Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2012

L'UE n'est pas prête d'appliquer un embargo pétrolier comme l'exige Washington. L'Europe du Sud dépend trop du pétrole iranien.

Embargo pétrolier contre l'Iran: l'UE divisée sur les délais

 
6.01.2012, 18:32

© Flickr.com/fdecomite/cc-by
     

 

Plusieurs pays européens proposent de reporter l'application de l'embargo sur les importations pétrolières de l'Iran, ont annoncé vendredi les médias internationaux, se référant à des sources diplomatiques à Bruxelles.

La décision de décréter un embargo pétrolier contre Téhéran pourra être adoptée le 30 janvier lors d'une réunion du conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

Selon les médias, les Vingt-Sept sont pourtant divisés sur les délais d'application de l'embargo. Il s'agit d'un sursis accordé pour les contrats pétroliers iraniens en vigueur. Ainsi, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne souhaitent qu'il n'excède pas trois mois. La Grèce, qui importe d'Iran 25% du brut qu'elle consomme, propose de différer les sanctions d'au moins un an.

"Les propositions formulées vont d'un mois à un an. Les pays qui dépendent le plus des importations iraniennes insistent sur un délai plus long", a indiqué une source bruxelloise.

La Grèce, l'Italie et l'Espagne sont les plus grands consommateurs européens de brut iranien.

Les commentaires sont fermés.