Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2012

Nouvelle provocation des USA avec son bras armé l'"Otan" organisée contre la Russie, à ses frontières dans l'arctique. Après l'échec patent dans le Golfe d'Ormuz, c'est au tour de l'Arctique. Ils doivent être aux abois pour tenter d'impressionner ainsi.

Des jeux militaires en Arctique

12.03.2012, 17:34

Photo: RIA Novosti
 
     
Les exercices militaires internationaux Cold Response 2012 ont commencé aujourd'hui le 12 mars en Arctique. Plus de 16 000 militaires, navires, avions américains, britanniques, canadiens, français, néerlandais participent à ces manœuvres.

En tout quatorze pays de l'Alliance atlantique plus la Suisse, vont s'entraîner jusqu'au 21 mars à agir ensemble dans cette partie du globe au-dessus du cercle polaire. Il s'agit d'élaborer un schéma d'actions en cas d'un conflit ou d'une attaque terroriste.

Les organisations terroristes sont implantées au Proche et Moyen Orient, en Amérique Latine, en Asie et en Afrique du nord, mais on n'en a jamais rencontré en Arctique, fait remarquer le rédacteur en chef de la revue russe Natsionalnaya Besopasnost (Défense Nationale), Igor Korottchenko.

«C'est la raison pour laquelle ces exercices militaires doivent être perçus comme signe du renforcement des activités militaires de l'OTAN en Arctique. Ce renforcement, il intervient en vue d'une distribution des ressources naturelles de cette région. En l’occurrence, l'Alliance atlantique ne fait que montrer ses muscles en faisant savoir qu'elle va utiliser sa puissance militaire pour appuyer sa démarche géopolitique et diplomatique».

Il n'y a pas de terroristes en Arctique mais il y a d'énormes gisements de gaz, de pétrole, d'or et de diamants. Le réchauffement climatique et la fonte des glaces attendus par les scientifiques, vont ouvrir la porte du Sésame arctique. Les Etats prétendant à une partie des ressources de la région, se sont déjà lancés dans la course. Les différends territoriaux ont surgi même entre les Etats membres de l'OTAN. Qui plus est, les pays qui n'ont rien à voir avec l'Arctique, comme la Chine ou la Corée, par exemple, sont en train de construire des grise-glaces. L'OTAN aurait pu organiser ces manœuvres sur le territoire canadien, estime Vladimir Evseïev du Centre de la Sécurité Internationale de l'Institut de l'Economie Mondiale et des Relations Internationales de l'Académie des Sciences de Russie.

«Mais elles sont organisées sur le territoire norvégien et suédois c'est-à-dire plus ou moins à proximité des frontières russes. De ce point de vue ces exercices constituent un acte de provocation. La Russie a les raisons de s'inquiéter parce que les navires équipés du système Aegis créé en Espagne, risquent d'être déployés dans la zone arctique».

La Russie surveille avec attention ce qui se passe au-dessus du cercle polaire, fait remarquer Igor Kototchenko.

« Deux régiments arctiques sont en train d'être créés en Russie. Ils seront capables d'intervenir dans n'importe quelle région de l'Arctique. Là où cette intervention servira les intérêts nationaux »

Des navires de guerre dont la construction a commencé le 1er février dernier, est le premier signe du renouveau de la Flotte du Nord russe. Deux porte-hélicoptères de classe Mistral serviront également en Arctique. Cependant, la Russie privilégie les moyens pacifiques de règlement des conflits territoriaux étant convaincue que le dialogue doit être basé sur la diplomatie et non sur la puissance militaire.

Les commentaires sont fermés.