Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2012

Les USA choisissent une sécession monétaire prise par les Etats au profit de l'or, condamnant le dollar à une mort certaine, au lieu de voir les populations se révolter contre Washington.

Les Etats de l’Union, la libération du dollar et la sécession

11/02/2012

 

Il est vrai qu’en trois ans, le nombre d’Etats de l’Union (USA) ayant introduit des législations ou préparant de telles législations, concernant l’introduction de monnaies en or ou en argent qui leur seraient propres et figureraient comme compléments ou alternative éventuelle au dollar, est passé de trois à treize (notamment le Minnesota, le Tennessee, l’Iowa, la Caroline du Sud, la Géorgie).

Le site EndTheLie.com publie un article sur ce sujet, le 9 février 2012, sous la signature de Jeremy Holcombe. Il est à signaler que l’article est présenté d’une façon extrêmement prudente, et nullement sur un mode de provocation politique ou polémique. Holcombe étant également un contributeur du site GoldCoDirect.com, qui agit notamment comme conseil pour le commerce de l’or et de l’argent, l’article est caractérisé par un avertissement précisant qu’il ne s’agit en aucune façon d’une incitation à investir dans l’or ou l’argent, même si le site a évidemment sa position sur la question... Toutes les précautions sont prises pour extraire cette information de sa dimension “opérationnelle”, tant monétaire que politique ; l’accent est mis sur la constitutionnalité du processus envisagé, notamment avec la nécessaire coopération, sinon l’autorisation, du centre fédéral.

«It looks like more states may jump on the bandwagon as well, as more and more states will look towards their state governments because of a growing fear of a Federal Reserve collapse. “In the event of hyperinflation, depression, or other economic calamity related to the breakdown of the Federal Reserve System … the State’s governmental finances and private economy will be thrown into chaos,” said North Carolina Republican Representative Glen Bradley in a currency bill he introduced last year.

»While this may seem like a good idea, and in the long run may work out, here is where the law gets muddled and things get complicated. Individual communities are allowed to create their own currency, as long as it is easily distinguishable from U.S. dollars. With that being said, the Constitution bans states from printing their own paper money or issuing their own currency. The U.S. Constitution does, however, allow states to make “gold and silver Coin a Tender in Payment of Debts.”

»This is definitely an interesting turn of events in how states and their state governments are beginning to view American currency. The dollar is so weak right now that many states just want to discard it altogether and implement their own monetary system. While I see how this may work, I also see how it could cause a lot of problems for the way we view money and how we spend it. What is to stop a state from charging a different amount of money on certain things, based on how their new monetary system is built?

»We are only still in the beginning steps of this, and I don’t know that the Federal government is even going to consider this too much, but if they do, new laws would need to be written to enable a new state-by-state currency to flow smoothly. There are also more technical concerns regarding tax collection and how the Internal Revenue Service (a federal agency) will respond to such developments.»

…Toutes les précautions ayant été prises par l’auteur pour “aseptiser” la nouvelle, – sans intention politique, sans doute, mais par simple prudence ou manque d’audace intellectuelle, – il reste que la nouvelle est indirectement chargée d’une puissante signification politique. Cette signification a bien entendu un nom : sécession (ou “nullification”, selon le terme juridique suggéré récemment par Ron Paul). La dernière fois qu’un Etat de l’Union a voté pour ou contre la sécession (le “contre” l’a emporté), c’était en 1933 ; il s’agissait de l’Etat du Montana et la cause du vote était la volonté de se séparer de la politique économique de Washington alors en pleine crise (Grande Dépression) ; c’était montrer sans ambigüité que la situation économique avait une dimension politique indiscutable. Aujourd’hui, cette démarche est directement liée à des craintes d’effondrement du dollar et de la Réserve Fédérale. Le lien est donc évident entre “monnaie alternative” (ou monnaie de réserve en cas de malheur), crise du gouvernement et du système fédéraux, et sécession… Le cas, présenté ici d’une façon très constitutionnaliste, a donc une dimension potentiellement politique extrême. (La prudence même de l’article et de sa présentation en sont, a contrario, une preuve supplémentaire.)

Le cas de l’existence de deux monnaies parallèles n’est pas exceptionnel, hors des USA, pour des raisons économiques et pratiques ; dans le cas du cadre constitutionnel US, il porte essentiellement sur une “monnaie libératoire” (pour libérer de dettes, engagements, etc.). Il n’empêche que ce cas est évoqué dans le cadre de la crise générale qui frappe les USA et qu’il a nécessairement, aux USA, une dimension politique fondamentale, remontant aux origines de la fondation des choses. Il faut avoir à l’esprit que le lien fondamental de la fédération est bien l’économie, sous la forme de “l’intérêt”.

