Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2012

L'Académie des Sciences de Moscou, qui avait déjà prédit la crise financière de 2008 deux ans auparavant, pronostique une nouvelle crise qui ébranlera le monde en 2014, avec subséquemment un risque de conflit militaire maritime entre la Chine et les USA.

La Marine chinoise et la Russie

24.02.2012, 22:24

Photo: EPA
 
     
Ou peut-être ma Russie et la marine chinoise, la belle et la bête littéralement parlant. Savez-vous que les mathématiciens de l’Académie des Sciences de Moscou viennent de pronostiquer la deuxième vague de la crise financière mondiale, censée ébranler le monde en 2014?

On pourrait peut-être en rire mais, malheureusement, les dernières prévisions de cette honorable institution s’avérèrent plausibles par ce que confirmées par les faits. Il s’agit de la crise de 2008 prédites deux années à l’avance par l’Académie des Sciences de Russie. Selon cet organisme, le premier concerné serait la Chine avec ses 1,5 Milliards d’habitants et des réserves en matières premières qui sont très maigres. Qui plus est, les hydrocarbures chinois sont acheminés de l’Iran et de l’Afrique. C’est dire que la Chine est rattachée par un cordon ombilical à cette partie du globe terrestre, donc obligée de maintenir la sécurité de ses livraisons. Pour ce faire, elle a prévu le lancement d’un programme ambitieux de construction d’une flotte à longue portée, susceptible de faire face à la marine américaine sans parler des Russes. Les Américains s’en rendent parfaitement compte parce que même le chef du renseignement US James Klapper a reconnu que «la Chine et son arsenal nucléaire représente un danger mortel pour les Etats-Unis». Fin de citation.

Au jour d’aujourd’hui la Chine a avalisé un programme de construction des porte-avions au nombre de 4 unités dont plusieurs remodelés à partir des vieux croiseurs russes. Un vieux bâtiment de guerre russe Variag appelé maintenant Shi Lang peut servir d’un exemple… flagrant de cette conversion menée depuis… 12 ans. Par conséquent, je présage que les Chinois ne sont pas sortis de l’auberge avec leur programme de porte-avions. Ce qui donne également du fil à retordre à Moscou et Washington c’est DF-21 D, missile mer-mer qui doit très prochainement garnir les vaisseaux chinois. Là aussi il reste un bon bout de chemin à parcourir avant que ce missile, version marinisée de DF-21 A, variante chinoise de Pershing-2, ne voie le jour. Autre volet de la défense maritime chinoise est représenté par les vecteurs aériens c'est-à-dire les avions qui doivent doter leurs bâtiments de guerre. J-15, copie peu conforme du ‘Soukhoï-27’, chipée à l’Ukraine, est encore à ses premiers balbutiements.

Ceci dit, on n’est pas à même de corroborer qu’il existe un danger réel pour la marine russe ou ses frontières maritimes de la part de la marine chinoise. Tous les efforts de Pékin devraient être portés à la protection de ses communications avec l’Orient dans la région de l’Océan Indien. Le détroit de Malakka condamnerait aux Chinois le libre passage dans cette zone et les Américains, pour leur part, ont déjà élaboré une nouvelle version de l’anti-missile SM-3 Block 2B qui peut contrer les armes chinoises respectives.

On peut en déduire qu’au cas où il y aurait une crise financière en 2014 et que la Chine serait confrontée à la pénurie, elle peut bien être tentée d’avoir recours à l’argument militaire, cette ultima ratio regis.L’éventuelle agression ne saurait être dirigée contre la Russie mais les Etats-Unis peuvent en pâtir dans la région avec leurs intérêts économiques bien qu’ils aient toujours les moyens de juguler le danger chinois.

Les commentaires sont fermés.