Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (XXXVIII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 38 - NIHILISME

uber210.gifAnéantissement du sens des valeurs et la disparition du sacré au profit d'un état dans lequel les dites valeurs sont indifférenciées, sans échelle et sans provenance, et où la mise en perspective de l'existence individuelle comme du destin collectif disparaissent.

Le nihilisme caractérise notre époque où rien ne vaut puisque tout s'équivaut, et s'aggrave depuis un siècle, depuis que les idéaux métaphysiques du christianisme, progressivement vidés de leur substrat religieux, se sont laïcisés en des morales et des idéologies figées. Le nihilisme, lié à l'esprit bourgeois, obsidional et calculateur, mû par l'intérêt individuel, était en germe dans le judéo-christianisme : d'une part parce qu'il mettait davantage l'accent sur le salut individuel que sur les appartenances civiques et communautaires, d'autre part parce qu'il ne reliait l'individu qu'à des universaux, situés hors-du-monde, et à ce titre susceptibles de dégénérer en lois abstraites, déracinées, impropres à mobiliser. Le nihilisme est bien le destin occidental au terme de son histoire.

Aujourd'hui, nous voyons peut-être l'apogée du nihilisme. Si par ce terme on désigne avant tout une manière de vivre en spectateur et de rester à distance de nos expériences, ce n'est là qu'un symptome d'une implosion du sens provoquée par les idéologies occidentales, d'une schizophrénie occidentale : culte du présent chez l'être réduit à une psychologie individuelle, absence de fins d'un monde dénué de sens et de valeur propre en dépit de la multiplicité des finalités techniques ("monde sans but"). Assomption du bonheur intimiste et solipsiste, et promesse de fin de l'histoire, le nihilisme est le produit d'un gigantesque paradoxe historique (hétérotélie) : en tant qu'athéisme radical et effondrement de toute conscience historique, négation de toute valeur référencielle transcendant la dimension individuelle, il est pourtant le produit d'une conception-du-monde qui entendait fonder sur des absolus le sentiment religieux et la vision de l'histoire. Le nihilisme est la conséquence logique, inévitable, de la dévalorisation du monde initiée par le judéo-christianisme.

Les commentaires sont fermés.