Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2011

Des risques de guerre existent entre les USA et le Pakistan. L'armée pakistanaise a reçu l'ordre de tirer à vue sur toute présence de l'Otan.

Le Point.fr- Publié le 15/12/2011 à 14:36 - Modifié le 15/12/2011 à 14:45

Le Congrès américain pourrait geler une partie des crédits alloués à Islamabad. L'armée pakistanaise menace d'abattre tout avion de l'Otan qui survolerait son territoire.

Barack Obama et Asif Ali Zardari, en janvier 2011.

Barack Obama et Asif Ali Zardari, en janvier 2011.© Rex Features / Sipa

De notre correspondant à Islamabad, Emmanuel Derville

Le bras de fer continue. Alors que les relations entre Washington et Islamabad n'ont jamais été aussi mauvaises, la Chambre des représentants a voté, mercredi, une loi qui gèle 700 millions de dollars d'aide au Pakistan. Le texte devrait être adopté par le Sénat américain, d'autant que la Maison-Blanche n'opposera pas son veto. Objectif : contraindre les autorités pakistanaises à lutter contre le trafic d'engrais vers l'Afghanistan. Les talibans afghans achètent au marché noir des engrais produits au Pakistan pour fabriquer des IED. Ces mines déclenchées à distance sont la première cause de mortalité chez les soldats de l'Otan.

Côté pakistanais, plus de deux semaines après la bavure de l'Otan qui a tué 24 soldats près de la frontière afghane, l'armée et le gouvernement ne décolèrent pas. Dimanche, le Premier ministre a indiqué que le ravitaillement de la coalition qui transite au Pakistan resterait bloqué jusqu'à nouvel ordre. L'atmosphère vire à la guerre ouverte. Il y a quelques jours, le commandement de l'armée a déclaré avoir donné l'ordre à ses troupes de tirer sur tout avion ou soldat de l'Otan qui entrerait sur le territoire.

"Cette fois, on a touché le fond"

Lundi, le site internet américain Long War Journal affirmait d'ailleurs que la CIA avait suspendu ses attaques de drones. Du jamais-vu depuis le début des frappes, en 2004. L'agence utilise ces avions pour bombarder des chefs talibans et des groupes terroristes dans les zones tribales, dans le nord-ouest du Pakistan. La CIA et l'ISI, l'agence de renseignement militaire, ne coopèrent plus dans la lutte antiterroriste. "Nous avons suspendu notre collaboration avec les Américains, précise l'un de ses membres. Entre nous, il y a toujours eu des hauts et des bas, notamment après le raid contre Ben Laden. Mais, cette fois, on a touché le fond."

Les deux pays vont-ils rompre leurs relations ? "Je ne pense pas que l'armée pakistanaise souhaite en arriver là pour l'instant, juge Ayesha Siddiqa, chercheuse spécialiste des questions de défense. Elle veut utiliser ses liens avec les États-Unis pour préserver l'influence du Pakistan en Afghanistan, un pays qu'elle considère comme vital pour la sécurité nationale." Reste à savoir jusqu'où ira la patience du Congrès américain. En 1990, il avait suspendu les ventes d'armes au Pakistan parce qu'il cherchait à se doter de l'arme nucléaire. L'URSS venait de retirer ses troupes d'Afghanistan après huit ans d'occupation. Le Pakistan avait alors perdu son importance stratégique aux yeux de Washington. L'histoire se répétera-t-elle après le départ de l'Otan d'Afghanistan, en 2014 ?

 

 

http://www.test-qi.be/#697267

 

Les commentaires sont fermés.