Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2011

Le diktat allemand en Europe, la gestion des pays par la Finance, aidée par les militaires (Italie) et l'extrême-droite en Grèce = IVème Reich.

Au gouvernement, le FN grec pour la dictature... des marchés

Manifestation en souvenir des victimes de la dictature / Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

 
22.11.2011 | 18:00

Par

Dans l'indifférence générale, un parti d'extrême droite xénophobe, le LAOS, est, en Grèce, membre d'un gouvernement européen. Un parti très proche du FN, version Jean-Marie Le Pen, dont les dirigeants sont antisémites et négationnistes.

L’extrême droite participe au nouveau gouvernement de coalition censé sauver la Grèce de la faillite, avec un ministre et trois secrétaires d’État du LAOS (Alerte Populaire Orthodoxe, l'acronyme signifiant "peuple"). Des nostalgiques de la dictature des colonels (1967-1974) sont désormais au plus haut niveau de l’État, sans que cela n’émeuve vraiment la société grecque, tant la population est dans un état de sidération.

Assommés par la cascade d’évènements politiques (annonce d’un référendum, gouvernement de sauvetage national, attente de la 6ème tranche d’aide), mais surtout par la série de mesures qui affectent son quotidien: baisse des salaires et des retraites, licenciements massifs y compris de fonctionnaires, impôts exceptionnels qui leur tombent dessus, les Grecs sont dans une situation de survie mettant leur vigilance politique en berne.

Le seul député qui ait réagi en ne votant pas la confiance est Tsetin Mantazi, député du Pasok, issu de la minorité musulmane du nord de la Grèce:

Trente-huit ans après la chute du régime des colonels, c'est une bien triste évolution".

La date anniversaire du 17 novembre 1974 [Soulèvement contre la junte militaire, qui s’est terminé par un bain de sang, avec l’entrée des chars dans l’Université] a opportunément rappelé qui sont les ténors du LAOS. Makis Voridis, l'actuel ministre des Transports, avocat de formation, a été le secrétaire général du mouvement de jeunesse de la junte militaire, l’EPEN (cela ne s'invente pas! NDLR) quand il était étudiant.

Le Pen, témoin de mariage

En 1994, il fonde le Front Hellénique, sur le modèle du Front national, en ayant des liens privilégiés avec ses dirigeants: Jean-Marie Le Pen et Carl Lang furent ses témoins de mariage. Ce mouvement nationaliste deviendra le noyau dur du LAOS.

Adonis Georgiadis, devenu, pour sa part, secrétaire d’Etat à la Marine, est un éditeur marié à une présentatrice-star de la télévision nationale qui parade tous les jours sur la chaîne privée de droite TéléAsty, où il exhorte à la fierté nationale par des déclarations parfois loufoques, du style:

Les Grecs ont tout inventé pendant l'Antiquité, même le téléphone portable".

Mais plus souvent, par de violentes déclarations racistes et homophobes.

Mais les deux personnages les plus dangereux ne sont pas au gouvernement. Constantin Plevris, chantre de la junte des colonels, est la tête pensante du mouvement. Dans son ouvrage, "Les Juifs, toute la vérité", édité par... Adonis Georgiadis, il exprime le regret qu’Hitler n’ait pas pu tuer tous les Juifs d’Europe.

Garanti sans juifs, sans homos et sans francs-maçons

Quant à Georgios Karatzaferis, fondateur du LAOS, c'est le véritable maître du jeu. Ancien journaliste de 64 ans, excellent communiquant et tacticien, mais aussi antisémite et négationniste déclaré, c'est également un fervent partisan des thèses conspirationnistes (11 septembre, complot judéo-maçonnique...).

En 2000, quittant la Nouvelle Démocratie, il fonde le LAOS assurant que son parti était sans juifs, sans communistes, sans homosexuels et sans francs-maçons. Il a demandé l’an dernier, une amnistie pour les acteurs de la dictature des colonels.

Xénophobe, anticommuniste, ennemi de la mondialisation, le LAOS milite fermement contre l'immigration. Nationaliste, il a toujours revendiqué sa proximité avec l’Église et défend avec ferveur l’identité orthodoxe, avec une peur obsessionnelle d'un Etat multiculturel.

Il est aussi contre l'entrée de la Turquie dans l'UE et contre la reconnaissance de la Macédoine. Entré au Parlement en septembre 2007 et en constante progression (devenu la 4ème formation du pays avec 16 députés avec 5% des voix en 2009), le LAOS n’a rien à envier aux partis d’extrême droite qui prospèrent dans l’Europe en crise:

Le danger est toujours le même avec l’extrême droite. Elle flatte les pires instincts, oblige tout le monde a se positionner en fonction de ses propres thèmes et en période de crise, elle apporte des solutions faciles à des gens déroutés,

souligne Dimitri Psarras journaliste, auteur d’une biographie de Georgios Karatzaferis.

L'étrange tolérance de la société grecque vis à vis de cette composante radicale du nouveau gouvernement (on entend de plus en plus de Grecs regretter la stabilité économique de la période des colonels) s’explique aussi par le fait que les membres de cette extrême-droite parlementaire utilisent habilement les médias. Ils ont toujours tenté de se forger une image respectable, avec un double langage: sur les grands médias où ils sont reçus sans aucun ostracisme, ils s’affirment démocrates et pro-européens, tandis que sur les petites chaîne privées, ils ont un discours violent, montrant du doigt les immigrés clandestins, les juifs, les francs-maçons comme les ennemis de la nation.

Et sur le terrain, ils collaborent avec des groupuscules racistes (comme Chryssi Avgi, Aube d’Or, d’inspiration néonazie, ayant remporté un siège au conseil municipal d’Athènes en novembre 2010) qui terrorisent les immigrés.

Apôtre de la la dictature...des marchés

Hyper-libéral, le LAOS est le seul parti d’opposition à avoir soutenu les mesures d’austérité prônées par Bruxelles et à avoir voté les plans de rigueur successifs, en particulier le mémorandum signé en 2010 avec le Fonds monétaire international, la Commission et la Banque centrale européenne. Allié objectif du patronat grec, cette nouvelle donne politique lui convient tout à fait. On comprend dés lors mieux pourquoi il participe au gouvernement.

N’est ce pas le leader du Laos, qui dès 2009, avait proposé le nom de l’ex-banquier Papademos pour diriger le pays? Autre sujet d’inquiétude: contrairement à d'autres entrées de partis d'extrême droite dans un gouvernement, comme en Autriche avec le FPO en 1999, l’Europe n'a pas réagi cette fois-ci. La dictature des marchés est-elle si effective qu’elle n’a même plus besoin de cache-sexe éthique ?

Les commentaires sont fermés.