Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2012

La "Une" de Libération est bien le symptôme non pas d'une supposée "civilisation" mais plutôt d'une "contre-civilisation". Le mal du siècle, génératrice d'inhumanités. Pour les croyants, les temps de Satan sont advenus. Son heure de gloire règne.

Faudra-t-il en venir à créer une ligue de défense de l’homme blanc ?

Publié le 2 juin 2012

Libération, ce jeudi, s'indignait en "une" de la composition des cabinets ministériels, pas assez colorés au goût de la rédaction et d'une certaine élite de gauche. Par contre, haro sur celui qui comptera les noirs en équipe de France de football...

Libération s'indigne de la composition des cabinets ministériels. Pas assez de femmes, pas assez de couleur. Libé s'acharne surtout contre l'homme blanc car il est homme et il est blanc. Ce matin, en tant qu'homme et en tant que blanc, j'ai regretté ne pas être à la tête d'un autre "SOS Racisme" pour les poursuivre en justice et dénoncer ce nouveau sexisme et ce nouveau racisme.

Il y a quelques années, toute la classe politique s'était indignée des propos de Georges Frêche qui trouvait qu'il y avait trop de noirs dans l'équipe de France de football. Là, sans remord, Libé trouve qu'il y a trop de blancs ailleurs. Non seulement cela ne choque personne, mais même, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre du droit des femmes (qu'attend-on pour demander un ministère en charge du droit des hommes, parité oblige ?), donne du crédit à cette "enquête" en exigeant un "État exemplaire".

L'homme blanc ne revendique pas un avantage particulier à être homme et blanc, mais il aurait raison d'en vouloir à ceux qui pourraient lui reprocher d'être ce qu'il est sans s'être donner d'autres peines que celle de naître. À les entendre tous, la compétence, l'expérience et la disponibilité ne suffisent plus : il faudrait aussi cacher ou sortir son phallus et sa mélanine, selon les opportunités professionnelles. On se demande d'ailleurs comment Libération peut juger indigne la composition des équipes gouvernementales lorsqu'on regarde la couleur de peau et le sexe de ses propres instances dirigeantes, majoritairement composées de vieux hommes blancs sur-diplômés.

Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, l'a bien compris et ne s'en cache pas : "Si j’avais été un homme blanc de 60 ans, à compétences égales, j’aurais eu moins de chances d’être nommée". Ce qui a dû plaire à sa compagne gouvernementale, Yamina Benguigui, en charge des Français de l'étranger, qui aurait dit dans une interview en 2004 : "à qualité égale, priorité au Beur puisqu’il a eu plus d’obstacles à franchir qu’un Blanc de souche".

Nous proposeront-ils un jour un quota maximum de blancs (tout en dénonçant les statistiques ethniques) ? Les quotas de femmes, c'est fait avec les lois sur la parité… Parité hommes-femmes qu'on attend toujours dans l'Education nationale (82 % de femmes dans l'enseignement primaire, 60 % dans l'enseignement secondaire), dans la Justice (75 % de de femmes à l'ENM), dans la Santé (85 % de femmes chez les infirmiers), etc. A moins de se souvenir une bonne fois pour toute qu'il est tout simplement interdit de sélectionner en fonction de la couleur de peau et du sexe de la personne, qu'importe si certaines catégories de la population ont plus ou moins d'affinités avec un métier et ses contraintes.

Finkielkraut avait prévenu : "l'antiracisme sera au 21ème siècle ce que fut le communisme au 20ème". Et pour finir, pardonnez-moi pour ce discours ringard, mais je suis un homme et même pire, un homme blanc

Est-on sûr que le prix Nobel de la Paix soit délivré à Oslo? Pas au siège de l'OTAN? Car Obama, récipiendaire du fameux prix Nobel, est un guerrier accompli, moins extravagant que son prédécesseur, mais plus sournois. Le virus Stuxnet, c'est lui. Et oui..

Publié le 1 juin 2012

Quand Obama ordonne des cyber-attaques contre l'Iran

Selon le New-York Times, le président américain aurait secrètement commandé des attaques contre le système informatique qui gère une partie du programme nucléaire iranien.

 

C'est une affaire qui pourrait bien s'inviter dans le débat présidentiel américain ces prochains jours. Le New-York Times révèle ce vendredi que Barack Obama aurait ordonné des cyber-attaques sur le système informatique qui gère les centrales d'enrichissement d'uranium en Iran.

Ce programme secrètement baptisé "Jeux Olympiques" avait été impulsé par l'ex président Georges W. Bush. Un des éléments du programme avait fuité durant l'été 2010 à cause d'une erreur de programmation. Le virus appelé Stuxnet par les spécialistes avait infecté l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz (Iran) avant d’être fuité sur Internet.

Le récit des efforts américains et israéliens pour saboter le programme d'enrichissement nucléaire iranien émanent de plusieurs officiels qui ont préféré rester anonymes. Pour beaucoup de proches du président, il est impossible que ce dernier n'ait pas été au courant de ces attaques.

C'est la première fois qu’il est prouvé que les Etats-Unis ont utilisé des cyber-armes pour paralyser les infrastructures d'un pays. Paradoxalement, le président américain a plusieurs fois exprimé des réticences à l'égard de ce genre d'attaques qui "pourraient permettre d’autres pays, organisations terroristes ou simples hackers, de justifier leurs propres agissements".

Selon un proche, le président américain considérerait "Jeux Olympiques" comme l'un des derniers remparts avant une éventuelle intervention militaire israélienne en Iran. Si l'opération capote, "les sanctions et la diplomatie n'auraient plus aucune chance d'aboutir" aurait confié Barack Obama à ses collaborateurs.

Le massacre de Houla revu et corrigé avec quelques comparaisons historiques. Les dirigeants sont tous des menteurs et manipulateurs alors qu'on les a élus comme "non menteurs" et corrects. La vague d'indignation est suspecte.

Massacre à Houla,crise diplomatique, vérité et mensonge

Jean Michel Vernochet

vendredi 1er juin 2012