Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2012

Syrie. S'il fallait encore prouver que ce pays subit des actions d'origine étrangère, et cela depuis au moins six mois, le site Debkafile (israélien) dévoile des secrets de polichinel.

Des unités spéciales insaisissables

9.02.2012, 20:21

© Flickr.com/delayed gratification/cc-by-nc-sa 3.0
     

 

Le ministère russe des AE est préoccupé par les informations des médias israéliens sur l’envoi des unités spéciales qatariotes et britanniques en Syrie. Ces informations seront vérifiées, a déclaré le porte-parole du MAE Alexandre Loukachevitch.

 

Le portail israélien Debka (Debkafile) a fait savoir que les militaires britanniques et qatariotes déployaient leurs activités en Syrie. Selon les experts, de telles « fuites » sont apparues peu avant l’opération armée de l’OTAN en Libye.

La présence des unités spéciales étrangères en Syrie est le secret de Polichinelle, dit le politologue israélien Alexandre Eterman. Selon lui, les instructeurs y travaillent depuis six mois. Ce ne sont pas seulement les soldats britanniques et qatariotes.

C’est un fait notoire. Je ne sais pas concernant les Qatariotes, mais les unités spéciales britanniques, israéliennes, américaines, françaises y sont présents. C’est la présence plutôt qu’une tentative d’influer sur l’évolution des événements en employant la force. Tous les pays déclinent une ingérence armée active. Or, on ne saurait exclure une autre décision dans deux semaines.

C’est l’intervention sur le territoire d’un Etat souverain, estime l’expert de l’Institut d’Orient de l’Académie des sciences de Russie Vladimir Issaev.

Si cela se produit, c’est une agression non dissimule, l’ingérence dans les affaires d’un Etat étranger avec toutes les conséquences qui en découlent.

Il est possible que ce soit l’initiative d’un média non officiel. Israël n’a pas besoin d’escalade et de désinformation de ce genre, affirme Vladimir Issaev. Quoi qu’il en soit, l’information sur les actes des soldats britanniques et qatariotes a été diffusée à la veille de l’opération en Libye simultanément à la révocation des ambassadeurs de Tripoli. Lorsque les mutins prenaient d’assaut Tripoli, les instructeurs dirigeaient déjà les détachements et permettaient de les photographier. Selon plusieurs experts, l’évolution de la situation en Syrie fait penser au scénario libyen ce qui est parfaitement logique. Les récents actes de la Ligue arabe le confirment. Il est possible que la Ligue examine la semaine prochaine la reconnaissance des adversaires d’Assad « représentants légitimes de la Syrie ».

Les commentaires sont fermés.