Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2012

Le projet de liaison ferroviaire, longue de 470 km, entre l'Arménie et l'Iran est soutenu activement par les Russes. L'Iran est en effet l'unique voisin, excepté la Géorgie, qui serait un partenaire économique de poids pour l'Arménie.

Une liaison ferroviaire Iran-Arménie « réaliste » pour la Russie

 

La Russie reste intéressée à un projet ambitieux de construire un chemin de fer connectant l’Arménie à l’Iran voisin malgré « des problèmes » créés par la confrontation sur la question du nucléaire civil entre Téhéran et l’Occident selon le président de la compagnie du réseau national du chemin de fer russe, RZD.

« Nous pensons que ce projet a des chances réalistes d’être exécuté mais cela pourrait être fait seulement dans le cadre d’une coopération entre états et ne dépend pas seulement de nous » a dit Vladimir Yakunin à la fin d’une visite en Arménie.

Vladimir Yakunin est arrivé à Erevan pour présenter Viktor Rebets, le nouveau directeur de la compagnie du chemin de fer d’Arménie gérée par RZD. Il a aussi rencontré le Président Serge Sarkissian.

Les gouvernements arménien et iranien ont officiellement approuvé le projet de chemin de fer en 2009. Mais ils doivent encore identifier les sources concrètes de financement pour cette liaison ferroviaire de 470 kilomètres qui passerait principalement par le territoire arménien. Les évaluations officieuses de son coût total ont varié de 1 milliard de $ à 4 milliards de $.

La partie arménienne espère que des sociétés russes participeront à la construction du chemin de fer et le financeront en partie . Le gouvernement russe et RZD n’ont pas exclu une telle possibilité.

« Nous espérons qu’avec des efforts communs à la fois de la Russie et de l’Arménie aussi bien que quelques pays tiers nous réussirons après tout à réaliser un plus moderne et peut-être même radicalement nouveau système de communications pour l’Arménie » avait dit Dmitry Medvedev pendant des pourparlers avec Serge Sarkissian sur la question.

Vladimir Yakunin a affirmé que le projet était faisable même si bien 30 à 50 ans sont nécessaire pour amortir les dépenses. « Et si ce projet est lancé la compagnie des Chemins de fer du Sud Caucase participera certainement à son exécution »” a-t-il dit, en ce qui concerne la filiale arménienne de RZD.

Le fonctionnaire russe a noté que les sanctions internationales contre l’Iran créent « un peu de problèmes » entravant la coopération économique entre la République islamique et d’autres états régionaux, incluant l’Arménie. « Nous croyons que la coopération est beaucoup plus efficace que n’importe quelle sanction imposée à l’Iran » a-t-il dit, répercutant la position officielle de Moscou envers le programme nucléaire de Téhéran.

Richard Giragosian, un apolitogue basé à Erevan a suggéré que la Russie tient à employer le projet poure « démontrer son pouvoir et influence dans cette région » et souligner son opposition avec l’action militaire américaine ou israélienne contre l’Iran. « Il est trop tôt pour dire si le projet commencera et finira mais je vois une nouvelle volonté politique de Moscou de s’en occuper plus sérieusement » a-t-il dit au service arménien de RFE/RL (Azatutyun.am).

mardi 21 février 2012,
Stéphane ©armenews.com

Les commentaires sont fermés.