Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2012

Petit lexique du partisan européen. (LVI). Sachons dès aujourd'hui de quoi l'on parle lorsqu'on use et abuse de certains mots!

◘ 56 - TRADITION

Trait culturel spécifique d'un peuple, particulièrement chargé de valeur et toujours conservé par “sélection culturelle” en raison de sa constante adaptation, de son intemporalité, une tradition est également nécessaire à une communauté pour se définir et se donner une conscience historique.

Pour nous, la tradition est un perpétuel recours : elle ne s'oppose pas au futur ou au moderne, elle le fonde. D'ailleurs, la modernité fait partie de nos traditions. Dans notre vision de l'histoire, les projets et les visées d'avenir sont des mises en perspective de traditions. La tradition touche aussi bien les attitudes mentales (vue-du-monde païenne, mythe impérial) que les rites (solstice, Noël, etc.) qui doivent demeurer immuables, afin que la dynamique de l'appel du futur soit contrebalancée par un enracinement. Aujourd'hui, les traditions sont soit détruites (déculturation, américanisme, cosmopolitisme), soit neutralisées par muséification dans le folklore. Les traditions peuvent être régénérées ou “réinventées” même après une période d'interruption.

L'un de nos objectifs majeurs est de réactiver une tradition qui ne fait pas partie de la tradition officielle, de l'enseignement d'un Occident chrétien puis progressiste : cette liberté vis-à-vis de ses propres traditions est tout à l'inverse d'une vision déterministe de l'histoire. Nous pouvons nous choisir des traditions parmi d'autres possibles, car, comme l'avenir, le passé est ouvert. En ce sens, nous ne sommes pas traditionalistes. Autre particularité : notre choix d'une société traditionnelle n'a rien à voir avec le passéisme. Une “société traditionnelle” échappe au présentisme contemporain : tournée vers la modernité, elle respecte ses traditions et les constitue en mémoire vivante. Un peuple sans mémoire est un peuple sans âme, donc sans avenir. Sur ce point, Cicéron a bien résumé l'opinion des Anciens en écrivant : « L'esprit même qui voit l'avenir se souvient du passé ». Et Nietzsche de conclure par une phrase célèbre : « L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue ».

livre210.gif


Les commentaires sont fermés.