Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2012

Petit lexique du partisan européen. (XVIII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 18 - ENRACINEMENT

tree10.jpgL'enracinement est la qualité d'hommes et de groupes fidèles à leurs attaches et à leurs héritages territoriaux, culturels et historiques. L'enracinement s'oppose au cosmopolitisme de la civilisation occidentale.

Ce cosmopolitisme provient de l'universalisme chrétien, qui a historiquement débouché sur le règne conjoint de l'individu et de la masse, au détriment de toute appartenance intermédiaire. De notre point de vue, le dynamisme créateur et les œuvres culturelles de portées mondiale ne peuvent être qu'enracinés. À une époque où le mondialisme arase les spécificités en un Système planétaire, l'enracinement constitue une réponse globale aux pathologies — sociales, économiques, physiologiques, culturelles, etc. — d'une civilisation mondiale paralysée et cancérisée. Il faut néanmoins se méfier des récupérations de l'enracinement comme immobilisme muséifiant, comme folklore ou comme fin-de-l'histoire, opérées par les idéologies occidentales. L'histoire européenne se fonde en effet sur un mode d'enracinement qui suppose conquête et désinstallation.

L'enracinement, d'autre part, ne saurait être considéré comme un passéisme ; sa modernité lui est rendue notamment par les nouvelles technologies et les nouveaux modèles économiques qui insistent sur le développement autocentré et les autarcies territoriales. L'enracinement est donc pour nous d'abord enracinement dans une culture. C'est une notion dynamique, en relation directe avec la nécessité de l'actualisation d'un héritage.

Les commentaires sont fermés.