Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2011

L'aide russe à l'Union européenne pour sauver financièrement la zone euro, sera une opportunité d'ouverture forcée sur la Russie. Spasiba!

La Russie va soutenir la zone euro

26.09.2011, 20:19

© Collage: "Voix de la Russie"
     

Les problèmes de dettes de l’Europe provoquent la panique sur les marchés boursiers mondiaux. Les experts sont persuadés, qu’il n’y a pas de raisons intérieures pour cela. Cependant, on a besoin des mesures extrêmes pour stabiliser la zone euro. En raison de cela le ministre des finances de Russie Alexeï Koudrine a déclaré que le pays était prêt à investir de l’argent dans les obligations du Fonds européen de la stabilité financière. Moscou propose également au FMI des moyens supplémentaires pour soutenir les pays de la zone euro qui ont des problèmes.

Le ministre croit que les investissements dans les titres du Fonds européen de stabilité financière c’est une mesure justifiée. C’est non seulement la possibilité d’aider la zone euro. Dans son interview à la chaîne Russia Today, il a souligné que c’est avantageux du point de vue des investissements:

« Nous pourrons aider en investissant notre argent dans la zone euro. Ce mécanisme permettra de mobiliser nos ressources. C’est l’extension des possibilités pour nos investissements. Nous sommes prêts à faire cette démarche. Nous croyons que ce n’est pas dangereux et même avantageux. Nous sommes également prêts à accorder de l’argent supplémentaire au FMI et à soutenir de cette façon les pays qui ont des problèmes. Cela peut être fait à l’aide des moyens du Fonds européen de stabilité financière aussi bien que du FMI ».

La veille le chef du FMI Christine Lagarde a déclaré que les moyens du Fonds peuvent être insuffisants pour sauver la zone euro. Sur les comptes de l’organisation il y a seulement 400 milliards d’euros, alors qu’ils ont besoin d’un trillion. Dans ces conditions, le soutient des pays du BRICS à qui Lagarde s’est déjà adressée sera très important. La Russie, a été la première qui a annoncé qu’elle était prête à faire des démarches concrètes.

Plus tôt le ministre des finances de Russie avait déclaré que la Russie pouvait également acheter les obligations européennes. Cependant, aujourd’hui le destin de cet instrument est mis en question parce que les chefs des pays de l’UE ne peuvent pas élaborer une position consolidée. Selon les experts, un comportement pareil avait déjà entraîné l’expansion de la crise jusqu’aux dimensions incontrôlées. Les membres de l’UE ont décidé de demander une aide. Chypre a adressé à certains pays une demande de lui allouer un crédit de 2,5 milliards de dollars. La Russie a déjà déclaré qu’elle le lui allouerait avec des conditions les plus favorables.

Les commentaires sont fermés.