Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2011

L'Ukraine prend le parti de revenir dans la sphère eurasiatique russe. Moscou ne peut pas accepter que son frère traditionnel lui échappe.

www.euractiv.comLe sommet UE-Ukraine peut-être annulé ?

Publié 01 décembre 2011
  
 
 www.euractiv.com

Le sommet UE-Ukraine prévu pour le 19 décembre pourrait être annulé, ont affirmé des diplomates hier (30 novembre) à EurActiv. Ils ont évoqué des différends entre Kiev et l'Union européenne quant à l'emprisonnement de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko.

Certains « signaux confus » de la part de Kiev ainsi que l'incertitude qui plane sur certains dossiers empêchent la confirmation du sommet UE-Ukraine, ont confié des diplomates à EurActiv.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, la responsable de l'UE pour les affaires étrangères, Catherine Ashton, et le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, étaient censés participer à cette réunion.

M. Ianoukovitch a toutefois laissé entendre qu'il pourrait faire l'impasse sur ce sommet, a déclaré un haut diplomate de l'UE, ajoutant qu'il s'agissait là de l'un de ces « signaux confus ».

Selon la presse ukrainienne, M. Ianoukovitch devrait participer à une réunion du Conseil intergouvernemental de la Communauté économique eurasienne à Moscou le 19 décembre. Des fonctionnaires ukrainiens sont cités, affirmant que le sommet UE-Ukraine ne serait qu'une « formalité » et que M. Ianoukovitch avait d'autres priorités.

L'attitude du leader ukrainien pourrait être une réponse à la récente annulation de sa visite à Bruxelles prévue pour le 20 octobre (voir « Contexte »). Cette visite a en effet été annulée après que Mme Timochenko a été condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans une affaire qualifiée par l'UE de politiquement motivée.

« Tout le monde observe avec une grande attention ce qui se passe en Ukraine. Il s'agit de Ioulia Timochenko, d'autres affaires, mais aussi des discussions en cours sur un nouveau code électoral », a précisé le diplomate.

Critiques sur la réforme électorale

Le Conseil de l'Europe a critiqué Kiev pour avoir ignoré ses recommandations et poursuivi son propre programme. C'est la modification du système électoral qui fait l'objet des critiques les plus acerbes, dans la mesure où le Conseil de l'Europe estime que le nouveau système visera à favoriser la majorité au pouvoir.

Des élections législatives sont prévues pour octobre 2012, et le Conseil de l'Europe préconise que le code électoral ne soit pas amendé en amont d'un important scrutin.

M. Ianoukovitch pourrait également refuser de se rendre au sommet en raison de l'incertitude qui plane depuis longtemps sur la conclusion d'un accord d'association entre l'UE et l'Ukraine. Cet accord devait être conclu lors du sommet.

Ce sommet était considéré comme une étape clé dans la conclusion de l'accord d'association, ainsi que d'un accord de libre-échange approfondi et complet d'ici la fin de l'année.

Cela pourrait finalement ne pas avoir lieu. « A ce stade, il n'y a pas d'unanimité parmi les Etats membres sur la question », a affirmé le diplomate.

« Franchement, il est trop tôt pour présager de ce qui se passera ». Il a ajouté que des discussions avaient lieu à l'échelle bilatérale entre les Etats membres et Kiev.

Dans le même temps, Oleg Voloshyn, le directeur du département de l'information du ministère ukrainien des affaires étrangères, a déclaré que le sommet du 19 décembre aurait lieu « au niveau présidentiel », a rapporté le Kyiv Post.

