Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2011

Elections russes. Le LDPR de Jirinovski (celui qui voulait expédier la bombe atomique sur Washington DC) prend des galons à la Douma.

Législatives : les députés de la nouvelle législature devront apprendre à coopérer

5.12.2011, 18:43

© Flickr.com/ PDXdj /cc-by-nc-sa 3.0
 
     

 

Les élections législatives ont eu lieu dimanche 4 mars en Russie. Le parti au pouvoir, Russie Unie, remporte les élections mais sa majorité est faible. Le parti devra s'allier à d'autres forces politiques sur certains sujets.

 

L'élection des députés de la Douma d'État, la chambre basse du parlement russe, ont eu lieu dimanche 4 décembre. Les résultats officiels seront publiés d'ici trois semaines mais on sait déjà quels sont les partis politiques qui auront des sièges à la Douma d'État pour la prochaine législature.

Quatre partis représentés à la Douma

«Selon les premiers résultats, Russie Unie obtiendra 238 sièges à la 6ème législature de la Douma d'État. Le Parti communiste aura 92 sièges soit presque le double qu’à la précédente législature. Russie Juste disposera de 64 sièges, contre 38 actuellement. Le Parti libéral-démocrate (LDPR) avait 40 sièges, il en aura désormais 56», a déclaré Vladimir Tchourov, le président de la commission centrale électorale.

Ce sont les premiers résultats après le dépouillement de 96% des bulletins de vote. Le nombre de bulletins non-valides pour raisons diverses avoisine un million soit 1,5% du nombre d'électeurs. Ce chiffre est important, mais il est plus faible que dans certains pays européens, a fait remarquer le président de la Commission électorale.

Moins de plaintes pour fraude

Concernant les plaintes relatives aux violations de la loi électorales, elles sont moins nombreuses que par le passé, note le vice-président de la Commission, Stanislav Vavilov.

Les observateurs internationaux venus surveiller le bon déroulement du scrutin en Russie n'ont émis quasiment aucune critique. Ils ont été nombreux à constater que le scrutin s'était déroulé de façon traditionnelle dans la majorité de bureaux de vote sans «urnes parlantes» et autres nouveautés technologiques.

« Nous avons vu aujourd'hui que la Russie était un État tout à fait moderne et démocratique. Il est extrêmement compliqué de préparer correctement un scrutin dans un pays avec plusieurs fuseaux horaires comme le vôtre. Pourtant tout était très bien organisé. Il n'y a eu aucun problème. Les bureaux de vote que j'ai visité n'étaient pas équipés de dispositifs électroniques. Mais je sais que les nouvelles technologies sont activement utilisées lors du scrutin en Russie», a commenté l’observateur belge Franck Elermann.

Baisse de popularité de Russie Unie

Plus de 60% d'électeurs se sont déplacés hier pour élire les députés de la Douma d'État. Près de la moitié d'entre eux ont donné leur voix à Russie Unie. Ce chiffre marque une baisse de popularité pour le parti au pouvoir par rapport à l'élection de 2007.

« Russie unie a fait un bon score. Elle s'est montrée à la hauteur de son influence politique. La répartition des sièges à la Douma d'État va refléter le vrai rapport de forces politiques dans le pays. Russie Unie devra désormais tenir compte de la structure de cette législature et, sur un grand nombre de dossiers, sera obligée de former une coalition avec les autres partis. C’est normal. C'est le parlementarisme, la démocratie. Nos collègues, les leaders des autres partis politiques, ont déjà manifesté leur volonté de s’allier à nous. Je ne peux que m'en réjouir car cela montre les avancées de la démocratie dans notre pays», insiste Dmitri Medvedev.

Trois partis, Yabloko, Juste Cause et les Patriotes de Russie n'ont pas obtenu assez de voix pour accéder à la Douma d'État. Cela ne signifie pas pour autant que ces partis disparaîtront de la scène politique russe.

Les commentaires sont fermés.