Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2012

Mahmoud Abbas est reconnu "conservateur de l'orthodoxie proche-orientale" par le patriarche Alexis II de toutes les Russies.

Le conservateur de l’orthodoxie proche-orientale

 
21.01.2012, 17:50

Photo: EPA
     

 

La récompense russe «Pour l’action remarquable visant à renforcer la cohésion des peuples orthodoxes et à promouvoir les valeurs sociales chrétiennes», - a été décerné au chef de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas.

La cérémonie solennelle de remise de ce prix annuel institué par La Fondation internationale pour l’unité des peuples orthodoxes aura lieu le 21 janvier dans la basilique du Christ Sauveur qui est la plus grande cathédrale russe.

Le prix qui est remis pour la 11e fois porte le nom du patriarche Alexis II à qui on attribue sa paternité. Le fait que le prix soit décerné à un musulman sunnite a une valeur symbolique. En effet, Mahmoud Abbas peut être à juste titre qualifié d’une sorte de conservateur de l’orthodoxie dans la région du Proche-Orient, - a confié dans son interview à la Voix de la Russie Valeri Alexéev qui dirige la Fondation.

«Il y avait au début plusieurs candidats à ce prix mais le choix s’est finalement porté sur Mahmoud Abbas qui est réputé au Proche-Orient comme protecteur et défenseurs des valeurs chrétiennes. Abbas consacre en effet beaucoup de temps à l’instauration d’un dialogue entre les chrétiens et les adeptes de l’islam, aide au développement du pèlerinage des chrétiens en Terre Sainte et préconise une plus grande présence de la religion orthodoxe dans la région. Il apporte également une grande contribution personnelle au règlement pacifique du problème palestinien dont dépend la stabilité au Proche-Orient et dans le monde entier».

Si la coopération culturelle et humanitaire entre la Russie et l’Autorité Palestinienne a pris une dimension qualitativement nouvelle, c’est dans une grande mesure grâce aux efforts de Mahmoud Abbas. Depuis qu’il dirige l’administration palestinienne, l’église orthodoxe russe a pu récupérer plusieurs terrains qui lui appartiennent historiquement ainsi qu’un certain nombre de bâtiments acquis par le gouvernement russe à la fin du XIXe siècle. Il s’agit notamment des terrains situés à Jéricho et à Bethléem. Plusieurs centres culturels et religieux russes sont sortis de terre et il existe même une école russe destinée aux enfants palestiniens. Mahmoud Abbas respecte de son engagement de rétablir la présence russe au Proche-Orient perdu à l’époque soviétique tourmentée. Les Palestiniens aiment bien la Russie et la considèrent comme leur allié politique, - poursuit Valeri Alexéev.

«La Russie appuie la volonté de souveraineté nationale manifestée par la Palestine. Cette position occupe une place de choix dans l’espace international. La Russie ne ménage pas ses efforts dans le règlement de l’épineuse question palestinienne qui reste à l’ordre du jour depuis plus d’un demi-siècle. Sa politique extérieure vise un règlement positif de cette question y compris au profit du peuple palestinien. Le soutien spirituel et culturel de la Terre Sainte qui est le berceau de la foi et des convictions religieuses favorise le processus de la paix au Proche-Orient et dans le monde entier».

Les prix de la Fondation sont annuellement décernés aux chefs d’état et de gouvernement, parlementaires, patriarches des églises orthodoxes et personnalités publiques les plus en vue pour leur contribution au renforcement des liens économiques et politiques entre les états qui s’étaient formés dans le contexte de la tradition chrétienne d’Orient. Plus de 50 personnes sont devenues titulaires de ce prix prestigieux depuis son institution. Cette fois, le prix sera remis en plus de Mahmoud Abbas au Patriarche Théodore II d’Alexandrie et de toute l’Afrique et au joueur de tennis serbe Novak Jokovic.

Les commentaires sont fermés.