Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2011

Lorsque Charles Dereeper (objectifeco) pique un coup de gueule, il n'a qu'une chose à vous dire : REVEILLEZ-VOUS!

Le premier conflit est générationnel

Les baby boomers refusent littéralement d'assumer le monde qu'ils livrent collectivement à leurs enfants après leurs passages. Partout, dans tous les pays il y a pour 30 ans de dettes à payer, les intérêts représentant le premier poste de dépense des Etats. La base de la vie humaine est l'alimentation, la santé, posséder une maison agréable, avoir une famille. Après le passage des baby boomers, que pouvons nous constater ?

Ils ont massivement développé le complexe agro chimique. Parallèlement à ce développement, les taux de cancer ont explosé (juste une coïncidence selon eux non prouvée scientifiquement). L'obésité fait des ravages (40% des femmes en France, 70% aux USA). Le diabète progresse de manière dangereuse. Aux USA, des millions d'américains ont été AMPUTES des mains ou des pieds, vous avez bien lu le mot est AMPUTES. Certains spécialistes affirment que 60% de la population est en situation de pré diabétique. 65% des américains affirment tromper leur conjoint marié dans des sondages. Les taux de divorce ont explosé. La notion de famille a éclaté. Les liens avec les anciens sont coupés. Au niveau de l'environnement, la pollution est en passe de détruire notre habitat. On ne peut plus trouver de poisson de rivière en France qui soient consommables. Enfin, du côté de l'immobilier, il fallait dix ans pour payer une maison avant l'arrivée des baby boomers. Il en faut aujourd'hui 25 !

Quand j'explique cela à des baby boomers, ils me rétorquent qu'ils ne sont pas responsables (qui l'est ? le Saint Esprit invisible ?). Ils me disent que j'exagère, que je noircis le tableau, que j'extrapole... Quand j'explique cela à des enfants de baby boomers, presque 100% me répondent que c'est exactement ce qu'ils ressentent et que je mets des mots sur leurs perceptions...

Ce qui me fait rire dans ce conflit, c'est l'air crispé qu'un baby boomer prend quand on commence à lui parler de sa retraite... J'adore dire à un baby boomer que je suis parti et que des centaines de milliers de créateurs de valeur ajoutée économique (souvent les plus performants) ont déserté également. J'adore leur expliquer qu'il va être difficile de payer les pensions en plus de l'énorme merdier sans nom qu'ils ont créé et nous ont laissé à assumer. Là, généralement, le regard se brouille pendant quelques secondes, signe que le baby boomers dans le déni, sait tout de même compter au fond de lui. Le baby boomer sait qu'il a créé un problème de société qu'il n'a pas géré. Je dirais même qu'il n'a même pas cherché à gérer. L'égoïsme collectif de cette génération restera dans l'histoire !

Quand j'ai envie de bousculer, je remets une couche à mon cher baby boomer. Je lui demande s'il a lu les dernières études des actuaires travaillant pour l'assurance vie en Allemagne dont les cycles démographiques sont en avance sur les nôtres d'une quinzaine d'années. Ils me répondent forcément que non. Je donne alors la conclusion qu'un être humain qui part à la retraite, détermine son une espérance de vie en fonction de son âge de départ (je ne me souviens plus exactement des chiffres, mais cela se compte en années, chiffre obtenu sur des millions d'individus). Plus l'homme continue tard à vivre, travailler, créer, plus il vit longtemps.

Et là, tombe toujours le même déni : suis je certain de mes chiffres ? C'est vrai quoi, cela se saurait un machin aussi énorme. Dire que la retraite augmente la vitesse d'arrivée de la mort, ce qui est plein de bon sens car un humain n'est pas fait pour juste manger, consommer, regarder la TV, c'est une pensée ultra subversive et dangereuse pour notre baby boomer dont la réalité ne l'intéresse que partiellement...

Généralement, au fond de moi, je me dis : ben oui ducon que les actuaires sont certains. Il y a des milliards d'euros de pensions à verser chaque mois. Comment peux tu croire que les assureurs agissent à la légère ? En face, il faut vendre le portefeuille immobiliers et actions au mieux pour pouvoir payer et conserver une marge. Mais si toi baby boomer, tu as besoin de nier cela, avec le reste de tes conneries collectives, je crois qu'il est effectivement temps que tu te casses le plus tôt possible à la retraite pour accélérer le processus. Et surtout, bulles un maximum, sois le plus inactif possible, histoire de maximaliser le message des statistiques actuelles...

