Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2012

Poutine ne fait que défendre une Russie bien fragilisée malgré des déclarations qui semblent trop franches, donc arrogantes, pour certains médias. Tout comme le timide aboie facilement.

L’Europe doit-elle se préparer à une nouvelle guerre froide avec la Russie ?
Analyse de Philippe Migault, chercheur à l’IRIS (Atlantico.fr, 22 février 2012)

Vladimir Poutine a annoncé cette semaine son intention de procéder à un important effort de réarmement de son pays. Un discours de campagne qui résulte de la politique occidentale à l'encontre de la Russie.

Préambule : lire la récente tribune publiée par Vladimir Poutine :

Vladimir Poutine : "Pourquoi je pense qu'il faut renforcer l'armée russe"

Loin du discours belliqueux, impérialiste, auquel bien des Occidentaux méconnaissant les réalités russes s’attendent de Vladimir Poutine, celui-ci prône une politique défensive. Sa récente tribune, reprise par Atlantico, en atteste. Certes le ton est tranchant. L’homme est ainsi. Mais, pour autant, il n’est pas menaçant.

Que dit le Premier ministre russe ? Qu’il n’est pas question que la Russie, détentrice de "ressources d’une importance stratégique globale", consente à accepter des pressions visant à les lui soustraire et entend, dans ce but, renforcer ses capacités de dissuasion. Il s’agit d’une posture de réaffirmation de la puissance, de la souveraineté et des intérêts vitaux de la Russie tout à fait classique, légitime, très gaullienne en somme.

Bien entendu, certains rétorqueront que Moscou possède encore plusieurs milliers de têtes nucléaires et n’a donc nul besoin de muscler son dispositif atomique. Mais il faut tenir compte de l’obsolescence des armes en service. L’ère des bombardiers stratégiques, qu’ils soient Américains ou Russes, est passée. Les missiles intercontinentaux SS-18 et SS-19 seront bientôt retirés. Les sous-marins Delta IV mais aussi les fameux Typhoon, immortalisés par Octobre Rouge, vivent leurs dernières années à la mer. Toutes ces engins doivent être remplacés à l’horizon 2020-2025 par une nouvelle génération de matériels plus précis, plus rapides, plus manœuvrants. Cela reviendra mécaniquement à renforcer l’outil de dissuasion russe mais ne traduit pas une volonté d’agression. A moins qu’il ne faille évoquer l’agressivité de la France qui consent chaque année des investissements lourds pour maintenir ses forces stratégiques au niveau d’efficacité requis.

Les déclarations de Vladimir Poutine ne traduisent pas une ambition de renouer avec la puissance soviétique. Elles sont bien au contraire révélatrices de la fragilité de la Russie. Poutine le sait : l’Armée rouge est morte en 1991. Ses millions d’hommes, ses dizaines de milliers de chars, ses milliers d’avions de combat et ses centaines de navires ont quitté l’uniforme ou sont partis à la casse. Or ces forces conventionnelles protégeaient le pays d’une attaque classique. Sans elles la Russie est nue. Consciente de sa faiblesse, elle doit en conséquence s’en remettre davantage encore à la seule dissuasion nucléaire. La dernière mouture de la doctrine stratégique russe, qui prévoit l’usage en premier de l’arme nucléaire en cas d’agression conventionnelle susceptible de remettre en cause son indépendance, le démontre. La France, qui ne disposait elle aussi que de forces classiques réduites dans les années 70-80, savait qu’elle n’aurait que l’arme nucléaire pour stopper un ennemi en dernier recours et avait rigoureusement la même attitude avec son concept d’ultime avertissement.

Par ailleurs si nous ne voulons pas que la Russie réarme il faudrait déjà cesser de l’inquiéter. Or que constatons-nous ? Depuis la frontière estonienne les forces de l’OTAN, qui ne devaient pas étendre leur emprise au-delà de la frontière germano-polonaise selon des engagements pris par James Baker vis-à-vis de Mikhaïl Gorbatchev, sont aujourd’hui à une étape de tour de France de Saint-Pétersbourg.

Commentaires

merci pour les informations. Je m’offre la liberté de twitter cet article. Je repasserai vous lire billets avec grand joie sur votre blog et je le mets dans mes favoris.

Écrit par : mutuelle santé | 10/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Si vous désirez continuer à lire mes notes, étant donné que le site Hautetfort bloque l'accès à leur parution, je vous invite dorénavant à les découvrir à l'adresse suivante: www.unblog.fr où mon pseudo est devenu mbmbis. Merci pour votre compréhension.

Écrit par : MBM | 21/06/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire