Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2011

Dans quelle mesure l'annonce du retour à la présidence de Poutine annonce-t-elle des troubles à venir dans les pays du Sud-Caucase?

Kocharian pourrait s’inspirer de Poutine

 

Alors que les hommes politiques en Arménie ne craignent pas un grand changement en Russie depuis l’annonce du remaniement, les commentateurs et analystes locaux, quant à eux, pensent que ce remaniement aura un impact considérable. Poutine est de retour au Kremlin.

En Arménie, les prédictions vont bon train. Les analystes pensent depuis samedi dernier que l’ex-président Robert Kotcharian va tenter de faire un retour en politique. La Russie a en effet déclaré que le président Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine vont bientôt échanger leur fonction.

Cet échange était couru d’avance en Russie. Il a donné lieu à de nouvelles discussions en Arménie au sujet des plans de Kotcharian pour les prochaines élections parlementaires et les présidentielles de 2013.

Richard Giragosian souligne dans l’une de ses plus récentes analyses au Centre d’étude régional d’Erevan que dans une série de domaines, « allant des questions militaires et de sécurité aux sujets économiques et politiques, la Russie exerce une influence notable sur l’Arménie. »

« Le retour de Poutine peut exercer une influence significative sur le cours de la politique arménienne, comme il peut encourager un retour similaire au pouvoir de l’ancien président arménien Kotcharian ».

Kocharian a été président de 1998 à 2008 et est connu pour être proche de Poutine, plus que l’actuel président, Serge Sarkissian. Ce dernier souhaiterait développer des liens plus étroits avec l’Occident.

Les analystes prévoient également que Sarkissian et son opposant politique Levon Ter-Petrosian pourrait se rapprocher si Kocharian continue de faire pression.

Dans un article paru dans Lragir.am, l’analyste Hakob Badalian suggère que le retour de Kotcharian en politique pourrait conduire Ter-Petrosian à soutenir Sarkissian pour écarter la menace que représente Kocharian.

Après des mois d’incertitude sur un possible désaccord dans la coalition gouvernementale, les trois partis politiques ont finalement déclaré en février dernier qu’ils seront de retour à l’élection présidentielle de 2013 avec pour seul représentant le HHK.

Un porte-parole du BHK qui a la seconde faction la plus importante à l’Assemblée nationale arménienne a confirmé que le chef du parti Gagik Tsarukian a assisté à la convention des 23 et 24 septembre, Yedinaya Rossiya, à Moscou. Le BHK, qui est connu pour être du côté de Kotcharian, a signé un accord de coopération avec Rossiya Yedinaya en 2008. Et le fait que Tsarukian ait été un invité de la Convention de Moscou n’a fait qu’alimenter les spéculations au sujet des plans de Kotcharian et son désir de faire un retour en politique.

Un représentant du parti d’opposition a également rejeté un éventuel « scénarios du Kremlin » en Arménie.

Aram Manoukian, un membre du HAK, a déclaré lors d’une interview accordé à RFE / RL mardi que la vie politique intérieure en Arménie doit être décidée par le peuple arménien.

Mais Stepan Safarian était moins catégorique. Il a suggéré que l’avenir politique en Arménie dépendra largement des résultats des élections parlementaires de 2012.

mercredi 28 septembre 2011,
Laetitia@armenews.com

Les commentaires sont fermés.