 

 

Le deuxième conflit est le pillage de la collectivité par les chefs

 

Comment marche l'économie aujourd'hui ? En fait depuis plusieurs décennies, sauf qu'avant, il n'y avait pas ni internet, ni la crise. Du coup, les observateurs qui n'étaient pas connectés au coeur du réacteur, ne pouvaient pas se faire une idée juste de la réalité.

 

L'économie avec un Etat providence à sa tête pompe des centaines de millions d'occidentaux, à travers la TVA, les impôts sur les sociétés, les impôts sur les revenus + plus values et les différentes taxes. Cela représente de 40 à 70% selon les pays. En échange, officiellement, les Etats sont censés apporter des aides sociales, une armée pour défendre le territoire, une protection médicale, une éducation des enfants, une justice et un droit... bref, vous le savez tous. Seulement, l'argent ne sert pas qu'à cela. En réalité, les impôts financent une économie dirigée et contrôlée par les politiciens, les hauts fonctionnaires et les grandes fortunes, grandes entreprises. C'est ce qu'on appelle l'économie des grands contrats, qui donnent lieu à des corruptions généralisées. Prenons quelques exemples.

 

Vous savez tous que la France a un problème de budget. Tous les impôts augmentent encore, malgré leur niveau stratosphérique. Nous sommes censés ne plus avoir d'argent et devoir faire des économies. Pourtant, parallèlement, la valse des contrats à milliards d'euros se poursuit.

 

Loïc Abadie signale un contrat plus que douteux à la Réunion sur la gestion de l'eau pour la canne à sucre :http://www.objectifeco.com/economie/economie-politique/ar...

 

Vincent Benard signale l'extension de la ligne TGV Rennes Le Mans, dont l'intérêt en temps d'énormes pressions budgétaires est quand même assez douteuse :http://www.objectifeco.com/entreprendre/tendances-sectori...

 

Ces deux exemples ne sont qu'une micro image de l'incroyable pillage qui a lieu. J'ai relevé la dépêche suivante qui en dit long sur l'état d'esprit des gens à la tête des multinationales. Je rappelle notre contexte. La France est en passe de perdre son triple AAA et surtout, en passe de perdre le contrôle du marché obligataire long terme comme l'Italie vient de l'expérimenter. Elle a donc annoncé vouloir supprimer les niches fiscales liées à l'immobilier qui permettent aux riches contribuables d'éluder l'impôt sur le revenu en échange d'un investissement immobilier d'habitation (on se demande bien l'intérêt de cette politique au niveau collectif, à part forcer les riches à mettre leur argent dans un secteur particulier, secteur protégé par des lois sur le foncier constructible pour éviter toute baisse en renforçant années après années la densité par la raréfaction de l'offre).

 

, Le mercredi 16 novembre 2011, à 20h 31

Le groupe de construction est convaincu que le dispositif Scellier aura un successeur. Selon Bouygues, ce dispositif de défiscalisation immobilière pour l'investissement locatif devrait être créé en 2013. Alors que certains estiment que la fin du Scellier est une hypocrisie , un retour de ce dispositif est attendu sous un autre nom par Bouygues. Le groupe Bouygues est convaincu qu'un autre dispositif remplacera après 2012 l'avantage Scellier, supprimé dans le cadre du dernier tour de vis fiscal du gouvernement. Pour réduire le déficit public de la France, le Premier ministre, François Fillon, a annoncé la suppression à la fin de l'année prochaine de la loi Scellier accordant un avantage fiscal pour les investissements locatifs, ainsi qu'une hausse de 5,5% à 7% du taux réduit de TVA notamment pour les travaux de rénovation dans le bâtiment. .La question qui se pose, c'est qu'est ce qui remplacera le Scellier en 2013, a déclaré Philippe Marien, directeur financier du groupe de BTP, à l'occasion de la publication des résultats trimestriels. Historiquement, il y a toujours eu des mesures d'accompagnement du bâtiment, du logement en tout cas. Ce ne sera plus Scellier, ce sera autre chose, on verra bien, a-t-il ajouté.

 

Conclusion de cette dépêche ? Bouygues qui a construit son succès sur les contrats publics et la redistribution de l'argent prélevé sur les petits joueurs, collecté par l'Etat, ils s'en battent les couilles de l'endettement de l'Etat. Il ne fait aucun doute dans leur esprit que les chefs politiques qui nous dirigent, remettront en place le pillage.