EurActiv.com - traduit de l'anglais par Amandine Gillet
 
 
NOTA BENE :
 
J'avais donc vu juste, il y a peu lorsque j'évoquais une entreprise masquée des services russes, que j'estimais alors risquée mais qui semble aujourd'hui porter ses fruits. Voyez plutôt! :
 
 

Réaction à l’Observatoire de l’Europe

Jeudi 20 Octobre 2011

Affrontements violents dans les rues d'Athènes

Des affrontements entre groupes de jeunes cagoulés et simples manifestants ont éclaté jeudi lors du rassemblement contre l'austérité devant le Parlement grec, à Athènes. Plus de 60.000 personnes, selon la police, s'étaient rassemblés depuis le début de la journée, avant le vote par les députés d'un nouveau train de mesures contre l'austérité. Sous le regard de la police, des centaines de jeunes ont jeté pierres et cocktails Molotov sur les manifestants rassemblés derrière la bannière du PAME, le syndicat communiste qui privilégie les rassemblements organisés et pacifiques. Au moins six personnes ont été blessées et secourues par des secouristes bénévoles. L'ambiance était restée calme jusqu'à ces affrontements, sous les vitres des hôtels de luxe de la place Syntagma. Mercredi déjà, les manifestations avaient tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre. Les parlementaires grecs devraient donner leur feu vert dans la soirée à cette nouvelle cure de rigueur pour résoudre la sévère crise de la dette grecque. Le texte prévoit une réduction de 20% des salaires de la fonction publique et un abaissement du seuil du niveau d'imposition.(Reuters)

 

AccueilEnvoyer à un amiImprimerTaille +Taille -

Notez

Lu 409 fois

 

 

1.Posté par MBM le 20/10/2011 20:18

 

Qui étaient ces cagoulés? A priori, on penserait à un groupe téléguidé par les services de sécurité grecs. Mais le même syndicat communiste qui chaperonne la manifestation - dans quelle mesure? - trouverait peut-être un intérêt stratégique à la radicalisation extrême dans le calcul de voir exploser la sympathie d'un grand nombre de déçus du règne socialiste pour la cause communiste, qui représentait une frange assez minoritaire jusqu'à l'éclatement de la crise. Provoquer les passions politiques, au risque d'engendrer des remous au sein de la société civile entre factions anarchistes-communistes-nationalistes, est un jeu dangereux qui se retourne la plupart du temps contre ses instigateurs. La société grecque subissant depuis quelques années des vagues d'immigration importantes (les plus importantes d'Europe), je crains un prochain retour, dans le cas d'un chaos populaire qui s'idéologiserait, du nationalisme patriotique le plus exacerbé. Ce qui déboucherait immanquablement sur un nouveau régime autoritaire programmant l'émancipation des institutions européennes, des engagements financiers de l'euroland et du FMI pour revenir à un protectionnisme anti "tout ce qui aura existé sous le règne socialiste depuis ces décennies". Une anarchie de droite canalisée par une réorientation de la diplomatie extérieure vers ce qu'on appelait autrefois les "non-alignés", les émergents d'aujourd'hui, avec comme projet concret de rejoindre le rang multipolaire en dénonçant son adhésion à l'Otan et ses obligations au FMI. La Russie se charge déjà de prêter des sommes colossales. En cela, elle contrecarre la Chine dans le rachat progressif de la Grèce par les privatisations accélérées forcées par les créanciers. Il ne m'étonnerait pas que ces heurts soient finement et opportunément encouragés par les autorités du service extérieur russe, afin d'amener dans son escarcelle d'influence la Grèce, à l'image de l'affaire Timochenko en Ukraine que je soupçonne d'être le fruit d'un calcul risqué de Moscou afin que Kiev soit sanctionné et rejetée par l'UE pour qu'elle soit, par dépit, obligée d'intégrer l'Union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan. Exactement comme la Biélorussie qui se voyait, il y a peu, intégrer l'UE et qui s'est fait rejeter par celle-ci pour non respect des normes démocratiques alors que la société biélorusse était travaillée au corps par des ONG - humanitaires?- dont les manifestations ont été réprimées avec vigueur, mais sous l'impulsion de quelle logique? Probablement la même qui sied en Ukraine, ancrer sûrement la Biélorussie dans l'Union douanière et la future Union Economique Eurasienne. Prenons conscience d'emblée que cette "Union" aura pris de la graine du désastreux exemple européen, et imposera aux candidats futurs la soumission économique, financière et politique à un pouvoir centralisé. Ainsi, pas de surprise de retour de flamme comme on le voit présentement dans l'euroland. Mais avec des si, on refait aisément le monde...
http://mbm.hautetfort.com

Les commentaires sont fermés.