Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2011

La CIA symbolisant la puissance de la désinformation et de manipulation subversive, elle-même se trouve victime de pénétration iranienne.

Le RQ-170 et les alliances improbables

17/12/2011

Il existe aujourd’hui, dans le champ capital de la bataille au sein du système de la communication, une étrange et improbable alliance qui s’est établie entre trois sites que nous considérons comme extrêmement significatifs, bien équipés et bien informés, et indirectement influents ; ces trois sites sont de trois pays bien différents et ne s’expriment pas sans s’assurer indirectement des intérêts de leurs pays respectifs, et ces trois pays entre lesquels les liens sont plus d’antagonisme directs ou indirects, ou du proximités soupçonneuses, que quoi que ce soit d’autres. Ces trois pays sont l’Iran, la Russie et Israël, et les trois sites, on s’en doute si l’on lit nos textes, PressTV.com, Russia Today et DEBKAFiles ; et le sujet de leur “complicité objective”, on s’en doute tant qu’il serait presque inutile de l’écrire, c’est le RQ-170 “capturé” par l’Iran… Le sujet commun sur lequel s’exerce cette étrange “complicité objective” est de montrer et de démontrer 1) les capacités technologiques de l’Iran déployées pour la capture du RQ-170, et 2) les faiblesses technologiques des USA démontrées par la capture du RQ-170 ; les deux démarches dépendant de l’un ou l’autre sites, à la fois s’additionnant, se mélangeant, se montrant et se démontrant l’une l’autre.

• Inutile d’insister sur PressTV.com, on sait suffisamment que le site iranien ne cesse de nous bombarder de textes, souvent sans développement excessif mais pêchant d’excellentes sources, sur la défaite formidable que constitue, pour les USA, la capture du RQ-170. Il faut dire que PressTV.com n’a qu’à se baisser pour obtenir des témoignages dans ce domaine, mais concédons-lui sans aucune réticence que la station TV dont il est l’expression s’est remarquablement intégrée dans le tissu du système de la communication du bloc BAO, et anglo-saxon en particulier (USA, principalement). L’institut d’enquête statistique PEW a déjà mis en évidence que les Iraniens (PressTV.com) ont été les meilleurs non-US dans la couverture analytique de l’émergence du mouvement Occupy. L’on voit bien, dans les textes de PressTV.com, que de nombreux analystes et chroniqueurs US, certes en général du camp des “dissidents” mais on y trouve du beau monde, n’hésitent pas à répondre aux questions de PressTV.com et à alimenter le site en informations US ; cela n’a pas manqué et cela continue pour l’affaire du RQ-170, dans un sens qui privilégie les capacités technologiques de l’Iran.

• Concernant Russia Today, nous avons déjà beaucoup parlé de ce site et nous avons observé sa capacité, comme PressTV.com, de pénétration dans le système de la communication US et d’y vaincre ainsi l’isolationnisme atavique des USA. Concernant le RQ-170, Russia Today (RT) suit l’affaire de près et on ne peut évidemment qu’observer sa proximité de la thèse iranienne, largement alimentée par des interventions US spécifiques pour ce site. Mais l’article de ce 17 décembre 2011 ouvre un chapitre nouveau dans cette affaire, du point de vue de RT, en citant directement le site israélien DEBKAFiles, ou DEBKA, jusqu’à en faire l’argument essentiel, y compris dans son titre («Debka: Whoever hacked the drone, hacked the CIA»). Nos lecteurs peuvent le croire : une telle initiative de forme (le titre), pour un site comme Russia Today, à l’égard d’un site aussi peu connu des coutumes officielles du système de la communication, est significative (on cite presque de façon incantatoire et spasmodique, sans restriction, le New York Times, parangon de la médiocrité du Système, mais DEBKAFiles reste dans un semi-anonymat à cet égard, même s’il est beaucoup lu).