 

Je ne suis pas certain que tout le monde soit convaincu que des taux d'intérêt à 10 ans pour les emprunts d'Etat français à 7 ou 8% comme en Italie soit une bonne chose. Pourtant, ce serait un cadeau. Cela obligerait à revoir certains circuits économiques douteux.

 

Abandonnons la France et observons l'Angleterre. La banque Northern Rock en faillite, nationalisée par l'Etat Anglais, vient d'être cédée à peine trois ans plus tard, à Richard Branson, entrepreneur pourtant dont je suis super fan, avec à la clef une moins value de 450 millions, assumée par les Britanniques de base. En outre, encore plus révoltant, les actifs toxiques sont parqués dans une structure extérieure à la reprise qui reste à la charge de l'Etat Anglais.

 

Pillage, pillage, pillage. J'ai vu passer une bonne cinquantaine de deals de ce genre depuis quelques temps. Tous identiques dans la forme.

 

Je ne peux pas me reconnaître dans un système pareil. Nous marchons sur la tête. Je vais juste donner un point de repère.

 

Prenons un chiffre théorique et symbolique de 29 millions de Français pour la population active totale. La majorité des pays à Etat providence ont des taux de 13 / 14% de fonctionnaires (c'est le cas en Allemagne, organisation sociale chouchoute de beaucoup d'observateurs). Cela nous donne autour de 4 millions de fonctionnaires. Si on les paye disons 2500 euros par mois, nous obtenons un budget de 10 milliards d'euros par mois. Sur 12 mois, nous obtenons 120 milliards d'euros de dépenses. Rajoutons 200 milliards de frais et arrondissons à 500 milliards de budget annuel pour la sécurité sociale, l'armée et le reste. La France prélève autour de 1200 milliards par an. La question est donc : où se barre l'argent ? Que font les fonctionnaires et politiciens des 700 milliards supplémentaires ? La réponse est : dans le business socialisé. Qui profite ? Le gros du gâteau est avalé par les multinationales. La France a une excellente présence dans le top 50 mondial des multinationales. Mais elle a trois fois moins de PME / PMI que l'Allemagne et deux fois moins que l'Angleterre. Jamais un pays développé s'est autant acharné à développer ses leaders en détruisant méthodiquement ses forces économiques intermédiaires. Seulement, les leaders ne payent pas d'impôts, car optimisés à l'international. Les multinationales qui vivent en France de grands contrats douteux dont l'intérêt collectif n'est jamais discuté, tournent selon les études à 12 / 14% d'impôts contre 33% pour les PME. La France entière est organisée et pillée pour aider le développement de grandes entreprises dont l'actionnariat n'est même plus français. Plus con comme organisation, tu meurs...

 

Aux USA, l'Etat fédéral est plus que contrôlé par les militaires (50% des dépenses mondiales d'armement pendant qu'Obama nous explique que les Républicains le bloquent dans ses projets de financements sociaux... c'est beau la sagesse d'un prix Nobel !), banquiers, pétroliers. En Italie, je crois qu'on touche des sommets d'absurdité.

 

Dernier point, les banques. Depuis trois ou quatre ans, en parallèle d'un taux d'inflation truqué pour ne pas montrer que les prix galopent sur les produits de consommation courante à rotation rapide, la politique monétaire des taux à court terme spolie littéralement tous les épargnants européens, américains, japonais par des taux négatifs réels. Officiellement, il faut soutenir les banques qui menacent de faillites. Donc, le message, c'est que vous payez avec vos impôts et taxes qui ne cessent d'augmenter et vous payez avec ce que vous possédez déjà, par le biais d'une dévaluation de votre capital et une non rémunération. Votre contrepartie ? Très franchement, aucune, à part de savoir que les actionnaires des banques n'ont pas tout perdu et qu'on a évité d'utiliser le gros mot nationalisation pour le monde Anglo Saxon. Cela vous intéresse ? Moi, pas des masses...

 

Ce tableau est moche ? Eh bien passons au suivant, car le suivant est encore plus moche, quand bien même on pourrait penser que ce n'est pas possible...

 

 

 

Le troisième conflit : les mensonges de l'Etat vis à vis de ses partenaires et administrés

 

C'est un secret qui concerne juste les Madame Michues, un brin limitées question neurones. Tous les Etats mentent comme des arracheurs de dent dès lors qu'il s'agit de faire de la compta. La triche est généralisée. Certains parlent de paranoïa car ils ne supportent pas l'idée d'un monde malsain. Pourtant, la réalité va bien au-delà de ce qu'ils redoutent. Prenons la Grèce qui s'est fait pincer les mains dans le pot de confiture. Bon en fait, les grecs ont sauté à pieds joints dedans.. chiffres macro économiques truqués pour intégrer l'Europe au début des années 2000, à l'aide de Goldman Sachs. Chiffres retruqués au moment du nauffrage et de l'obtention des aides pour survivre de la part de l'Europe.