(Voir, dans notre texte du 6 janvier 2012, ces citations de Tocqueville, de 1831. Rien n’a fondamentalement changé depuis, dans l’esprit de la chose, l’union n’ayant été confortée que par des actes de contraintes, et il ne s’est imposé depuis aucun phénomène régalien ni psychologique décisif (la formation d’un “caractère américain”, pour prendre le terme des philosophes, politologues et sociologues du cas) ; ces actes de contrainte ont été principalement d'une part la violence de la Guerre de Sécession, d'autre part l’illusion virtualiste et la narrative du système de la communication, allant du symbolisme artificiel aux méthodes habituelles de la communication, – patriotisme par le symbolisme de promotion, American Dream, cinéma nécessairement propagandiste, etc, tout cela n'ayant effectivement aucun effet de fond sur la situation originelle.… Tocqueville : «Les hommes qui vivent sous ses lois [de la société américaine] sont encore anglais, français, allemands, hollandais. Ils n'ont ni religion, ni mœurs, ni idées communes ; jusqu'à présent on ne peut dire qu'il y ait un caractère américain à moins que ce soit celui de n'en point avoir. Il n'existe point ici de souvenirs communs, d'attachements nationaux. Quel peut être le seul lien qui unisse les différentes parties de ce vaste corps ? L’intérêt.» (1er juin 1831) «Le principe des républiques anciennes était le sacrifice de l'intérêt particulier au bien général, dans ce sens, on peut dire qu'elles étaient vertueuses. Le principe de celle-ci me paraît de faire rentrer l'intérêt particulier dans l'intérêt général. Une sorte d'égoïsme raffiné et intelligent semble être le pivot sur lequel roule toute la machine. Ces gens-ci ne s'embarrassent pas à rechercher si la vertu publique est bonne, mais ils prétendent prouver qu'elle est utile.» (29 mai 1831).)

Dans ces conditions, et à côté des considérations prudentes (“le gouvernement fédéral n’a rien décidé”, “démarches exploratoires”, “processus destiné à prendre beaucoup de temps”, etc.), une appréciation politique urgente s’impose. On n’explore pas brusquement (aucun Etat constitutionnellement intéressé en 2008, trois en 2009, treize en 2012) une telle disposition, qui porte sur le fait fondamental de l’hypothèse de la rupture avec un système central engagé dans une crise existentielle, sans une conscience politique de cette urgence. Encore cette démarche est-elle le fait de directions dont les intérêts, la psychologie originelle, etc., sont tous acquis au système centralisé. C’est dire combien les pressions de la crise sont à l’œuvre dans la psychologie de ces directions, et fortement exprimées par conséquent dans celle des population. Il s’agit là, sans le moindre doute, d’un mouvement souterrain de type centrifuge et sécessionniste, qui s’exprimerait à ciel ouvert, dans des voies dont on ne peut mesurer l’ampleur et le violence, en cas de paroxysme de la crise du centre.

Bien entendu, ce phénomène ne peut être séparé de la présence de Ron Paul dans la course à la présidence, de l’agitation autour de ce phénomène. Il s’agit surtout des conceptions de Ron Paul, partisan de la réintroduction de l’or comme “monnaie concurrente” du dollar (par refus du “monopole” du dollar comme monnaie aux USA, selon ses conceptions économiques), qui considère d’autre part que les tendances sécessionnistes sont certainement honorables et à considérer (sa thèse sur la “nullification”, voir le 17 janvier 2012). Qu’un homme politique qui peut envisager que sa candidature à la présidence n’est ni marginale, ni exotique, ait de telles conceptions, cela reflète sans aucun doute un état d’esprit nouveau et pressant à cet égard aux USA… C’est-à-dire que, face à la crise terminale du Système, la réaction, aux USA, peut aller de la révolte intérieure classique sans mettre en cause le cadre national (comme dans les autres pays) à la tendance à la sécession, au détachement du centre (cas spécifique des USA, certainement beaucoup plus probable que “la révolte”). Ces mouvements des Etats vers des monnaies de substitution doivent être signalées dans ce cadre, autant qu’ils le doivent être dans le cadre d’un reflet homothétique de la révolte en cours contre le dollar, comme “monnaie de transaction” imposée aux relations internationales… La révolte contre le dollar se fait donc aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, mettant d’autant mieux en évidence que le dollar fait partie du Système, c’est-à-dire d’une entité qui n’engage nullement, en cas de malheur, les entités politiques, humaines et souveraines (dans le cas évoqué, la souveraineté caractérise les Etats de l’Union tandis que le centre fédéral exprime un simulacre de souveraineté).

 

Mis en ligne le 11 février 2012 à 06H54

Les commentaires sont fermés.