Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2012

Face à la flagrante confiscation progressive de la démocratie en Angleterre, l'"Anarchie" s'organise autour du droit à l'insulte au nom de la liberté d'expression. F*** You nous en apprend une bien bonne. Faut-il en sourire?

Homosexuels et chrétiens s’unissent pour défendre leur droit à s’insulter

Publié le 21 mai 2012

La campagne baptisée "Soyez libres de m'insulter" vise l'abrogation d'une loi issue de l'ère Thatcher.

"Nous avons mis de côté nos différences pour défendre la liberté d'expression"

"Nous avons mis de côté nos différences pour défendre la liberté d'expression" Crédit Flickr/Elsie esq.

En Grande-Bretagne, chrétiens conservateurs et militants pro homosexuels ont choisi de lutter main dans la main. Leur cause commune ? Demander l’abrogation d’une loi... interdisant l'insulte publique.
 
La campagne baptisée "Soyez libres de m'insulter" qui vient d'être lancée dans le pays est soutenue par une alliance bigarrée de députés conservateurs, chrétiens, laïcs et d'associations. Le Christian Institute et la National Secular Society se sont également déclarés pour la légalisation de l'insulte. "Nous avons mis de côté nos différences pour défendre la liberté d'expression", a souligné, dans le Times, le défenseur des droits des homosexuels Peter Tatchell.
 
Pour le député conservateur David Davis, qui conduit la campagne, cette interdiction a un "effet terrible et réfrigérant sur la démocratie". La loi, parfois utilisée à outrance, donnerait lieu à des dérives absurdes. Un adolescent aurait été arrêté parce qu'il brandissait une pancarte "La scientologie est un culte dangereux", un autre aurait passé la nuit au poste pour avoir traité d'"homosexuel" le cheval d'un policier...
 
Le texte peut en effet prêter à différentes interprétations : il interdit les "mots ou comportements insultants" susceptibles de provoquer des "persécutions, l'inquiétude ou le désarroi".
 
Votée sous l’ère Thatcher en 1986, elle visait à l’origine à punir les mineurs britanniques qui avaient lancé une grève importante dans les années 1984-85. Ironie de l’histoire : ce sont des personnes de la même couleur politique conservatrice qui, à l’inverse de la Dame de Fer, tentent aujourd’hui de faire annuler cette loi, au diapason avec des mouvements pro homosexuels.

11:32 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atlantico.fr

Les commentaires sont fermés.