Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

L'Iran, le Liban, la Syrie, le Soudan et les territoires palestiniens ont été attaqués par le virus FLAME. De par la destination de ce virus, le coupable se dénonce en tant qu'ennemi déclaré dans la guerre cybernétique qu'il entretient.

Le virus Flame attaque l’Internet

6.06.2012, 11:33

Le virus Flame attaque l’Internet

© Collage «Voix de la Russie»
     

Le virus Internet Flame peut être comparé par les dégâts qu’il cause avec le fameux virus Stuxnet. La semaine dernière, les experts russes du Laboratoire Kaspersky, l’un des plus importants développeurs de logiciels antivirus en Europe, ont repéré Flame. Ce virus a déjà contaminé les systèmes informatiques en Iran, au Liban, en Syrie, au Soudan et sur les Territoires palestiniens.

Selon les experts, le développement et le lancement d'un nouveau virus d’une telle force destructrice sur le réseau Internet pourrait être fait uniquement par une organisation qui bénéficierait du soutien du gouvernement. Il y a des spéculations dans les médias que le lancement de Flame serait en réalité une opération d’espionnage cybernétique, ou alors un début d’une guerre cybernétique à grande échelle. Le conseiller principal du siège de la société de recherche en défense informatique britannique Sophos en Amérique du Nord Chester Visnievski a partagé avec La Voix de la Russie son point de vue sur ce problème.

La Voix de la Russie : Que pense Sophos de ce virus ?

Chester Visnievski : Nous pensons, tout comme d’autres experts qu’il s’agit d’un logiciel complexe. Nous sommes en train de l’analyser. Ce virus est extrêmement complexe et de très grande taille, mais il est évident qu'il a été conçu pour détruire un petit nombre d'ordinateurs. Mais je pense que c'est plus intéressant pour les entreprises spécialisées dans les logiciels antivirus, comme nous, ou Kaspersky, que le grand public.

LVdlR : Avez-vous entendu parler de l’hypothèse de Kaspersky Lab que ce virus ferait partie des opérations d'Etat sur l’espionnage cybernétique?

C.V. : Oui, mais il n’y a évidemment aucune preuve de cet argument. Mais nos chercheurs sont d'accord avec le personnel du laboratoire de Kaspersky. Il suffit de jeter un coup d’œil sur le virus pour comprendre que ce programme aurait été financé par l'Eta, car il est trop vaste et trop complexe. Il a été conçu de manière différente, comparé aux logiciels malveillants typiques. Ces derniers volent généralement des informations bancaires. Et ils se ressemblent tous par leur méthode de fonctionnement : ces virus soit préservent l'ordre de frappe du clavier de l’ordinateur, soit prennent carrément en photo l’écran d’ordinateur de l’utilisateur. Cela n’a rien d’extraordinaire : nous nous retrouvons confrontés à ces virus tous les jours. Bien sûr, il y a beaucoup de virus différents, mais partant de la structure, la forme de gestion et de conception du virus, on peut supposer que Flame a été développé par un pays.

LVdlR : S’il s’agit d’un programme du gouvernement, y aurait-t-il un moyen de se protéger contre lui?

C.V. : C'est un problème difficile. Tous les grands Etats du monde sont impliqués d’une manière ou d’une autre dans ces activités. Il est beaucoup plus facile d'exécuter un programme malveillant dans les ordinateurs de votre ennemi que d’y introduire un espion. Donc, pour obtenir des matériaux compromettants potentiels, c’est un outil très efficace pour les gouvernements et les services de renseignement.

En ce qui concerne la protection contre de tels virus – c’est une question très intéressante. Il faut prendre en compte l’énorme quantité de ressources qui sont disponibles pour les États. Grâce aux systèmes les plus répandus et connus de la sécurité informatique, ils testent tout ce qu'ils veulent utiliser contre l'ennemi. Par conséquent, que cela soit nous, Kaspersky, McAfee, ou un autre développeur de logiciels antivirus, qui sont utilisés par les gouvernements et les entreprises comme moyen de défense antivirus, il va falloir dans tous les cas faire beaucoup de contrôles et de tests pour être sûr qu’aucun logiciel antivirus n’est efficace contre ce programme. Nous ne pouvons pas dire non plus que nous soyons impuissants face à de telles menaces, mais il est extrêmement difficile d’y faire face en raison de la nature particulière de ce virus informatique.

Le gouvernement syrien a autorisé plus d'ONG locales à travailler avec les agences des Nations Unies et l'accès à l'aide humanitaire sur 4 grands sites.

La Syrie autorise l'aide humanitaire sur 4 sites (ONU)

 
6.06.2012, 08:29

La Syrie autorise l'aide humanitaire sur 4 sites (ONU)

Photo: EPA
     

 

Les autorités syriennes ont accepté de donner accès à l'aide humanitaire sur 4 grands sites, rapporte l’Agence France Presse.

« Nous aurons une présence à Homs, Idlib, Daraa et Deir Ezzor pour commencer », a déclaré John Ging, directeur de la coordination à l'OCHA (Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires), après une réunion à Genève consacrée à l'intensification de l'aide humanitaire aux victimes de la violence dans le pays. Le gouvernement syrien a aussi autorisé « plus d'ONG locales à travailler avec les agences des Nations Unies ».

05/06/2012

L'Organisation de Coopération de Shangaï est assez forte pour contrecarrer les diverses activités subversives dirigées par l'étranger (USA-UE-ISRAEL-OTAN). Mais elle aura du mal à s'adapter aux perfidies des malfrats qui dominent les divers trafics.

OCS: Poutine met en garde contre une intervention de pays tiers

OCS: Poutine met en garde contre une intervention de pays tiers
11:02 05/06/2012
 
MOSCOU, 5 juin - RIA Novosti

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié de contreproductive toute action unilatérale de pays tiers dans la région relevant de la responsabilité de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

"L'OCS a été créée comme structure destinée à assurer la stabilité et la sécurité du vaste espace eurasiatique. Et nous qualifions de contreproductive toute tentative de pays tiers d'entreprendre des démarches unilatérales dans la région de responsabilité de l'Organisation", a écrit le chef de l'Etat russe dans son article pour le journal chinois "Quotidien du peuple", publié en prévision du sommet de l'OCS de Pékin.

Le président russe a en outre salué les contributions des membres de l'Organisation.

"C'est grâce à l'Organisation de coopération de Shanghai, aux efforts de ses membres et à leur coopération avec un large cercle de partenaires étrangers que le taux d'activité terroriste dans la région a diminué. Mais les défis auxquels nous faisons aujourd'hui face deviennent de plus en plus multiformes. (…) Les adeptes du terrorisme, du séparatisme et de l'extrémisme perfectionnent leurs techniques subversives et recrutent dans leurs rangs de nouveaux combattants", a-t-il indiqué.

Selon Vladimir Poutine, le sillage du terrorisme, du trafic et de la vente illicite de drogue est l'un des défis les plus dangereux pour la région.

L'OSC regroupe la Russie, la Chine, la Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, et son sommet aura lieu les 6 et 7 juin à Pékin, en Chine.