Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2012

Petit lexique du partisan européen. (XVI). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 16 - ÉLITE

Catégorie sociale “dirigeante” au sens très large du mot, sans préjuger de sa légitimité. L'élitisme désigne toute doctrine qui entend réserver à une “élite” le monopole d'une détention, d'une consommation, d'une production, etc.

Élite et élitisme sont 2 termes assez neutres. Tout groupe humain, quel qu'il soit, est pourvu d'une élite et applique à quelque niveau, partiellement ou pas, consciemment ou pas, explicitement ou pas, l'élitisme. Le problème est celui de la légitimation de l'élite. L'éthologie humaine nous enseigne que la hiérarchisation des sociétés génère des élites. Les sociétés égalitaires appliquent l'élitisme en le refusant théoriquement : d'où des schizophrénies sociales : d'autre part, influencées par l'économisme libéral ou marxiste, elles réduisent l'élite aux classes socio-économiques (cf. bourgeoisisme). La société contemporaine manifeste d'autre part une réticence à une indispensable circulation des élites, du fait de cet économisme mais aussi d'une trop grande rationalisation des processus de sélection sociale. La démocratisation ralentit la promotion sociale de même que la culture de masse qui en résulte empêche le recrutement des élites populaires virtuelles. Nous devons nous prononcer pour une égalité des chances et une méritocratie — une aristocratie populaire, basée sur la notion de devoirs (et non de droits) et donc de service communautaire. Les élites actuelles ne nous semblent pas correspondre à une hiérarchie fonctionnelle (cf. fonction) souhaitable.

Les commentaires sont fermés.