Dans cet article, Russia Today reprend une information de DEBKAFiles, non référencée mais très généreusement attribuée, sur le fait que l’affaire du RQ-170 montre non seulement que les Iraniens ont capturé le RQ-170, mais qu’ils ont très largement “pénétré” la CIA à cet égard, y compris au quartier-général de Langley, en Virginie. (Tout cela renvoie à d’autres analyses, de sources iraniennes et israéliennes, selon lesquelles l’Iran a de façon générale porté des coups très durs au renseignement US dans ses entreprises de “guerre subversive” contre l’Iran.) Les précisions aiunsi rapportées sont du plus grand intérêt et alimentent non seulement le dossier RQ-170, mais plus généralement le dossier des capacités comparées des US et de l’Iran en matière de “pénétration” au niveau clandestin du renseignement et de l’action subversive.

«New reports investigating Iran’s interception of a top-secret drone craft belonging to the CIA allege that the hijacking of the stealth airship could have roots not just overseas but in Washington as well. Ongoing reports from RT have revealed that Iranian intelligence officer claimed in recent days that the recovery of America’s RQ-170 Sentinel stealth drone on December 4 was not due to an equipment malfunction, as US authorities say happened with another craft last days later, but rather the handiwork of Iranian engineers.

»As RT reported yesterday, overseas officials speaking on condition of anonymity say that they were able to crack the computers of the drone to hijack the craft and lead it to a safe landing after it caught the drone creeping over from a mission in Afghanistan. Now military sources speaking to Israel-based news outlet Debka insist that Iranian officials made their way into the drone commander centers at CIA headquarters outside of Washington in Langley, Virginia. Debka has close connections with the Israel intelligence community and in the past has been known for correctly reporting on issues of importance to the American intelligence community before US outlets.

»According to the report, US Defense Secretary Leon Panetta’s insisting to Fox News this week that the Pentagon will “absolutely” continue drone missions over Iran was a falsity, as those inside the DoD have actually suspended those stealth missions out of Afghanistan as American authorities fear that a second craft will be apprehended as well by Iran.»

• Nos lecteurs connaissent les références que nous faisons à DEBKAFiles et le crédit que nous accordons à ce site dans certaines occurrences, selon la logique nouvelle d’une situation internationale plongée dans le désordre et où les liens traditionnels se trouvent rudement secoués. Ainsi avons-nous accordé toute notre attention aux révélations de ce site sur l’affaire RQ-170 parce que les sources de DEBKAFiles sont connues (Russia Today les rappellent dans l’extrait ci-dessus), de très bonnes qualités par conséquent même si l’on désapprouve grandement l’activité et l’orientation des “services” ; mais justement, l’affaire du RQ-170 montre que les intérêts israéliens et américanistes, dans des occurrences dont certaines (le RQ-170) s’avèrent d’une importance fondamentale, divergent jusqu’à s’opposer, et alors les informations de DEBKAFiles deviennent d’un intérêt évident. Par conséquent, Russia Today cite directement et d’une façon spectaculaire le site israélien, et l’Iran ne doit certainement pas désapprouver cette initiative, tout comme l’activité de DEBKAFiles

Ces diverses évolutions, qui ne sont pas du seul domaine de la communication mais ont une dimension politique, – ou bien elles sont du domaine du système de la communication dans la mesure où, comme c’est notre cas, l’on considère que ce système est d’une telle importance qu’il détermine pour une bonne part la puissance aujourd’hui, qu’il a donc nécessairement, entre autres dimensions fondamentales, celles de la politique. Dans ce cas, le cas le plus intéressant parmi ceux que nous détaillons est celui de DEBKAFiles, avec cette question : pourquoi DEBKAFiles alimente-t-il indirectement la cause iranienne avec des munitions si précieuse ? On nous fera grâce du thème de la vertueuse “recherche de la vérité” comme “devoir” d’un organe d’information, surtout celui-là mais aussi les autres, et on n’en admettra pas moins que dans certains cas la vérité peut être effectivement rencontrée. (Ici, notre mesure pour avancer cette hypothèse est que DEBKAFiles, qui a les sources pour cela, s’oppose au système de la communication américaniste officiel, lequel, en cette occurrence comme en toutes les autres concernant la gloire de l'américanisme, représente la référence quasi absolue de la dissimulation de la vérité ; par logique indirecte, on admettra qu’il y a de fortes chances que DEBKAFiles nous alimente de données exactes, toujours dans ce même cas du RQ-170, et bien qu’on avance en terrain miné.)

