Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2012

Cela fait un an que les Anglais se rebiffent contre les mesures d'austérité et le mouvement est loin de s'essouffler. C'est tout de même assez révolutionnaire de voir le coeur de Londres envahi par 400 000 manifestants. Aujourd'hui, ils sont calmes mais..

Austérité: les Anglais de nouveau dans la rue

Paul Brown / Rex

 
10.05.2012 | 18:09

Par

Des centaines de milliers de fonctionnaires britanniques se sont donné rendez-vous aujourd'hui pour manifester contre le programme d'austérité qui touche, entre autres, à leur retraite.

Cela fait plus d'an an que cela dure et poutant la contestation n'en finit pas. Ce jeudi, plusieurs syndicats du secteur public ont rassemblé près de 400 000 employés (200 000 d'après les autorités) pour protester contre les mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de David Cameron et en particulier contre la réforme des retraites en cours.

Le gouvernement britannique a entrepris de modifier un système de retraite jugé injuste et trop coûteux. Pour ce faire, il prévoit d'augmenter l'âge du départ à la retraite de 65 à 68 ans et de calculer toutes les pensions sur la moyenne des salaires tout au long de sa carrière.

Aujourd'hui, les syndicats protestent et refusent l'idée de payer plus de cotisations tout en travaillant plus longtemps pour recevoir des retraites moindres. Pour Mark Serwotka, secrétaire général de PCS — cinquième plus grand syndicat du pays — l'ampleur du mouvement confirme que la contestation est toujours aussi forte. Le 30 novembre dernier, une grève nationale avait réuni environ un million d'employés et avait forcé le gouvernement à modifier quelques mesures. Pas sûr que le résultat soit le même cette fois.

Des cotisations en augmentation de 50%

Dans la matinée, des manifestants munis de drapeaux rouges — des membres des services de santé pour la plupart — se sont retrouvés devant l'hôpital St Thomas dans le centre de Londres. Des dizaines de milliers d'enseignants d'université ont, par la suite, rejoint la manifestation. Pour ces derniers, les changements effectués pour leur retraite leur coûterait entre 350 et 500 livres sterling (environ 430 à 630 euros) de cotisations en plus par an, soit une augmentation de 50%.

Plus tard, dans la journée, environ 20 000 officiers de police, pour beaucoup munis de casquettes noires symbolisant les suppressions d'emplois à venir, ont, eux aussi, rejoint la capitale. Et ce, bien qu'ils ne soient pas autorisés à faire grève. Julie Nesbitt, qui fait partie de la Police Federation, estime que la police était le "service public par excellence".

Nous sommes les personnes sans qui le reste des services publics ne devraient pas fonctionner et nous devrions donc être traités en conséquence. Par ailleurs, nous n'avons pas les mêmes droits du travail et nous ne pouvons donc rien faire quant au mauvais traitement que nous subissons".

A l'aéroport d'Heathrow, le personnel des douanes a également arrêté de travailler. Si la majorité des passagers ont pu franchir la frontière sans encombre, les voyageurs en provenance des pays non membres de l'Union Européenne ont dû attendre pendant une heure et demi.

Une grève "futile"

Plusieurs ministres ont déjà vivement critiqué ce mouvement social. En charge de l'immigration, Damian Green a affirmé que "cette grève est complètement inutile et que le public la jugera inacceptable. La sécurité des frontières est primordiale et nous mettrons en place une alternative pour minimiser les perturbations engendrées".

Francis Maude, responsable des négociations sur la réforme du système public, s'est, quant à lui, déclaré "déçu de voir une poignée de syndicats insister pour aller au bout de cette grève futile qui ne profitera a personne".

Nous ne rouvrirons pas les négociations concernant les pensions de retraites et les grèves ne changeront rien à cela".

Quoiqu'en dise le gouvernement, cette grève — dont la mobilisation reste bien en-deçà de celle observée en novembre 2011 — représente néanmoins un nouvel avertissement au gouvernement conservateur qui a vu sa cote de popularité sévèrement égratignée lors des élections municipales de la semaine dernière.

15:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.myeurop.info

Les commentaires sont fermés.