Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (XLIV). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 44 - POLYTHÉISME

ave_0810.jpgCaractérisé par un panthéon où coexistent plusieurs divinités hiérarchisées, à l'image de la diversité vivante, le polythéisme est un des grands traits dominants de la conception-du-monde païenne et inégalitaire : il signifie la reconnaissance de la multiplicité ordonnée du réel.

Le polythéisme suppose néanmoins un ordre supérieur intégrateur (holisme) à l'intérieur duquel coexistent, même en contradiction mutuelle, des “dieux”, des valeurs, des fonctions, extrêmement diverses. L'atomisation individualiste de la société actuelle, indifférenciée, n'est pas plus du polythéisme que du “différentialisme”. Ce pluralisme égalitaire apparaît au contraire comme massifiant et relève du monothéisme puisque tout est mesuré à la même aune, est mis au même niveau. Le polythéisme suppose au contraire la hiérarchie des valeurs, des idées, des fonctions, des divinités, etc. ; l'ordre polythéiste est dominé par une unité, qui n'a rien de totalitaire, mais qui est celle du sens supérieur, celle des “dieux souverains”, celle de la souveraineté. Le polythéisme politique, par ex., n'est pas le pluralisme démocratique qui atomise les individus et factions, mais homogénéise les valeurs ; il est l'inverse : ce qui rassemble individus et factions, mais qui diversifie hiérarchiquement les valeurs. Le polythéisme social suppose, par ex., que la fonction souveraine laisse la société, la “troisième fonction”, se diversifier dans ses formes (reconnaissance des marginalités), mais rassemble le peuple autour d'une conception-du-monde commune. C'est là tout l'inverse de l'étatisme égalitaire qui dissout les valeurs communes mais homogénéise les mœurs et les formes sociales.

Nous pouvons avoir une conception polythéiste des cultures en disant que celles-ci sont incomparables et incommensurables (là est le vrai “droit à la différence”). La perception polythéiste du réel, comme ordre discontinu et contradictoire, est maintenant celle des sciences modernes. Nombreux sont désormais les auteurs, en diverses disciplines, à définir leur pensée en termes de polythéisme.

♦ Bibliographie : voir Paganisme.

Les commentaires sont fermés.