13/06/2012

Un livre qui dénonce le passe-temps meurtrier d'un Président Nobel de la Paix. Vous vous ennuyez? Des frissons garantis, surtout le mardi, lorsque Barack tire les cartes (photos) de la victime qu'il décidera officiellement le mardi de liquider.

Barak Obama, démocrate et assassin? - Quand la morale des droits de l'hommes fait office de paillasson

Barak Obama, démocrate et assassin?


Quand la morale des droits de l'hommes fait office de paillasson



Jean Bonnevey
le 12/06/2012
modifié le 12/06/2012 à 09:18h
On ne versera pas une larme sur les présumés, confirmés ou apprentis terroristes, prématurément ravis à l’affection d’obscurantistes islamistes, par les frappes américaines dans le monde. Cela fait toujours quelques nuisibles en moins. Mais, peut-on approuver l’assassinat politique, quand on se prétend le représentant sur terre des valeurs indépassables de la démocratie et des droits de l'homme? Ce que l’on apprend sur le comportement du président Obama prouve que l’hypocrisie est le moteur des sociétés démocratiques.
 
 
La lecture d'un récent article du New York Times portant sur la "petite activité hebdomadaire" du président a de quoi surprendre les admirateurs de l'occupant de la Maison Blanche. On y apprend que, tous les mardis, Barak Obama étale, devant lui, des cartes d'un genre très particulier, où figurent les photos et les notices biographiques de terroristes présumés, pour choisir lequel sera la prochaine victime d'une attaque de drone. Et c'est à lui seul qu'il revient de trancher : la probabilité de tuer un proche de la cible ou des civils se trouvant à proximité mérite-t-elle ou non d'interrompre la procédure ? On y apprend, avec force détails, comment Barak Obama gère personnellement la campagne d'assassinats téléguidés.
 
Il ne faut pas être naïf. Ces révélations ne proviennent pas de fuites, mais relèvent d’une opération de communication bien préparée, d’une opération de propagande a but électoraliste. Il s'agit de montrer aux électeurs, à quelques mois de la présidentielle, que le président est un dur et qu'il est efficace. C’était devenu nécessaire.
 
Parce que, ces derniers temps, le locataire de la Maison-Blanche apparaît singulièrement affaibli : il semble impuissant alors que des milliers de personnes se font massacrer en Syrie ; il se fait rouler dans la farine par l'Iran comme en témoigne l'échec des dernières négociations sur le nucléaire à Bagdad. Vladimir Poutine le traite avec mépris en bloquant toute intervention dans ces deux pays et lui a même infligé un camouflet public, en décidant de se faire remplacer, par son Premier ministre Medvedev, lors des derniers sommets du G8 et de l'OTAN.
 

Charles Krauthammer
 
Le chroniqueur conservateur, Charles Krauthammer, condamne vigoureusement la stratégie de lutte contre le terrorisme adoptée par Obama. L'usage massif des drones est en totale contradiction avec l'image de droiture morale que le président affiche, estime-t-il. « Qu'est donc devenu cet artisan de paix, récompensé par un prix Nobel, ce président favorable au désarmement nucléaire, cet homme qui s'était excusé aux yeux du monde des agissements honteux de ces Etats-Unis qui infligeaient des interrogatoires musclés à ces mêmes personnes qu'il n'hésite pas aujourd'hui à liquider? L'homme de paix a été remplacé –juste à temps pour la campagne électorale de 2012– par une sorte de dieu vengeur, toujours prêt à déchaîner son courroux.

Quel sens de l'éthique étrange. Comment peut-on se pavaner en affirmant que les Etats-Unis ont choisi la droiture morale en portant au pouvoir un président profondément offensé par le bellicisme et la barbarie de George W. Bush et ensuite révéler publiquement que votre activité préférée consiste à être à la fois juge et bourreau de combattants que vous n'avez jamais vus et que peu vous importe si des innocents se trouvent en leur compagnie. »
 
Voila ce qu'on peut lire dans le livre qui révèle la face cachée d'Obama, "Kill or capture" de Daniel Klaidman. « C’était un changement peu probable pour l'un des avocats des droits de l'homme les plus respectés de sa génération. A l'Université de Yale, il avait mémorisé les noms et les visages de ses élèves, idéalistes aux yeux brillants qui voulaient utiliser la loi pour améliorer le monde. Maintenant, il étudie les listes soumises par le gouvernement, mémorise des profils de jeunes militants sans regard, et aider à déterminer ceux qui peuvent être mis à mort. »
 
 
Même Marianne en a des frissons. « 300 pages d'un récit qui se lit comme un véritable thriller et une pluie de révélations livrées par deux cent témoins privilégiés de l'exercice du pouvoir par le 44ème président des Etats-Unis. Daniel Klaidman, correspondant spécial de Newsweek au Moyen-Orient, est un journaliste d'investigation réputé, couronné par la profession pour sa couverture du 11 septembre 2001 et de ses conséquences. Surtout, c'est l'un des meilleurs spécialistes américains du terrorisme et des questions de sécurité nationale. Et c'est bien pourquoi ce livre commence à produire une onde de choc à travers les médias américains".
 
D'emblée, Daniel Klaidman pose la question qui demeure la plus taboue de toutes depuis l'arrivée du successeur de George W. Bush à la Maison Blanche en 2008, à la fois aux Etats-Unis, mais également parmi les puissances occidentales alliées de ce pays: « Barack Obama est-il un idéaliste ou un pragmatique impitoyable? » L'auteur assène sèchement: «Il a promis de fermer Guantanamo, de mettre fin aux interrogatoires coercitifs et aux tribunaux militaires, et de restaurer les principes américains de la justice; pourtant, au cours de son premier mandat, il a fait marche arrière sur chacune de ces promesses, fait monter en puissance la guerre secrète des attaques de drones et les opérations clandestines. »
 
Obama est-il le Poutine de l'Amérique s'interroge le journal? Poutine utiliserait-il des drones contres ses opposants ? On pourrait poser la question différemment: qui du président autoritaire ou du président démocrate a tué le plus d’ennemis par des assassinats ? Il n’y a pas de pouvoir, ni de guerre propre même pour un démocrate, même pour un président "normal". La preuve par Obama, le saigneur des drones tueurs.

11:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : www.metamag.fr

Commentaires

Je vous approuve pour votre recherche. c'est un vrai état d'écriture. Développez .

Écrit par : permis accéléré paris | 20/07/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire