Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2011

Russie-Chine. Un partenariat plus que prometteur pour les deux puissances et qui consolide le statut multipolaire de la planète.

Moscou et Pékin optent pour l’innovation et l’investissement

11.10.2011, 21:34
null
 
       

En 2015 les échanges russo-chinois pourront s’élever à 100 milliards de dollars avec en perspective 200 milliards en 2020. C’est un objectif fixé par les dirigeants de deux pays qui comptent l’atteindre en revoyant en profondeur les relations économiques et commerciales bilatérales. Le président du gouvernement russe Vladimir Poutine termine sa visite à Pékin où il a rencontré son homologue chinois Wen Jiabao.

Les pourparlers au niveau des premiers ministres est une étape importante dans les relations entre la Russie et la Chine. Quatorze accords intergouvernementaux et commerciaux en matière d’agriculture, d’investissements, de tourisme ont été conclus pendant ces négociations.

Cette rencontre a montré que deux pays avaient su surmonter les conséquences de la dernière crise globale, a dit le premier ministre Wen Jiabao:

« On observe aujourd’hui une hausse fulgurante des échanges entre nos pays. Il y a toutes les raisons de penser que les échanges atteindront 70 milliards de dollars d’ici la fin de l’année. Ce sera un record historique. De la même façon l’oléoduc russo-chinois est en service, les échanges commerciaux en roubles et en yuans entre la Russie et la Chine se poursuivent. Nos banques centrales ont signé un accord sur le paiement en monnaie nationale ».

Les pourparlers témoignent des relations stratégiques profondes qui existent entre Moscou et Pékin, a déclaré Vladimir Poutine. Ces relations se réalisent dans des domaines très différents: coopération technologique et collaboration militaire, infrastructures et énergie:

« Nos priorités portent sur les nouvelles technologies et la création d’emplois qualifiés. Une attention particulière est prêtée aux nouveaux axes des investissements réciproques surtout dans les secteurs où il y a des ressources scientifiques et un fort potentiel de la main-d’œuvre. Il s’agit de l’industrie spatiale, des télécommunications, de la construction mécanique, de l’aéronautique, de l’agroalimentaire ».

Les commentaires sont fermés.