 

L'Espagne maintenant. Voici une dépêche récente qui m'a fait beaucoup rire. Les socialistes ont perdu le pouvoir et les nouveaux arrivants ne veulent pas prendre d'engagements pour l'instant, compte tenu du niveau de créativité actuelle dans la compta public...

 

Une "ruine économique", avait accusé la numéro deux du PP, Maria Dolores de Cospedal, en prenant les rênes de la Castille-la-Manche (centre), affirmant que le déficit, à fin juin, était déjà de 6,1% du PIB, contre un chiffre de 1,8% rendu public à peine trois mois plus tôt par les dirigeants socialistes sortants.

 

Même discours en Estrémadure (ouest), où le conseiller PP à l'Economie, Antonio Fernandez, affirmait l'été dernier que les comptes de l'ancienne équipe socialiste étaient "remplis de pièges pour camoufler les exercices passés et continuer à dépenser au-dessus des capacités".

 

Il a évalué le déficit de la région fin juin à 6,81%, contre les 2,7% dont avaient fait état ses prédécesseurs.

 

Même si le gouvernement central socialiste a rejeté ces nouvelles estimations, il a reconnu fin juin que les régions accumulaient une dette record de 133,172 milliards d'euros.

 

Prenons enfin la France. Truquage du chiffre de la croissance grâce au taux d'inflation plus que douteux. Non prise en compte des engagements de retraite. Truquage des chiffres d'import / export dont le différentiel entre les comptes Banque de France et INSEE laisse pantois. La liste est longue.

 

Japon 2005 : le gouvernement a annoncé modifier le calcul de l'inflation pour "raisonner" la banque centrale du Japon.

 

USA, Italie, tous les protagonistes trichent. Nous sommes en dictature. Et c'est là que cela devient intéressant.

 

Il existe une notion de dettes illégitimes en droit, c'est à dire une dette contractée par un dictateur sans l'aval de son peuple, une dette qui sert à financer des projets plus personnels que collectifs. Il existerait une jurisprudence qui dit que la dette illégitime n'a pas à être remboursée car celui qui a prêté est complice du processus.

 

La question est : les peuples occidentaux sont ils au courant et en accord avec la contraction des dettes que les hauts fonctionnaires et élites politiques ont réalisé ? Qu'ont eu ces peuples en échange de ce fardeau financier à payer ? Quand ces dettes servent à financer du business dont l'actionnariat n'est même pas national, ne peut on pas qualifier cela d'illégitime ?

 

Actuellement, nous baignons dans le sordide. Les créanciers ont pris en otage le système et font du chantage type : si vous plantez votre dette, nous faisons faillite et ce sera le chaos généralisé. Les créanciers, ce sont les grandes banques, les grandes entreprises et les fonds d'investissement retraite notamment. Ce sont aussi la gestion collective qui regroupe l'épargne des masses.

 

Ces protagonistes disent donc : faîtes payer les populations, envoyez les contrats publics, l'armement et nous continuerons comme avant.

 

La charge est donc intégralement assumée par les populations au profit des grands de ce monde. Il commence à se murmurer que la Grèce a employé ce stratagème pour planter 50% de sa dette. Les grands Etats n'ont semble t il, absolument pas envie qu'on ouvre un débat sur la légitimité des dettes qui ont été contractées au nom des populations occidentales.

 

Continuer comme avant, est à mon sens, une voie sans issue. En tant qu'humain, je trouve cela sale. Enfin, au niveau politique, c'est le premier pas vers une guerre civile entre les masses d'une part et les élites étatiques et business d'autre part.

 

Le premier pas serait de tout nationaliser et de faire perdre aux actionnaires cette espèce d'assurance qu'ils ont en ce moment de faire payer par les collectivités, les erreurs monumentales de stratégies qu'ils ont fait. Le cas de l'Etat Anglais montre qu'il est impératif d'imposer au moins 5 ans de nationalisation pour éviter que des pirates à la Richard Branson re-nique une deuxième fois tout le monde derrière.

 

Ensuite, les Etats doivent être restructurés comme de vulgaires entreprises. Ce qui me paraît impossible.

