Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2011

Espoir déçu pour les Serbes du Kosovo qui espéraient bien hériter de la nationalité russe. Mais Moscou les soutient par d'autres aides.

Le soutien de la Russie aux Serbes du Kosovo n'inclura pas la citoyenneté russe

2.12.2011, 02:47

Photo: RIA Novosti
 
     
La Russie a promis son soutien à la minorité serbe du Kosovo, mais sous d'autres formes.

Le ministère russe des Affaires étrangères a répondu officiellement par un refus à la demande de 22.000 Serbes kosovars de la citoyenneté russe. Rappelons qu'une pétition a été remise au début novembre à l’Ambassade de Russie à Belgrade.

«Vu qu’une telle demande ne saurait être satisfaite dans le cadre de la législation russe sur la citoyenneté, Dmitri Medvedev a chargé d’intensifier l’octroi du soutien aux Serbes kosovars sous d’autres formes», a-t-il dit à un briefing à Moscou le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

Il a été notamment décidé d'apporter une aide humanitaire aux Serbes du Kosovo. «Le premier avion avec les vivres et les produits de première nécessité a déjà été envoyé en Serbie. Et une colonne avec les aides humanitaires est en voie en formation sur instruction du président de Russie, a dit Alexandre Loukachevitch.

Citoyenneté russe - un geste politique

«A mon avis, l’initiative des Serbes kosovars est un geste symbolique, plutôt que politique, traduisant la confiance à la Russie et le mécontentement de la politique de Belgrade. La pétition a accompli sa mission», a dit au correspondant de Voix de la Russie le rédacteur en chef de la revue interactive Nouvelle pensée politique serbe George Vukadinovic.

«La Russie adopte une attitude ferme envers le Kosovo. Aucun autre pays ne soutient la Serbie avec un tel esprit de suite. Belgrade ne se montre pas toujours conséquent dans ses actions et cède à la pression de la part des pays occidentaux. Dans le même temps, pour reprendre l’expression du chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov, «nous ne saurons être plus Serbes que les Serbes». Il faut comprendre cette phrase littéralement».

Lutte pour l'intégrité territoiriale

Prenant en considération les liens culturels, historiques et religieux profonds entre les Russes et les Serbes, vu les conditions compliquées dans lesquelles vivent les Serbes au Kosovo, plusieurs d’entre eux seront sans doute déçus de la décision de la Russie. Mais cela ne signifie pas que Moscou laissera les Serbes à l’arbitraire et n’aidera pas Belgrade dans la lutte pour l’intégrité territoriale de l’Etat. Il existe des formes et des instruments différents de soutien que la Russie emploie depuis longtemps.

«Force est de reconnaître que les Serbes du Kosovo et de Metohija attendaient plus», précise Marco Jaksic, vice-président du parlement de l’association des communautés serbes du Kosovo-Metohija. «D’autant plus que Belgrade ne s’intéresse pas au Kosovo, ni aux Serbes habitant dans la région. Les récents événements le confirment. Avec la citoyenneté russe les Serbes kosovars se sentiraient plus défendus, la Russie étant un Etat fort et jouissant d’une grande autorité. Néanmoins, nous luttons pour le Kosovo et nous espérons que la situation évoluera pour le mieux. Quoi qu’il en soit, notre peuple est reconnaissant à la Russie de tout ce qu’elle a fait pour le Kosovo et la Metohija. Elle a malheureusement fait plus, que notre Patrie - la Serbie», explique-t-il.

Néanmoins, le nombre de Serbes qui cherchent à obtenir la citoyenneté russe dépasse 70.000. Mécontents des actes des autorités du Monténégro qui veut définir leur statut, les réfugiés serbes du Kosovo les rejoignent.

Les commentaires sont fermés.