15/01/2011

Le climat aurait donc une grande influence sur les civilisations. Et pas le contraire? Tiens, tiens... Climatosceptique "maxisciences"?

Le climat aurait une grande influence sur les civilisations

Info rédaction, publiée le 14 janvier 2011
http://www.maxisciences.com
Le climat aurait une grande influence sur les civilisations
Le climat aurait une grande influence sur les civilisations

Pendant des siècles, prévoir le temps qu’il ferait le lendemain a été impossible. Or, une étude révèle que la chute de l’empire romain, par exemple, serait en partie due à la météo, imprévisible.

Ulf Büntgen de l’institut fédéral suisse de la recherche sur la forêt, la neige et le paysage  a dirigé une étude portant sur l’implication des variations climatiques sur l’évolution et le déclin des civilisations à travers les âges. Grâce à l’étude de trois facteurs, lui et ses collègues ont réussi à retracer les climats, les températures et les précipitations des 2500 dernières années.

C’est en se basant sur 7.284 échantillons de chênes que l’équipe de chercheurs a pu évaluer les précipitations et grâce à  1.089 pignes de pin et 457 échantillons de mélèze qu’ils ont pu reconstituer les températures.

Ils ont ainsi pu constater qu’à chaque revirement dans le climat, quand celui-ci passait du froid et sec au chaud et humide par exemple, l’impact sur les civilisations était immédiat. En effet, l’agriculture s’en trouvait gravement perturbée mais cependant pas suffisamment longtemps pour que les populations aient le temps de s’y adapter.

Ainsi, les revirements climatiques correspondent aux bouleversements politiques et aux vagues de migrations humaines. C’est dans ces conditions que l’empire romain a chuté. De même, dans les périodes relativement stables de l’époque médiévale, on constate que le climat était, lui aussi relativement constant. Mais au moment de la peste, la période était humide et l’épidémie a profité de ces conditions pour se répandre.

Les exemples sont innombrables. A l’heure actuelle, notre société est moins perturbée par les changements climatiques parce que le commerce international et les technologies modernes en atténuent les effets comme le rapporte la revue Science.

03/01/2011

Les bilans scientifiques de 2010 en Russie.

2.01.2011, 18:21

Photo: RIA Novosti
Imprimer l'article Partager avec un ami Ajouter au blog

L’année 2010 a permis aux savants de faire de nouveaux pas vers la solution des secrets de l'Univers. La mise en marche du collisionneur hadronique, les expériences sur la compression du plasma et la gestion de la fusion thermonucléaire avec l'aide du laser sont parmi les plus importants événements scientifiques de l'année, a dit dans l'interview à la « Voix de la Russie»  l'académicien Vladimir Fortov - le directeur de l'Institut des températures élevées. Les savants du CERN (Centre européen des recherches nucléaires), où travaillent beaucoup de spécialistes russes, ont réussi à tenir pour la première fois pour toute une seconde dans le champ magnétique 38 atomes de l'anti-hydrogène. Ce temps suffit pour commencer à étudier la structure de l'antimatière. On a réussi  à obtenir des succès dans les études sur le Grand Collisionneur hadronique grâce à l'équipement unique, dont une partie considérable est créée en Russie.

Les expériences sur l'installation laser NIF ont commencé, elles doivent répondre à la question s'il est possible "d'apprivoiser" en pratique les réactions thermonucléaires à l'aide de la technologie laser.  Les physiciens russes peuvent se   vanter  de quelques succès, dit l'académicien Vladimir Fortov.

Les savants d'Arzamas ont obtenu des résultats intéressants sur  la compression adiabatique du plasma à deutérium : ils ont obtenu la pression jusqu'à 18 millions d'atmosphères. Le deuxième résultat sérieux, c’est l’utilisation du laser pour la réception des ondes explosives à puissance renforcée : on obtient ainsi la pression de 71 millions d'atmosphères.

Personne n’a  réussi à atteindre un  résultat semblable, a souligné l'académicien Fortov, «c'est  un  vrai record mondial». Les données expérimentales reçues sont importantes pour  la compréhension de la composition  des étoiles et des planètes,  de leur évolution, des  lois du développement l'Espace et de tout notre Univers.

Les gens ont appris à obtenir dans les conditions de laboratoire, c'est-à-dire dans les conditions ordinaires, terrestres, ces états, ces pressions et températures qui apparaissent au centre des planètes-géants du Système Solaire, au fond des étoiles. Cela, certes, a une très grande signification cognitive, puisque toute la nature est composée à 98 %,  si on ne prend pas en considération la masse cachée et l'énergie sombre, de substance dans un état comprimé.

Le savant trouve qu’un autre  événement de l'année, c’est l'attribution du prix Nobel aux Russes Konstantin Novosselov et Andreï Geim pour la découverte du graphène. «C'est un très beau résultat, qui est acquis non seulement grâce à une bonne technique expérimentale, mais aussi grâce à l'invention et à l'esprit de ces gens. Les chercheurs ont manifesté un grand potentiel créateur et, certes, il est agréable qu'ils aient  grandi  chez nous», - a remarqué l'académicien. Il a exprimé aussi l'espoir que «dans un proche avenir, la science russe deviendra plus énergique. On soutiendra la jeunesse».

Le lauréat du Prix Nobel Jaurès Alferov, en répondant aux questions de la « Voix de la Russie», a noté qu’il mettait de grands espoirs dans la création du premier centre innovant en Russie "Skolkovo". Les percées qu'il est supposé d’y  réaliser, aideront le pays à atteindre des succès dans plusieurs domaines, est persuadé l'académicien. L’attention particulière du président et du Premier ministre de Russie pour les recherches scientifiques en est une garantie, croient les savants.

11:23 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : www.ruvr.ru

03/11/2010

Véhicules à induction magnétique.

Véhicules électriques : le Royaume-Uni développe le premier chargeur sans fil du monde, découvrez les images

Info rédaction, publiée le 03 novembre 2010
http://www.maxisciences.com
Voiture électrique (illustration)
Voiture électrique (illustration)

Le Royaume-Uni fait un premier pas vers des transports plus écologiques, en proposant à Londres un chargeur sans fil pour les voitures électriques.

Le IPT( Induction Power Transfer) est le premier système de rechargement sans fil pour voiture électrique disponible sur le marché. Il est produit par une start-up du nom de HaloIPT, qui décrit son produit comme le plus sûr et le plus efficace des moyens de transfert sans fil.
La compagnie pense équiper l’autoroute M25 avec ces appareils électriques en utilisant l’induction magnétique, un principe découvert au 17e siècle. Le système IPT permettrait à une voiture équipée d’un récepteur intégré d’être chargée automatiquement lorsqu’elle serait garé ou sur la route grâce à des blocs spéciaux conçus par HaloIPT qui seraient situés le long des plus grandes routes. Cela permettrait d’augmenter la force d’attraction des véhicules électriques.
Le système électrique est pensé pour être compatible avec tous les véhicules électriques (des deux-roues aux camions) et a également été conçu pour résister à tous les temps. L’IPT a aussi été testé par HaloIPT sur une Citroën C1, nommée Evie, afin d’évaluer les performance du système de rechargement. La société espère ainsi démocratiser le véhicule électrique et offrir des solutions d’entretien de ces véhicules à bas prix.

Découvrez le système IPT en images : http://www.maxisciences.com/v%e9hicule-%e9lectrique/ipt-le-premier-chargeur-sans-fil-pour-voitures-electriques_art10150.html