 

Je reviens donc toujours vers ma conclusion habituelle : fuir à l'étranger dans des pays non atteint par la gangrène du socialisme / communisme (qui adore s'appeler encore capitalisme régulé, bien que le capitalisme ait disparu de l'équation) ou se sacrifier en restant sur place, dans une marche vers une guerre civile. Vous connaissez aussi tous ma deuxième conclusion depuis des années. Une organisation humaine ne semble pas fonctionner au regard de la longue expérience que nous avons accumulé dans le monde, si on ne sépare pas le pouvoir économique du pouvoir politique intérieur / extérieur. Sans tête bicéphale, indépendante, donc avec deux chefs élus par des systèmes distincts, l'échec semble garantie. Certains parlent de gouvernance mondiale faisant défaut, mais vu qu'on ne parvient même pas à faire une gouvernance européenne et qu'on se dirige vers le pire, autant éviter d'embarquer la planète entière dans nos erreurs d'occidentaux...

 

Je terminerais par une blagounette transmise à nouveau par Eric DAVID (eh oui, je le balance une deuxième fois, souvenez vous, c'est le même gars qui m'a envoyé la blague sur les fonctionnaires qui mourraient quand on les faisait transpirer...) qui résume à elle toute seule les mécanismes en place actuellement :

 

Barak Obama et Angela Merkel mangent à la Maison Blanche.

 

Un invité s'approche et leur demande : "De quoi parlez-vous ?"
- "Nous élaborons des plans pour la troisième guerre mondiale" répond Obama.
- "Et quels sont ces plans ?" demande l'invité
- "Nous allons tuer 54 millions d'arabes et 1 dentiste." répond Merkel.
L'invité les regarde confondu, et questionne : "Un dentiste ?... Pourquoi allez-vous tuer un dentiste ?"
Obama donne une tape sur l'épaule de Merkel et dit : "Qu'est-ce-que je t'avais dit ? ... Personne ne posera la question pour les arabes !".

 

Ne me dîtes pas que la crise n'est pas une bonne chose. Réveillez vous ! Votre vie est précieuse. La majorité a déserté. Elle s'en mordra les doigts dans une décennie. Oubliez la collectivité aux mains des fripouilles d'en haut. Misez sur vous !

 

 

 

Charles Dereeper

 

www.charlesdereeper.com

 

www.europecostarica.com

 

 

 

COMMENTAIRES :

 

Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Ce n’est même plus du socialisme ou du communisme... cela ressemble plus au fascime (collusion entre intérêts de l’état et intérêts privés...)

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Fascisme !

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Intérêts de l’Etat... = intérêt des politiciens et hauts fonctionnaires seulement et de ceux de quelques "cols d’or" privés !

 


Le 4 décembre 2011 par : cook

 

Pour moi, il ne sert à rien de reprocher quoi que ce soit à un système, et de croire aux vertus d’un autre. Que ce soit le communisme, le capitalisme, le socialisme, le libéralisme, le fascisme, le monarchisme, ou autre, le résultat sera toujours le même : la nature humaine trouvera toujours la faille du système et le pervertira. Je suis sûr que dans un système communiste idéal, vous seriez aussi heureux que dans un système capitaliste idéal. Ce qui vous fout en l’air, et nous autres aussi (sauf les plus nantis, ceux qui ont su profiter du système), ce sont ceux qui le pervertissent pour leur profit personnel. En fait, le jour où on établira une loi pour limiter le profit que chacun peut réaliser, dans n’importe quel système celui-ci tournera bien mieux, à la satisfaction de la majorité.

En l’occurrence, je ne peux pas vous laisser dire que seuls les dirigeants politiques et administratifs pillent le pays, en justifiant par un reproche de social-communisme usé jusqu’à la corde. Une plus grande partie encore du pillage est organisée par les dirigeants, les cadres et les actionnaires, qui se gavent à tous les niveaux, sur le dos de l’économie. Bon là je tombe dans le reproche du capitalisme ultra-libéral utilisé à toutes les sauces. Reconnaissez comme moi que les abuseurs du système sont partout, quel que soit le système...

Et aussi, que acheter ou vendre des actions participe de cet abus........... Vous valez beaucoup mieux quand vous parlez et encouragez à la création d’entreprise, à prendre des initiatives.

 


Le 4 décembre 2011 par : zoulou

 

Les Français :

 


Le 4 décembre 2011 par : Bjarnulf le Viking

 

Mis à part l’amalgame inapproprié sur deux religions qui n’impactent pas du tout de la même façon l’organisation humaine dans laquelle elles s’inscrivent, le reste de l’analyse est bien vu. Dès qu’on confie une fraction de ses intérêts à autrui, ils ont vocation à être moins bien gérés. Témoins les abus du paritarisme (= gestion par les partenaires sociaux patronat/syndicat des CE, caisses de retraite, organismes collecteurs des taxes sur le 1% logement, la formation professionnelle continue, etc.). Tous ces fromages ne profitent qu’à leurs animateurs – les contributions forcées sur les acteurs économiques finançant le gâchis de leurs frais de fonctionnement (voyages d’études en Thaïlande …) et la pratique de hauts salaires indus. La France aurait intérêt à voir revenir dans le secteur marchand les services fournis à grand frais par une technostructure vivant grassement aux frais du secteur privé qui se lève tôt le matin.

 


Le 4 décembre 2011 par : lucjs

 

Bonjour Charles,

La seule solution cohérente est le "libertarianisme" à la Ron Paul ; moins l’état est puissant, plus le peuple a son destin en main. La puissance des grosses entreprises vient toujours de leur collusion avec l’état, qui empêche une concurrence réelle.

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Je précise ma pensée :

Nous vivons dans un système fasciste technocratique développé par les mafias des grandes écoles et les réseaux occultes (et non occultes également).

Ces gens se croient supérieurement intelligents, d’un orgueil et d’une arrogance sans limites... et surtout, surtout, ils se croient totalement infaillibles et ne se remettent JAMAIS en question... Ils considèrent tous les autres comme "quantité négligeable". Ils pensent être les "lumières" de l’humanité... et pourtant ils vivent dans l’obscurité et font tomber les ténèbres sur le monde !

 


Le 4 décembre 2011 par : Alain Meyers

 

J’ai regardé le discours de Nicolas 1er à Toulon. Il n’a jamais menti ! C’est un fameux pédagogue. Il a parlé du cycle de Kondratiev sans jamais prononcer son nom. Il a donné de l’espoir sans parler de patience. Et il a beaucoup parlé de travail sans prononcé le mot ESCLAVAGISME !!!!!!

Ce type l’art de se faire passer pour un honnête homme sans l’être. Croyez qui vous voulez mais quelque soit celui qui occupera l’Elysée, je vous promets 25% de chomage officiel. Parce qu’en réalité on y est déjà.

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

A mon humble avis 50% de chômage sera un minimum, et je pense plutôt que 60 à 70% de chômage effectif réel sera atteint d’ici fin 2012...

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Chris Martenson Discusses The Future Of Europe And Of The Global Economy Submitted by Tyler Durden on 12/04/2011 - 00:26 Central Banks Chris Martenson Credit Default Swaps default European Central Bank Eurozone Global Economy Reality Sovereign Debt In the following video Chris Martenson - economic analyst at chrismartenson.com and regular guest contributor to Zero Hedge, and James Turk, Director of the GoldMoney Foundation talk about the problems facing the eurozone as well as the global economy. Chris Martenson points out that the whole world simply has too much debt. This is why he believes that there won’t be a real solution to the euro crisis. The big question will rather be who will take losses on the debt, which can’t possibly be repaid. The lack of political leadership and unwillingness to accept reality is contributing to this crisis. Additionally, the monetary tools central banks have traditionally used to revive economies are starting to show less and less effect. In Martenson’s view, the financial sector has become way too large and interlinked across borders, so that a default by one country could bring down the whole financial systems, because credit default swaps would get triggered and could bring down the writers of those derivatives.

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

http://www.zerohedge.com/news/black...

http://www.zerohedge.com/news/why-c...

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Réponse indirecte à JC Bataille... (il a fermé les commentaires...) qui croit (à tort) que les banques centrales ont DÉJÀ lancé une "planche à billets"... alors qu’en réalité, pour l’instant, il s’agit toujours d’une "Planche à Dettes" qui crée uniquement de l’argent TEMPORAIRE destiné à être détruit ! (Il semble qu’il n’a toujours pas compris le système de création monétaire actuel... qui est TOTALEMENT DIFFERENT de ce qu’a expérimenté le Zimbabwé ces dernières années... !).

http://www.elliottwave.com/freeupda...

Central Banks Act Together to Stop Crisis ? Be Skeptical - VERY Skeptical Recent history shows central bankers are NOT as powerful as they think

By Vadim Pokhlebkin Wed, 30 Nov 2011 15:45:00 ET

Get Elliott wave insights like this article when you sign up for EWI’s free email newsletter, The Independent. It will change the way you view the markets forever. Privacy

The news hit like thunder on the morning of November 30 :

Central Banks Take Joint Action to Ease Debt WASHINGTON — The Federal Reserve, the European Central Bank and the central banks of Canada, Britain, Japan and Switzerland said they had agreed... to buttress the financial system by increasing the availability of dollars outside the United States, reflecting growing concern about the fallout of the European debt crisis.

When trading opened in New York on November 30, the DJIA zoomed as many 430 intraday points. There’s a lot of optimism about the latest central bank efforts.

The question is : Will the policy work ?

There’s a lot of history to help provide an answer. Read this extended excerpt from Robert Prechter’s December 2007 Elliott Wave Theorist :

The world’s “big five” central banks — the Federal Reserve, the Bank of Canada, the Bank of England, the European Central Bank and the Swiss National Bank — have just made the announcement of their lives. Apparently working all night on Tuesday-Wednesday, the Fed arranged all these players’ cooperation in order to come up with a plan to bolster confidence among the world’s creditors and borrowers. The Wall Street Journal (12/13) calls it “the biggest coordinated show of international financial force since Sept. 11, 2001.”

As a result, before Wednesday’s [Dec. 12, 2007] U.S. stock-market opening, this consortium of money monopolists announced to the world that it would provide billions of dollars worth of “liquidity” in the form of low-cost, one-month loans to qualified banks with high-quality collateral, essentially presenting them free passes to make money in the LIBOR market and elsewhere.

...this is probably the single most important central-bank pronouncement yet. But it is not significant for the reasons people think. By far most people take such pronouncements at face value, presume that what the authorities promise will happen and reason from there. But the tremendous significance of this seismic engagement of the monetary jawbone is that if this announcement fails to restore confidence, central bankers’ credibility will evaporate.

At least that’s the way historians will play it. But of course, the true causality, as elucidated by socionomics, is that an evaporation of confidence will make the central bankers’ plans fail. The outcome is predicated on psychology. If wave c of the bear market has begun, nothing the Fed does will engender confidence. On the contrary, everything it does will be interpreted, in the trend toward negative social mood, as something bad. The Fed’s failures will not create fear ; fear will create the Fed’s failures.

If the stock market has one more high coming, the Fed will temporarily look smart again. But a break of the August low will lead to the perception that the Fed’s machinations have stopped working. When that happens, the reasoning that supports investors’ faith in perpetually rising investment prices will melt, and those wrapped up in the credit balloon will rush to the exits. Fearful borrowers will scramble for dollars to pay off their loans. Fearful lenders will refuse to roll over loans and demand dollars as final payment. The only way to satisfy these urges will be to sell stuff.

You can’t tell the market what you will or won’t accept. It tells you. Good luck changing the mood of the crowd.

Prechter’s Elliott Wave Theorist issued a stock market "sell" recommendation on July 17, 2007, with the DJIA trading near 14,000. At the time of that December 2007 central bank intervention, the Dow stood near 13,500. A little over a year later, in March 2009, it slipped below 6,500.

Will history repeat itself this time around ?

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

http://liesidotorg.wordpress.com/20...

Un effondrement sociétal se profile à l’horizon

LIESI / Numéro 222 – En 1972, quand les Etats-Unis sont devenus l’un des principaux importateurs de pétrole, la situation est devenue alarmante. Kissinger, l’un des stratèges les plus influents de Nixon, nourri par les Rockefeller, a alors préparé le National Security Study Memo (NSSM#200), qui développait un plan de réduction de la population [mondiale]. Dans ce mémo, douze pays étaient particulièrement ciblés : Bangladesh, Brésil, Colombie, Egypte, Ethiopie, Inde, Indonésie, Nigeria, Pakistan,Turquie, Thaïlande et Philippines.

Pour réduire la population mondiale, l’arme choisie fut la nourriture. C’est pourquoi Kissinger déclara : ‘‘Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlerez les populations’’. (F. William Engdahl)

Et que font la plupart de nos politiciens ? Nous disons “la plupart” car il ne faut certes pas tomber dans l’excès. Nous n’oublions pas les informations précieuses transmises à LIESI par des sénateurs ou hommes d’influence. Ces gens-là ne partagent absolument pas ce que font les appareils politiques.

