Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2012

L'augmentation des richesses conduit-elle à l'enrichissement des peuples? Non! Moins d'1% contrôle 40% de la richesse mondiale.

Sacha Pouget : Un pour cent des sociétés et des individus contrôlent l’économie mondiale

 
(article du 2 janvier 2012)

 

Il y a peu, dans les colonnes d’Objectifeco et d’ABC Bourse, je publiais un article sur « la répartition de la richesse des entreprises ». J’en arrivais alors à la conclusion que, contrairement à ce qu’on voulait nous faire croire, les actionnaires ne sont pas grassement rémunérés sur le dos des travailleurs et de la communauté. En clair : on se trompait de débat lorsqu’on voulait nous faire avaler la répartition des bénéfices des sociétés avec le fameux slogan sarkoziste « 1/3 pour les salariés ; 1/3 pour les actionnaires ; 1/3 pour les investissements ».

 
 
Le thème de la répartition de la richesse des entreprises m’a fait davantage réfléchir. En fait, ce qui pose problème, c’est avant tout l’abandon des politiques et des PDG qui sont détachés de toute réalité sociale et économique mais qui se trouvent au service d’une richesse détenue par une poignée d’individus et de Transnationales. Deux études distinctes ont récemment permis d’établir un constat accablant : moins de 1% des sociétés et des individus contrôlent près de la moitié des richesses.
 
 
 
  • Une économie entre les mains de quelques individus : 1% de la population détient 38,5% de la richesse mondiale
 
 
 
Dans leur ensemble, les millionnaires et les milliardaires du monde contrôlent 38,5% de la richesse du monde en 2011, contre 35,6% en 2010 (Global Wealth Report de Credit Suisse, 2011).
 
 
 
 
29,7 millions de personnes dans le monde sont millionnaires en dollars (soit moins de 1% de la population mondiale). Cette richesse cumulée par ces millionnaires et milliardaires est de 8900 milliards de dollars soit un bond de +29% en 2011.
 
 
84700 personnes dans le monde ont une richesse supérieure à 50 millions de dollars. 35400 d'entre eux vivent aux États-Unis. Par ailleurs, 29000 personnes dans le monde ont une richesse supérieure à 100 millions de dollars ou plus et 2700 personnes ayant 500 millions de dollars ou plus.
 

 
  • Une poignée de Multinationales détient le Pouvoir économique : 147 sociétés génèrent 40% des Revenus
 
 
 
Une analyse intitulée « The network of global corporate control » portant sur les relations de 43 060 sociétés multinationales (sur une base de données répertoriant 37 000 000 sociétés dans le monde) a permis d’identifier un petit groupe d'entreprises, principalement des banques, qui disposent d’un pouvoir disproportionné sur l'économie mondiale.
 

Beaucoup de critiques ont été faites sur l’objet de cette étude. Cette étude est même passée inaperçue auprès de certains médias, détenus par des firmes puissantes. Mais les journalistes du très sérieux « New Scientist » ont avancé qu’il s’agissait « d’un effort unique pour démêler le contrôle de l'économie mondiale ».
 
 
Cette étude réalisée par un trio de théoriciens des systèmes complexes de l'Institut fédéral de suisse à Zurich est la première à aller au-delà l'idéologie pour identifier un tel réseau de pouvoir. Ils ont modélisé des systèmes mathématiques avec des données provenant des entreprises pour cartographier les relations entre des sociétés.
 
 
Les auteurs ont voulu préciser que « la réalité était si complexe que nous devions nous éloigner du dogme, des théories du complot ou du marché libre », signifiait James Glattfelder avant de préciser : « Notre analyse est fondée sur la réalité ».
 
 
Les travaux, publiés dans la revue PLoS One, révèlent qu’un noyau d'entreprises avec 1318 actionnaires verrouillaient le systéme. Chacune des 1318 entreprises avait des liens avec deux ou plusieurs autres entreprises, et elle était en moyenne connectée à 20 autres sociétés. Combinées, ces 1318 sociétés représentaient 60% des revenus réalisés dans le monde.
 
 
Lorsque les auteurs ont démêlé les relations établies les unes avec les autres, il s’est avéré qu’une grande partie de ces « super-entités » était formée de 147 sociétés qui contrôlaient 40% de la richesse totale dans le monde. Avec ce résultat : « moins de 1 % des entreprises ont réussi à contrôler 40 % de tous les revenus ». Le top 20 inclut sans surprise des grands noms de la finance tels que Barclays, JPMorgan ou encore Goldman Sachs.
 
 
Cette concentration du pouvoir économique est assez bluffante. Mais au-delà du constat, il apparaît qu’en identifiant l'architecture économique mondiale, on puisse établir les aspects vulnérables du système. En définitive, cette analyse pourrait permettre de rendre le systéme capitaliste plus stable. Seule solution pour éviter des conflits à plus ou moins Long terme.
 
 
  • Conclusion
 
 
L’augmentation des richesses conduit-elle à l’enrichissement des peuples ? La réponse est Non. Et de moins en moins. On l’a vu, une étude indépendante a prouvé que 147 sociétés détiennent 40% des richesses mondiales et que 1318 sociétés contrôlent 60% des revenus réalisés dans le monde. Dans le même temps, moins de 1% des personnes les plus riches contrôlent près de 40% de la richesse mondiale.
 
 
A l’heure ou les statistiques de l’ONU nous montrent que plus de 80 pays ont aujourd’hui un revenu par habitant plus bas qu’il y a dix ans, ou 60 millions de personnes « vivaient » aux Etats-Unis avec moins de 7 dollars par jour, ou 16% des 495 millions d’européens courent un risque de pauvreté, ou 70 millions d’autres n’ont pas accès à un logement décent selon les statistiques de la Commission européenne dont 17 millions sont répertoriées comme « très pauvres » et ou 8 millions de ménage vivent avec moins de 954€ par personne en France : ces deux études prennent tout leur sens. Jusqu’à quand tout cela pourra-t-il tenir ?
 
 
Sacha Pouget

Les commentaires sont fermés.