Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2011

La droiture de l'égérie. Vanessa Hessler, femme courageuse et fidèle ne reniant pas l'amour qu'elle aura éprouvé. La séduction faite femme.

«Alice» perd son job
par amour d'un Kadhafi

Par Stéphane Kovacs Mis à jour le 31/10/2011 à 18:29 | publié le 31/10/2011 à 18:16Réactions (36)
Vanessa Hessler, égérie d'Alice ADSL et Muatassim Kadhafi, fils du dictateur libyen. (Crédits photo: ABACA)
Vanessa Hessler, égérie d'Alice ADSL et Muatassim Kadhafi, fils du dictateur libyen. (Crédits photo: ABACA)
 

L'égérie d'Alice ADSL, Vanessa Hessler, vient d'être licenciée par l'opérateur Telefonica pour avoir révélé sa liaison avec un fils de l'ex-dictateur libyen.

«Alice» a perdu la connexion. La superbe blonde aux longues jambes, qui, à 23 ans, a déjà été l'égérie de L'Oréal, Ferrero ou encore du fournisseur d'accès à Internet Alice ADSL, vient d'être renvoyée par la maison mère de l'opérateur, la société espagnole Telefonica.

Vanessa Hessler, qui avait également tourné en 2008 dans le film «Astérix aux Jeux olympiques», a révélé dans une interview à paraître mardi dans le magazine italien Diva e Donna qu'elle avait eu «une très belle histoire d'amour» avec Muatassim Kadhafi, le fils du dictateur libyen, tué le même jour que son père, le 20 octobre dernier. «C'était une relation passionnée, nous sommes restés ensemble pendant quatre ans», a indiqué le top model américano-italien.

«Des gens très simples, comme vous et moi»

Muatassim, 36 ans, et son frère Seïf al-Islam avaient alternativement été considérés comme de possibles successeurs de leur père. Un télégramme diplomatique américain, diffusé par WikiLeaks, l'avait toutefois décrit comme un homme «peu curieux intellectuellement», auquel ses conseillers avaient du mal à faire lire «des mémos simples sur les affaires courantes».

Mais pour l'incarnation d'«Alice», la famille Kadhafi n'était pas du tout conforme à l'image que les médias occidentaux ont donné d'elle: «Ce sont des gens très simples, comme vous et moi», ose la belle blonde. «Nous -la France et la Grande-Bretagne- avons financé les rebelles. Les gens ne savent pas ce qu'ils (les rebelles) font, observe-t-elle encore. Le peuple libyen n'était pas particulièrement pauvre ou fanatique. Il ne faut pas croire tout ce qu'on entend.»

«En ce moment, tout me dégoûte à part la Libye, conclut-elle. Je n'arrive pas à croire que c'est vrai. Tout ça est très triste».

Devant le refus de la jeune femme de «se distancier» de ses propos, Telefonica a décidé de rompre son contrat. «Nous mettons immédiatement fin à notre coopération avec Vanessa Hessler en tant qu'égérie publicitaire d'Alice», a tweeté en début d'après-midi le porte-parole de l'opérateur en Allemagne, Markus Göbel.

Au moins, Vanessa n'aura pas tout perdu. Les téléspectateurs italiens la retrouvent lundi soir sur la Rai, dans un téléfilm où elle joue le rôle d'une «Cendrillon moderne». La belle n'aura sans doute pas de mal à trouver un prince un peu plus charmant…

20:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.lefigaro.fr

Les commentaires sont fermés.