Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2012

Les USA sont bien une nation de grands enfants gâtés. Mais le Père Noël n'y passera plus car financièrement ils ne sont pas très sages.

Lockheed-Martin évoque un avion de

combat de 6e génération

10 janvier 2012 – 16:41

Les blogueurs américains qui s’intéressent aux affaires militaires ont de la chance par rapport à leurs homologues français. Parce que les industriels de la défense de leur pays n’hésitent pas à communiquer auprès d’eux. En leur envoyant, par exemple, pour la nouvelle année, un calendrier (et l’on ne parle pas d’achat d’espace publicitaire). Cela n’a l’air de rien, à première vue. Sauf que ça permet de lancer le « buzz » a moindre coût.

Ainsi, le blog « The Dew Line » fait état d’un nouveau projet de Lockheed-Martin, dont une photographie illustre le mois de février 2012 dans le calendrier gracieusement envoyé par le constructeur aéronautique américain.

Et il s’agit ni plus ni moins d’un avion de combat de 6e génération sur lequel travaille le Skunk Works Advanced de Lockheed-Martin. Info ou intox, toujours est-il qu’à peine la production du F-22 Raptor terminée et que celle du F-35 Lightning II n’a pas encore commencé, l’US Air Force regarde déjà au-delà de 2030 et prépare déjà l’après chasseur de 5e génération (ceux de la famille des appareils dits furtifs).

En fait, comme l’a expliqué Lockheed-Martin, il s’agit d’établir un nouveau concept d’avion d’ici cet horizon, et cela alors même que les exigences futures pour la mise au point d’un nouvel appareil ne sont pas connues. Normal, qui peut dire, aujourd’hui même, quelles seront les menaces en 2030?

Le travail du constructeur américain est donc d’étudier les technologies susceptibles d’être intégrées à cet avion du futur. Ce dernier, bien évidemment furtif, pourrait évoluer à des vitesses supérieures à celles de la plupart des appareils en service actuellement, avec un rayon d’action plus important et des systèmes pouvant lui permettre de « s’auto-réparer » en cas de problème.

Quoi qu’il en soit, cela montre que l’avenir ne sera pas uniquement réservé aux drones (sinon, pourquoi consacrer des moyens à développer un tel concept?). Du moins, certains, outre-Atlantique, ne le pensent pas. Une autre question qui vient à l’esprit est le coût qu’aura ce nouvel avion, si jamais il voit le jour.

Déjà que celui du F-35 crève le plafond (on parle maintenant, à son sujet, de Trillion program aux Etats-Unis, l’on ose imaginer ce qu’il sera pour cette 6e génération d’avions de combat, à moins de faire mentir l’une des lois de Norman Augustine, par ailleurs ancien patron de Lockheed-Martin, laquelle dit : « si les méthodes du Pentagone et l’évolution des coûts ne changent pas, le budget du Pentagone autour de 2050 servira à acheter un seul avion tactique. Celui-ci sera confié trois jours par semaine à l’USAF, trois jours à la Navy et le septième au Marine Corps. »

11:38 Publié dans Armement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.opex360.com

Les commentaires sont fermés.