Après ces mesures suicidaires en faveur de Monsanto & Co, on voudra nous faire croire que les politiciens à l’origine de cette loi ne travaillent pas pour les génocidaires, admiratifs de celui qui est représenté par le BAPHOMET dans les réunions entre hauts initiés. Leur force est la naïveté et l’ignorance de la très grande majorité de nos contemporains, insouciants, refusant de se poser des questions dérangeantes, préférant ce système matérialiste athée dans lequel ils baignent. Mais bien des choses vont désormais changer. Les Associés du diable (voir le dernier numéro 243 de LIESI) ont leur calendrier et nous avançons vers l’heure du “Grand soir”, même s’il est absolument impossible de fixer une date précise. Seules les prophéties sérieuses peuvent éclairer sur ce point ; ce sont des balises qui mettent en lumière l’objectif des sectateurs du Diable. De ce point de vue, et comme LIESI l’a dit depuis plus de dix ans, la guerre contre l’IRAN sera le signe déclencheur. L’actualité n’a malheureusement pas démenti cette analyse. Autre point important, le battage médiatique qui commence sur le sujet des “virus”. Là aussi, le moment semble venu de faire comprendre qu’un beau jour un méchant virus pourrait décimer une bonne partie de la population. Cela fait partie du programme de conditionnement psychologique des masses. En temps opportun, et si internet existe toujours, nous en reparlerons.

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

John Perkins, confessions d’un corrupteur de nations

http://www.dailymotion.com/video/xa...

 


Le 4 décembre 2011 par : sgrnsg

 

@Patrick

C’est dimanche matin, pourriez-vous expliquer de façon schématique ce que vous voulez dire. C’est complètement éclaté :

Religion, économie, satanisme, surpopulation, trahison : incompréhensible...

Trois questions : 
- D’où vient-on ? 
- Où est-on ? 
- Où va-ton ?

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

http://www.zerohedge.com/news/iran-...

Iran Military Shoots Down US Drone, Threatens Response Submitted by Tyler Durden on 12/04/2011 - 10:05 Afghanistan Iran Reuters SPY

Here we go :

IRAN MILITARY DOWNS U.S. DRONE IN EASTERN PROVINCE -TV

IRAN SAYS ITS RESPONSE TO U.S. DRONE VIOLATION OF ITS AIRSPACE WILL BE CARRIED OUT OUTSIDE IRAN’S BORDERS- FARS AGENCY

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Vous trouvez cela "incompréhensible"... "éclaté" ?

Faites donc un petit effort et reliez les points ! Il n’y a rien d’"éclaté" ! Au contraire tout est lié !!!

 


Le 4 décembre 2011 par : Patrick

 

Intéressant ça : http://illuminati.org/ (faites CTRL + A ou sélectionnez en haut à gauche de l’écran...) => 7 décembre 2011 ?

7/12/1941... + 70 ans = 7/12/2011... "À la veille de l’attaque japonaise du dimanche 7 décembre 1941 à 8 heure 15, la flotte de guerre américaine du Pacifique, stationnée à Pearl Harbor..."

http://www.neotrouve.com/?p=1584 Le fascinant chiffre 7

7/12/1917... 1917 : Les États-Unis déclarent la guerre à l’Autriche-Hongrie. http://fr.wikipedia.org/wiki/7_d%C3...

7/12/1835... 1835 : Le Texas, où vivent plusieurs dizaines de milliers d’Américains, décide de faire sécession d’avec le Mexique, provoquant la guerre américano-mexicaine.

Ca commence à faire beaucoup de 7/12 où les USA ont "déclaré" des guerres... Non... ? Israël sur Iran... Syrie... ?

Tiens... un drone US abattu par les iraniens... ? Étonnant non... ?

 


Le 4 décembre 2011 par : Brucibru4

 

Io non ho mai creduto che si possa distinguere l’umanità in due categorie, angeli e diavoli, siamo tutti dei medi peccatori - Giulio Andreotti, il Divo.

La fonction (et donc le système) fait le discours. Lagarde en a été un exemple flagrant récemment.

Et mettez vous bien ça au fond de votre tête comme prémisse absolu : les hommes ne changeront pas.

C’est ni bien ni mal ; c’est juste comme ca.

 


Le 4 décembre 2011 par : Brucibru4

 

Ca me fait rebondir sur Jacques Attali et son incroyable mixe de la plus percutante analyse sur le contexte et dynamique actuels et la plus grande ignorance quant aux moyens d’en sortir.

L’altruisme dit-il.

Jacques, faut sortir des conférences et des modèles des fois. Ca fait longtemps que tu n’as pas vu des hommes, avec des mains, des pieds, des bras et tout ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.