Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2011

Une rencontre entre Benoït XVI, Bechara Raï et Cyril Ier serait un message rassembleur pour la chrétienté face à l'islamisation.

TSL, Hezbollah, Palestine, le nouveau patriarche maronite met les points sur les « I »

Point Fort :: Mercredi, 14 septembre 2011   

Ceux qui s’attendaient à ce que Mgr. Béchara Raï, 77ème patriarche de l’Église maronite, se couche devant les puissants et leurs laquais au Levant, en auront été pour leurs frais.

En effet, lors d’une entretien accordée à la chaîne pro-occidenatale Al-Arabiya, par Sa Béatitide, le Patriarche Raï, a fortement mis en doute l’impartialité du Tribunal Spécial pour le Liban (TSL). « Nous soutenons le TSL à condition qu’il ne soit pas politisé ou falsifié », a-t-il clairement affirmé.

Par ailleurs Sa Béatitude a présenté une approche, nouvelle et inattendue pour certains, au sujet des armes du Hezbollah, affirmant que « Ces armes sont liées à de nombreuses questions. Le Hezbollah devra rendre ses armes après le retour des Palestiniens à leurs foyers et la libération de la terre. C’est alors que nous lui dirons de livrer ses armes car elles deviendront inutiles », a souligné le patriarche.

Dans ce cadre, il a demandé à la communauté internationale d’aider à libérer la terre et à faciliter le retour des Palestiniens à leur terre.

Au sujet de l’avenir de la Syrie, Sa Béatitude a, également, averti que « si la situation empire en Syrie et qu’un régime plus dur que le régime actuel émerge, tel que le régime des Frères musulmans, les chrétiens dans ce pays paieront le prix, par des tueries ou l’exode ». « L’exemple de l’Irak est devant nous », a-t-il souligné.

Le patriarche maronite a également évoqué les retombées du soulèvement populaire syrien sur le Liban : « Il est vrai que la Syrie est sortie militairement du Liban, mais elle maintient des relations avec certains Libanais. Nous commençons au Liban à payer le prix des problèmes qui se posent en Syrie, du fait de la fermeture des frontières entre la Syrie et certains pays », a-t-il martelé.

Le Patriarche de l’Église maronite, Sa Béatitude Béchara Raï, en visite officielle en France à l’invitation du président français, Nicolas Sarkozy, n’A pas hésité défendu le président syrien, le Dr. Bachar El-Assad, et exprimé sa crainte d’une transition en Syrie qui pourrait représenter une menace pour les chrétiens d’Orient. « J’aurais aimé qu’on donne plus de chances à M. Assad pour faire les réformes politiques qu’il a commencées en Syrie », a-t-il confié sans détour, nous incitant à se garder « de lire la réalité orientale avec une vision occidentale ». « Assad a engagé une série de réformes, et il faut donner plus de chance au dialogue interne afin d’éviter la violence et la guerre. Il ne s’agit pas pour nous de soutenir le régime. Ce que nous craignons, c’est la transition… », a-t-il déclaré au cours de la Conférence des évêques.

Par ailleurs, à l’heure où le monde arabe est traversé par des vents de révoltes souvent douteuses, Mgr. Raï a tenu à rappeler à ses interlocuteurs, l’exemplarité du modèle libanais. « Dans notre pays, chrétiens et musulmans ont scellé un pacte national. Le pouvoir est partagé à égalité, dans le respect de chaque religion. C’est pourquoi le modèle libanais est une nécessité au Proche-Orient. Beaucoup de chrétiens arabes voient notre système comme une espérance ».

Espérons que d’autres, au Levant et ailleurs, sauront, désormais, faire preuve du dixième d’intelligence et du courage exprimés par Sa Béatitude…

Les commentaires sont fermés.