Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

Selon le BIT, les inégalités au travail ont considérablement augmenté dans toute l'Europe à cause de la crise.

BIT : les inégalités au travail ont considérablement augmenté en Europe
Publié le 2012-02-24 19:49:06 | French. News. Cn  
 

GENEVE, 24 février (Xinhua) -- Les inégalités au travail ont considérablement augmenté à travers l' Europe en raison de la crise économique mondiale et devraient continuer de se creuser avec l'introduction dans toujours plus de pays de mesures de rigueur et de réformes du marché du travail, selon une nouvelle étude publiée vendredi par le Bureau international du Travail (BIT).

L' étude sur "Les inégalités au travail pendant la crise: éléments d' appréciation en provenance d' Europe" analyse dans quelle mesure les conditions de travail, les salaires et les revenus, l' emploi et l' égalité hommes-femmes, entre autres questions liées au milieu de travail, se sont détériorés sur tout le continent depuis le début de la crise. Elle comprend des données en provenance d' une trentaine de pays et 14 études nationales menées par d' éminents spécialistes européens.

L' ouvrage explore la manière dont certains pays qui s' étaient appuyés sur des aménagements de flexibilité externes, comme l' Espagne, ont connu de graves difficultés sur le front de l' emploi. Plus important encore, il éclaire l' un des aspects de la crise qui a été mal documenté jusqu' ici: ses effets microéconomiques au niveau de l' entreprise sur différentes catégories de travailleurs et sur les domaines de travail qui les concernent directement.

L' ouvrage révèle également que les écarts salariaux entre le bas et le haut de l' échelle des salaires ont augmenté dans des pays comme la Bulgarie, la Hongrie et le Royaume-Uni.

"Le message central de cet ouvrage peut se résumer en termes simples: les inégalités au travail n' ont pas seulement contribué à faire naître la crise économique mais elles se sont même amplifiées avec la crise", constate Daniel Vaughan-Whitehead, conseiller spécial au BIT, en charge des politiques salariales, professeur à Sciences-Po Paris et qui a dirigé l' ouvrage. "Notre système économique global continuera ainsi d' être menacé tant que nous n' aurons pas résolu ce problème fondamental".

L' ouvrage cite un certain nombre de "bonnes pratiques" mises en œuvre par les gouvernements pour faire face à la crise. Parmi elles, figurent "le miracle allemand" des ajustements réalisés pendant la crise avec un chômage faible reposant aussi sur des dispositifs élargis de réduction du temps de travail, la Suède qui a instauré des mesures spécifiques pour aider les jeunes à conserver leur emploi ou à entreprendre une formation, et l' Italie où le système de "cassa integrazione" a contribué à limiter les effets immédiats de la crise sur le chômage. L' étude souligne aussi que les politiques industrielles destinées à soutenir les secteurs en difficulté, tels que le bâtiment et l' automobile - et financées par des dépenses publiques - se sont révélées efficaces.

Les auteurs font aussi mention du rôle majeur joué par le dialogue social dans la négociation d' alternatives aux licenciements, généralement sous forme de réduction des salaires et/ou de la durée du travail, comme en Allemagne et en France. Dans les pays où les négociations salariales sont limitées comme en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, les suppressions d' emploi et les coupes salariales ont été immédiates et substantielles.

Les commentaires sont fermés.