectivement, Medvedev a lancé le chantier d'un nouveau pôle financier rendu public au printemps 2011 mais dans l'ère du temps depuis 2008. La BCE devrait y percevoir une bouffée d'oxygène pour le sauvetage de l'euroland, la Russie possédant une réserve moins rivée au dollar qu'à l'euro sur lequel elle a tout misé. Si l'euroland coule, la Russie sera grippée. Et c'est bien, me semble-t-il, ce que recherche la City et Wall Street soutenus par leur Congrès et Chambre des Lords avec les attaques incessantes des marchés orientés depuis ces deux centres névralgiques de la finance mondiale. Le but poursuivi n’a de secret pour personne : empêcher l’unification des puissances continentales qui échapperaient de fait à l’hégémonie anglo-saxonne et son projet de centralisation ultime de sa domination mondiale économique, financière, politique et militaire.

Poutine joue finement. Le renard pétersbourgeois la joue à temps cette carte pour remettre de l'ordre dans l'Union et sur le continent. C'est maintenant ou jamais. A nous de savoir ce que l'on veut.

Géopolitiquement, la nouvelle confédération eurosibérienne contrecarrerait la montée des influences régionales dans le Sud de l'Europe telle la Turque dans les Balkans et au Sud-Caucase en plus d'offrir des débouchés inattendus en Asie centrale. La nouvelle Europe unie de Madère au Détroit de Behring serait en mesure de freiner l'expansion de la Chine dans cette région délicate et serait en mesure de peser confortablement sur l'Iran si Ahmadinejad ne se rallie ouvertement au nouveau pôle d'attraction que deviendrait ce monstrueux conglomérat d'un genre nouveau. Evidemment, cela implique de se détacher de la morbide soumission aux anglo-saxons. De toute façon, rien ne dit que la Grande-Bretagne restera longtemps au sein de l'Union étant donné la montée en puissance de l’euroscepticisme anglais en parallèle de celle du nationalisme ethnique face à la crise de l'euro et de la récession qui les accable amèrement ; alors que la Russie affiche des taux de croissance annuelle régulièrement supérieurs à la moyenne européenne (+ de 6 %), une dette publique de 8% fin 2007 et un taux de chômage de 6% (2006), tous chiffres qui doivent scintiller dans l’esprit économiste des leaders européens. Ce serait aussi une manière d'obvier à une crise sur l'ABM américain sous couverture de l'OTAN. L'Europe serait avantagée dans la course de l'Arctique qui, par l'intégration même, serait amenée à prendre position pour ses nouveaux intérêts offerts par la Russie et ce contre les intérêts Nord-Américains (USA et le Canada qui continue à revendiquer unilatéralement tout l'Arctique pour elle toute seule sans l'assentiment des USA). Dans ce contexte à venir, il serait bon que l'UE défende les intérêts continentaux face à l'arrogance de l’Amérique du Nord; il y va de son intérêt sinon elle continuera à picorer les miettes d'Outre-Atlantique. L'économie européenne ne s'en sortira que gagnante, ne fut-ce que sur le continent, dans la CEI, l'Asie centrale, le Caucase et l'Arctique. En ne négligeant pas la redoutable force de frappe que serait cette nouvelle entité, qu'elle prenne la forme d'une confédération assurant la protection des deux blocs occidental et oriental du continent ou de l'Union fédérale élargie.

L'empire néo-ottoman n'a pour le moment qu'une emprise populaire dans l’espace Proche et Moyen-oriental, mais quid à terme si celle-ci devait englober la sphère politique et de surcroît la dimension confessionnelle? La république kémaliste ne serait plus qu’une parenthèse close à jamais dans l’Histoire turque. Face à un durcissement voire une éventuelle radicalisation religieuse qui fédérerait l'ensemble Moyen-oriental, excepté l'Iran qui s'accroche à son espace persanophone (Afghanistan, Tadjikistan et une partie du Pakistan pour le chiisme), la nouvelle Eurosibérie deviendrait, en termes de promesses, la première zone économique du monde, la première puissance énergétique, et son niveau technologique en concurrence agressive avec l’étendue anglo-saxonne, la puissance spatiale incontestable ; cette énumération pourrait tiédir les ardeurs néo-ottomanes qui menacent ouvertement l'Union européenne de gel des accords en 2012, voire une rupture dans les relations si Chypre présidait l'Union dans le second semestre de cette année.

L'Angleterre se retrouverait irréductiblement mat sur l'échiquier géopolitique. Son "diviser pour régner" et surtout "empêcher l'avènement d'un continent unifié solide" n'auraient plus de prise.

 

Les commentaires sont fermés.