Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2012

Petit lexique du partisan européen. (XXII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 22 - ÉVOLUTION

ape310.jpgL'évolution ou phylogénèse, désigne, selon les découvertes du darwinisme, la métamorphose complexificatrice des espèces et l'apparition de nouvelles espèces, provoquée par la double pression des mutations génétiques et de la sélection adaptative.

L'évolution n'est pas linéaire ni téléonomique — c'est-à-dire orientée en vue d'une finalité. Elle peut se comparer à une sphère en expansion dans tous les sens, selon les hasards et les aléas des patrimoines génétiques et du milieu. Elle semble obéir à une coopération de principes dionysiaques — fulguration des mutations et des naissances de nouvelles formes — et apolliniens — sélection et organisation des formes. L'évolutionnisme corrobore les cosmologies indo-européennes — qui en sont une traduction imagée, poétique et mythique. L'évolution ne laisse apparaître aucune raison en œuvre dans son procès : elle est risquée, gaspilleuse ; dyonisiaque, elle ne connaît ni fatigue ni désespoir ; elle ne se “suicide” jamais, ayant toujours une réponse pour chaque impasse. L'évolution culturelle, comme l'évolution phylogénétique, procèdent par accumulation d'“informations” et donc de “programmes d'action” possibles ; c'est la néguentropie, principe inverse de la déperdition d'énergie et de l'homogénéisation d'informations qui régit la matière inanimée (entropie). À l'accumulation d'informations que nous héritons de l'évolution, la culture ajoute un patrimoine acquis, mais qui peut se perdre (domestication). L'évolution est la clef de la vie ; cette constatation est à la base de notre vue du monde.

Les commentaires sont fermés.