Mais quel fond politique à tout cela ? Nous en revenons à notre analyse constante de la situation générale, nouvelle depuis 2008-2010, déterminée par l’accélération de la crise d’effondrement du Système, et, en son cœur, la crise d’effondrement de du système de l’américanisme. Iraniens (bien entendu) et Russes (de façon plus sélective, mais durcie ces derniers temps), s’opposent évidemment au système de l’américanisme. Mais Israël évolue également, même si pour des raisons opposées. Les Israéliens jugent que les USA, qui les soutiennent fastueusement et d’une façon indécente, ne leur apportent pourtant pas l’aide qu’ils en attendent, notamment au niveau de leurs actions régionales. L’aide fastueuse et indécente des USA devient un frein lorsque le géant qui la dispense, et qui ne cesse de la proclamer, est de plus en plus paralysé, de plus en plus désorienté, et dispose également de moyens pour freiner la politique israélienne. Du coup, l’allié qui impose sa loi à Israël sur ces opérations au nom de sa puissance, et notamment de sa puissance technologique, devient une cible indirecte et discrète mais de choix principal pour Israël lorsqu’on peut démontrer que cette puissance technologique est usurpée. A la limite, certains Israéliens (les plus obsédés par l’Iran, comme Netanyahou) peuvent se dire : “Montrons que les USA sont vulnérables technologiquement et usons de cet argument pour les convaincre qu’ils doivent nous suivre, nous qui sommes si habiles en cette matière, plutôt que nous freiner”. (Argument qui se traduirait pour ces mêmes Israéliens habités de cette obsession : “Attaquons l'Iran déjà très puissant, vite, tout de suite, maintenant…”, etc.) Inutile d’ajouter que nous pensons que cette logique n’a aucune chance de donner quelque effet que ce soit, si l’on tient compte du poids formidable de l’hubris américaniste du point de vue du technologisme, qui vaut toutes les obsessions du monde, auquel s’ajoute logiquement et de plus en plus fortement la panique également américaniste d’une catastrophe dans l’hypothèse d’une attaque contre l’Iran à marche forcée.

D’un autre côté, nous constatons que la situation s’ouvre de plus en plus à la lumière de l’effondrement américaniste et que certains Israéliens qui jugent folle l’idée d’une attaque contre l’Iran (Dagan et Cie) peuvent un jour être conduits à considérer que la situation dans la région mérite de sérieux, voire de fondamentaux réajustements. Cette évolution se définit comme le passage d'une tactique (la collusion objective concernant le RQ-170) à une stratégie...L’affaire RQ-170 se découvre d’une si prodigieuse importance dans ses ramifications indirectes, en même temps que la situation internationale est plongée dans un tel désordre, qu’il n’est pas impossible que les liens subtils tissés, sans aucune intention réciproque, et certainement avec aujourd’hui toujours autant d’hostilités et de suspicions réciproques, puissent conduire à des réalignements surprenants. On a déjà vu les Israéliens mener une politique indépendante et contradictoire de celle des USA avec la Russie. Même pour le reste (l’Iran), tout nous paraît possible, et notamment que la sécurité d’une nation ne dépende plus uniquement des paradigmes entretenues jusqu’ici par une pensée rationnelle pervertie par le Système, – où le nucléaire a pris une place si importante chez les Israéliens, – mais de choses complètement nouvelles. (Après tout et pour simplement montrer combien les choses peuvent évoluer, un ancien chef du Mossad, Ephraïm Levy peut être conduit à exprimer devant de jeunes militaires l’idée que le véritable “danger existentiel” pour Israël, ce sont ses propres extrémistes religieux.)

 

Mis en ligne le 17 décembre 2011 à 9H18

Les commentaires sont fermés.