Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (XLIII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 43 - POLITIQUE

Politique, activité publique (la politique) ou fonction publique (le politique), dont l'objet est la recherche de la concorde et la désignation de l'ami et de l'ennemi d'un ensemble collectif (peuple par ex.), et la mise en acte du destin historique de cet ensemble collectif, au sens pratique, technique et stratégique.

Le politique, comme substance ou “activité fonctionnelle”, est un des attributs de la souveraineté qui peut, par ex., s'incarner dans l'État — qui devient alors l'instance du politique. Au sein de la fonction souveraine, le politique doit être soumis à l'ordre spirituel ou religieux porteur de sens (cf. tripartition). Les idéologies de la société marchande suivent la définition libérale du politique qui, d'après les doctrines individualistes du contrat social, le réduisent à la gestion et à l'administration des choses, le comprennent comme une série de marchés transactionnels résultant de la comparaison des besoins et des demandes d'agents sociaux calculateurs, le subordonnnent de ce fait à un programme de nature économiste (techno-économique) instaurant le règne des politiciens dont la fonction, loin de toute “Grande Politique”, n'est que spectaculaire (soumise aux médias). La société se dépolitise alors.

L'État, comme la fonction souveraine, perdent le « monopole du politique », qui passe alors entre les mains de « partisans » ou se réfugie provisoirement entre les mains de ce ceux qui font de la métapolitique. La dégénérescence du politique conduit l'État, tout à la fois, à en faire trop (bureaucratisme) et pas assez (effacement, voire disparition de la souveraineté).

La question, assez classique, des rapports entre morale et politique mérite ici un court éclaircissement. Elle ne se pose pas en effet de la même manière dans la sphère privée et celle publique. Dans le premier cas de figure, il s'agit de responsabilité individuelle, dans le second de responsabilité collective. Confondre ces 2 plans par exclusive éthique de conviction, c'est refuser de considérer les 2 types d'agent de toute action (individus et groupes) et éluder la question des moyens du politique (rationalité délibérative) au seul profit des fins d'une société loin de faire l'unanimité (extension illégitime du cas particulier au cas général).

Les commentaires sont fermés.