Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2012

Pour ceux qui en douteraient encore, la course aux armements du côté russe est bel et bien engagée avec de nouvelles corvettes furtives en chantier dont une vient d'être libérée dans la mer Baltique.

« Stoïkiy » à la protection de la Baltique

2.06.2012, 16:23

« Stoïkiy » à la protection de la Baltique

© Photo: «Vesti.Ru»
     

 

Le bateau « Stoïkiy » (« Résistant ») va aider les navires « Steregouchtchiy » (« Protecteur ») et « Soobrazitelniy » (« Intelligent ») dans la protection des frontières maritimes de la Russie. Les constructeurs du Chantier naval du Nord à Saint-Pétersbourg ont descendu sur les eaux de la mer Baltique un nouveau navire.

 

Lors de la construction du « Stoïkiy », des nouveaux procédés techniques ont été employés, notamment pour l’armement, ainsi que des systèmes de communication et d’automatisation. La technologie de furtivité (Stealth technology) a été installée sur la corvette, ce qui la rend pratiquement invisible pour les radars des ennemis. Le nouveau navire est compact, puissant, très maniable, et capable de détruire des cibles à la surface et sous l’eau, a déclaré le chef d'état-major de la flotte de la Baltique, le contre-amiral Sergueï Farkov.

« Le navire est équipé d’un canon de 100 mm et de deux autres canons de 30 mm, ainsi que des armes de missiles de nouvelle génération. Son déplacement d’eau n’est pas important, mais le navire dispose d'une autonomie suffisante et est capable d'effectuer des missions dans la zone maritime proche ».

Les constructeurs du Chantier naval du Nord devraient construire au total six corvettes et six frégates d’ici à 2020. Il existe une demande forte pour les navires de cette classe, souligne l’analyste militaire Vladimir Chtcherbakov.

« Il s'agit des «bêtes de somme » de la flotte russe. Ce sont des navires, qui ont devant elles un large éventail de missions. Ils sont sans doute beaucoup plus utiles que les porte-avions. Sans eux, la flotte en tant que telle n’existe pas. Car ce sont ces bateaux qui garantissent la stabilité militaire des sous-marins stratégiques, la protection des zones économiques, et permettent de résoudre toute une série de problèmes, notamment dans le domaine de la lutte contre la piraterie ».

Aujourd'hui, la sécurité des côtes est une tâche prioritaire de la marine nationale. Dans l'Extrême-Orient, par exemple, le problème de la lutte contre le braconnage, notamment à l’échelle internationale est l’un des problèmes principaux à l’heure actuelle. Les pêcheurs des différents pays, ainsi que les immigrés clandestins procèdent constamment aux pillages des ressources biologiques précieuses des mers d'Extrême-Orient. Economiquement parlant, il n’est pas rentable d’utiliser des destroyers pour lutter contre les braconniers. Des petits navires de guerre, équipés des armes modernes et de nouvelles technologies seraient beaucoup plus appropriés pour le contrôle des côtes.

Environ 4,7 trillions de roubles (150 milliards de dollars) seront dépensés pour le rééquipement de la marine russe dans les années 2011-2020. Pendant dix ans, la Marine russe envisage d’intégrer dans son armement 100 nouveaux navires, notamment 35 corvettes et 15 frégates. Ensemble avec d'autres mesures, cela permettra d’augmenter considérablement la puissance navale de la flotte russe.

09:45 Publié dans Armement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

Les commentaires sont fermés.