Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (XXXVII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 37 - NATURE

Du point de vue de l'homme, tout ce qui ne participe pas de la culture et qui constitue son socle.

Mais la nature, notion complexe, signifie aussi en biologie l'ensemble des organismes et de leur milieu : donc, biologiquement, la culture, “nature de l'homme”, fait partie et est issue de la nature. Nature et culture sont complémentaires et inséparables. En philosophie, la nature, au sens grec de phusis, désigne le règne végétal et animal, mais parfois aussi le cosmos. Dans la cosmogonie païenne, la nature est “divine” et pénétrée de sacré. Dans le judéo-christianisme, un dualisme distingue le créateur de la nature ; celle-ci est implicitement dévalorisée, et destinée à se terminer dans une apocalypse où seul Dieu subsisterait. Dans la perspective faustienne, le sacré n'est pas “dans” la nature mais il procède de l'affrontement-communion de l'humain et de la nature ; à celle-ci, un sens est alors conféré : celui de l'accomplissement de la volonté humaine. La nature est donc le matériau de la culture ; elle est sa forme ; elle relève de l'ordre dionysien alors que la culture relève de l'ordre apollinien. Biologiquement, comme historiquement et politiquement, la nature porte et produit la culture qui rétroagit sur elle et, par cette action, se donne un sens et une visée.

D'un autre point de vue, nous pouvons dire que notre démarche est naturaliste, ou vitaliste. Par ex., à la société actuelle qui génère des pathologies sociales du fait de sa méconnaissance de la naturalité humaine (cf. éthologie), nous opposons des conceptions “naturelles” en ce qu'elles respectent le réel et l'humain tel qu'il est (cf. réductionnisme), avec ses dimensions plurielles (cf. polythéisme). La technique moderne, comme l'artifice en général, nous apparaissent fort “naturels”, au même titre par ex. que la révolution néolithique. Autrement dit, il est dans la nature de l'homme de “dépasser la nature” — tout en s'appuyant sur elle et en la respectant pour réaliser ce dépassement.

livre210.gif


  • L'anti-nature, C. Rosset, PUF, 1973
  • « Nature et cuture », P. Vial, in : Pour une renaissance culturelle, Copernic, 1979, pp. 73-101

Les commentaires sont fermés.