Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (XLVII). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 47 - RÉDUCTIONNISME

Démarche intellectuelle qui procède par réduction d'un tout à une seule de ses parties, d'un phénomène à une seule de ses causes, d'un fait social à une seule de ses dimensions ; ainsi isolée, ces dernières se voient ensuite érigées en absolus ou universaux.

Le réductionnisme désigne au départ l'attitude behavioriste et environnementaliste qui réduit le comportement organique et pluridimensionnel de l'homme à un schéma stimulus/réponse ou à un mécanisme physico-chimique. Par extension, le réductionnisme s'applique à un type de raisonnement commun aux doctrines égalitaires. Que l'on réduise l'histoire sociale à l'économie (marché ou lutte de classes), le psychisme à la raison ou à l'âme immortelle, ou encore à la libido sexuelle, les besoins au bien-être consumériste, etc., le schéma est le même : le réel est déclaré provisoire en regard d'un critère universalisable supposé égal chez tous mais qu'une oppression ou qu'une injustice empêche de triompher. Rationalisme, freudisme, marxisme, libéralisme, etc., procèdent par réductionnisme ; ils reconduisent la démarche métaphysique du christianisme : refus de la complexité du réel et de la vie, de l'ici-bas, et construction d'une utopie déréalisante.

Le réductionnisme est également mécaniciste et individualiste : un tout est toujours envisagé comme agrégat d'atomes, que l'on peut isoler. Par ex., la société “n'est que” l'addition des êtres humaines abstraits, etc. Rétif à toute vision polythéiste du monde, le réductionnisme est ruiné par l'épistémologie moderne, qui démontre qu'un phénomène est toujours pluriel et que son dynamisme provient d'une interaction complexe entre ses “parties” qui peuvent être contradictoires et qui s'emboîtent en niveau hiérarchisés (cf. holisme, organique). Par ex. l'éthologie a montré que le comportement agressif était la contrepartie du comportement amical — et liée à lui. L'homme est tout à la fois guerrier, pacifique, génétiquement déterminé et culturellement libre ; son acquis ne prend de sens que par ce qui lui est inné, et l'inné ne vaut que par l'acquis qui l'actualise. L'antiréductionnisme caractérise, de ce fait, et notre conception-du-monde et l'attitude scientifique moderne : il nous faut accepter tout le réel et l'ensemble de ses niveaux d'intégration (micro-physique, macro-physique, biologique, phylogénétique — l'évolution —, psycho-sociologique, historique, etc.), il nous faut accepter la polyphonie du monde.

livre210.gif


  • « Bilan des travaux du S.E.R. », Michel Norey in Études et Recherches n°11, 1974

Les commentaires sont fermés.