Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2012

Savez-vous quel est le prénom le plus répandu en Russie? N'allez surtout pas dire que c'est Ivan. Que nenni! C'est Alexandre, parce que les Russes raffolent d'Alexandre Nevski (saint protecteur de la Russie).

La Russie, une civilisation militaire et orthodoxe

13.04.2012, 20:54

La Russie, une civilisation militaire et orthodoxe

Photo: RIA Novosti
 
     
Savez-vous quel est le prénom le plus répandu en Russie ? N’allez pas surtout me dire que c’est Ivan. Vous seriez complètement à côté de la plaque ! Non, c’est Alexandre. Et pourquoi ? Parce que les Russes raffolent d’Alexandre Nevski qui est le saint protecteur de la Russie.


Télécharger

Phénomène bizarre mais même la période soviétique n’a pas cherché à faire ternir son blason. Ce prince russe historique a combattu l’Ordre des chevaliers teutoniques qui ont voulu rechristianiser une Russie déjà chrétienne suivant à la lettre une bulle du Pape qui a déclaré la Russie « terre de mission » ce qui veut dire terre habitée par les sauvages païens à civiliser manu militari. Quelques siècles plus tard c’est les Japonais que le pape voudrait civiliser avec son Traité de Macao donnant quartier libre aux jésuites espagnols et portugais. Les Russes, aussi bien que les Japonais un peu plus tard ont fermé leurs frontières et ont su préserver leur civilisation ancestrale. Dans le subconscient collectif russe le Saint Alexandre Nevski est le pendant exact de Jeanne d’Arc pour les Français. Il est moins connu qu’il a également fait la paix avec l’empire Tataro-Mongol. Gengis-khan n’a jamais conquis Novgorod et Pskov qui se trouvaient un peu trop loin dans la forêt au goût des Tatars des steppes. Et ces deux villes ont été justement le fief de Nevski. Mais Nevski a pu comprendre que l’union des terres russes même sous la houlette des Tatars aurait la force de s’opposer à l’envahisseur occidental. Il avait d’ailleurs raison, car au temps où Paris comptait juste quelques centaines de milliers d’habitants, la Horde d’Or, capitale de l’Empire mongole en dénombrait plus d’un million. Ce bref exposé historique explicite quelque peu l’attitude des Russes à l’égard des envahisseurs et de leur propre religion.

L’orthodoxie est solidement ancrée dans le peuple le mot orthodoxe en russe étant d’ailleurs apparenté au mot slave.Et quoi qu’on en dise, l’idée nationale russe transite forcément par ce point-là. Mais le dualisme russe fait que l’idée d’orthodoxie va de pair avec l’idée de la défense de la foi contre une menace omniprésente. C’est enraciné dans la conscience nationale et cela prend ses débuts à l’époque d’Alexandre Nevski qui a jeté les bases de la nation. La culture chevaleresque de l’armée Blanche qui a combattu les bolchéviks, ces diables rouges des temps modernes, n’a fait qu’approfondir le sentiment militaire et religieux. On défend sa foi. On défend l’Europe contre la peste rouge, on sauve la civilisation. Autrement dit tout en se sachant à ses marches, le peuple russe se pense en protecteur de la civilisation européenne dont la France incarne le centre.

Pour comprendre les Russes il faut forcément en tenir compte et point les représenter en barbares assoiffés de sang. Les Européens peuvent s’en étonner mais pas une seule fois les Russes n’ont mené des guerres offensives sur le territoire européen. Certes, il y a eu l’annexion de la Finlande et la conquête de la Pologne. Mais il ne faut pourtant pas oublier que la Finlande n’a jamais été indépendante étant, avant les Russes, sous le contrôle suédois et c’est les Suédois qui pendant plusieurs siècles ont cherché noise à Moscou. Enfin la Pologne a commencé par conquérir le Kremlin au dix-septième siècle et a tenté une catholicisation accélérée partiellement réussie en Ukraine.

Donc en guise de conclusion on peut avancer que bien qu’armés jusqu’aux dents les Russes n’ont toujours cherché qu’à protéger leur espace national animé par la foi orthodoxe. Le mysticisme de l’orthodoxie s’est d’un coup accru de l’hostilité de l’espace habité. Les Français ne connaissent que trop bien cette image d’une Russie aux étendues glaciales infinies allant de l’océan Arctique à la Chine et de l’Allemagne aux Etats-Unis par le détroit de Béring. On comprend que sur ce territoire il fallait lutter beaucoup plus contre les éléments naturels que contre les tribus locales toutes assimilées et incluses dans le génome russe à la différence des Américains qui ont carrément exterminés leurs Indiens en ouvrant la chasse aux scalps.

Autrement dit il est plus facile de se sentir proche de Dieu et comprendre la futilité de l’existence humaine quand on passe toute sa vie à courir les forêts marécageuses peu habitées et les steppes désertes. L’idée de la protection de sa propre culture hantait les Russes qui endiguaient à la fois les catholiques occidentaux et l’Empire Ottoman faisant commerce des esclaves slaves.

Si vous acceptez cette vision, vous comprendrez mieux l’importance rattachée par les Russes au développement de leurs Forces Armées et de la science y compris l’espace. On ne peut survivre dans ces plaines sans maîtriser les connaissances scientifiques qui vous aident à vous organiser. Et l’espace du cosmos n’est pas très différent des conditions de vie en Yakoutie où la température peut descendre jusqu’à moins 80 par les jours des tempêtes de neige. On dit qu’il n’y a que les loups polaires qui peuvent supporter ce froid lunaire.

D’autre part, sans armée la Russie se serait fait dépecer depuis longtemps. De ce point de vue pour être un homme il faut être un militaire et accomplir son devoir c'est-à-dire défendre la religion orthodoxe qui préserve la version pure du christianisme. Au jour d‘aujourd’hui les Russes parlent de l’idée nationale qui doive leur servir de phare pour s’orienter dans le monde moderne. Il paraît que l’idée nationale russe est toute trouvée et c’est justement la défense de la civilisation européenne et du christianisme. Les Russes sont au nombre de plus 143 millions dont 120 millions professent l’orthodoxie. D’aucuns en France comme Yvan Blot ou encore Charles Pasqua l’ont compris depuis longtemps.

Cet esprit spécial, on le sent surtout la veille de Pâques orthodoxe. Même dans les grandes villes les Russes sont nombreux à respecter le Carême qui dure plus de 40 jours. Même les cantines d’entreprise en tiennent compte pour élaborer leurs menus et vous proposent au choix le menu normal ou celui du Carême. Il en va de même pour fêter Noël ou le Baptême du Christ quand des milliers de personnes plongent dans l’eau glacée par moins vingt et els autres les acclament à grands cris. Les musulmans cohabitant depuis la nuit des temps avec les orthodoxes ont assisté à cette renaissance spirituelle de nos jours et ne cherchent plus à promouvoir l’islam ce qui se comprend parce qu’ils sont confrontés à un peuple plus nombreux et plus fort qui forme ensemble avec eux la même nation historique.

Alors la veille de Pâques orthodoxe quand le feu béni doit s’allumer tout seul à Jérusalem et sera transporté partout à travers le monde y copris à la cathédrale Alexandre Nevski rue Daru à Paris, je vous souhaite la paix et le bonheur espérant que les Russes seront toujours là pour veiller à la préservation de la traditionnelle civilisation européenne.

Les commentaires sont fermés.