Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2012

Le Cheikh Abdul Aziz bin Abdullah, grand Mufti d'Arabie Saoudite, estime "qu'il est nécessaire de détruire toutes les églises chrétiennes de la région". Surprenant et détonant. Qu'en pense Benoît XVI? Une légion croisée pour libérer l'Arabie du fanatisme?

La tolérance à la façon musulmane

20.03.2012, 18:10

© Flickr.com/Dima Konsewitch/сс-by-nc-sa 3.0
 
     
Le Cheikh Abdul Aziz bin Abdullah, Grand Mufti d’Arabie Saoudite, une des plus hautes autorités musulmanes sunnites, estime « qu’il est nécessaire de détruire toutes les églises chrétiennes de la région ». Cette déclaration du leader des musulmans de la péninsule arabique a surpris la communauté chrétienne internationale, mais aussi les adeptes mêmes de l’enseignement du prophète.

Comme l’écrivent des médias, la prise de position scandaleuse du chef spirituel au royaume musulman sunnite est à l’origine une réponse à une question posée par un membre d’une délégation du Koweït, question à propos de l’appel d’un député du Parlement koweïtien à la suppression des églises chrétiennes.

Se référant à une tradition ancienne prétendant que seul l’islam pouvait être confessé dans la région, le Grand Mufti a proposé aux pays membres du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe Persique de ne pas construire de nouvelles églises chrétiennes, mais aussi de se débarrasser de celles qui existaient.

« Sans doute, les propos du Grand Mufti ont été interprétés incorrectement », a supposé dans l’interview à la Voix de la Russie le chef adjoint de la Direction spirituelle centrale des musulmans de Russie Albir Krganov.

« Déjà du temps du prophète Mahomet existaient diverses croyances et lieux de culte différents. Des adeptes de religions variées venaient auprès du Prophète. Le Coran admet d’autres confessions que l’islam ».

A ce jour nous dénombrons aux Emirats Arabes Unis quelque 800 000 chrétiens et moins d’une dizaine d’églises de divers courants chrétiens. Parmi elles une cathédrale de l’Eglise orthodoxe russe, édifiée avec l’autorisation royale à la fin de 2011. Le patriarcat de Moscou a réagi par la bouche de l’Archevêque Marc d’Egorievsk, en charge des églises à l’étranger de l’Eglise orthodoxe russe.

« Nous avons toujours vécu en Russie dans la paix avec nos frères musulmans, nous entendons tout le temps dire que l’islam est une religion de paix. Je connais personnellement des musulmans et les respecte comme croyants et chefs spirituels. Ces propos du Grand Mufti d’Arabie Saoudite sont en complet désaccord avec ce que nous savons de l’Islam ».

Dans la direction spirituelle du royaume on ne confirme pas l’existence d’une fatwa sur la destruction des églises. Mais même des rumeurs au sujet d’un message aussi catégorique d’un chef spirituel de la péninsule arabique risque de provoquer une vague de vandalisme injustifiée à l’égard des églises du pays, mais aussi une suite de d’exécutions sommaires et sanglantes contre les croyants d’autres confessions dans tout le Proche-Orient.

Les commentaires sont fermés.